leral.net | S'informer en temps réel

Abdoulaye Baldé: face à la CREI et aux Législatives, de sombres perspectives

Le maire de Ziguinchor Abdoulaye Baldé doit tenter de gérer un calendrier chargé. Convoqué par la CREI (Cour de répression de l'enrichissement illicite), harcelé par l'APR et snobé par Mankoo Taxawu Senegaal, Abdoulaye Baldé se retrouve aujourd'hui, dans un tourbillon politico-judiciaire à l'issue incertaine.


Rédigé par leral.net le Mardi 9 Mai 2017 à 11:26 | | 0 commentaire(s)|

Abdoulaye Baldé: face à la CREI et aux Législatives, de sombres perspectives
Comme pour rester fidèle à sa ligne centriste, le président de l'Union centriste du Sénégal adopte une posture médiane assimilée par certains à un manque de courage politique. D'une posture d'opposant pur et dur, Abdoulaye Baldé a amorcé un virage inattendu, qui laisse planer l'incertitude sur ses intentions réelles.

Il ouvre ainsi la voie à toutes sortes de supputations à cause du glissement dans son discours comme dans celui de ses proches y compris parmi les plus radicaux. Au sein de l'UCS, on ne s'oppose plus à l'entrisme, au contraire, on le théorise pour tenter de convaincre la base. Une nouvelle posture qui n'est pas sans conséquences.

La méfiance s'installe entre le maire de Ziguinchor et l'opposition, surtout que dans ses discours, Baldé n'écarte pas la possibilité d'aller aux Législatives avec la mouvance présidentielle. Du coup, les opposants au régime commencent à envisager l'avenir de leur coalition sans le maire de Ziguinchor qui disparaît peu à peu des tablettes de ses amis et compagnons d'hier.

La mise en place de Mankoo Taxawu Senegaal qui devient une véritable coalition électorale regroupant les grands partis de l'opposition à l'exception de l'UCS, vient confirmer la rupture. Baldé devient dès lors le grand absent de cette coalition au moment où l'éventualité d'un rapprochement avec le camp présidentiel, s'éloigne de plus en plus.

Ni avec les uns ni avec les autres, tel semble être le slogan du président de l'UCS, toujours muet sur ses prétentions réelles. Sous ce rapport, on voit mal Abdoulaye Baldé former une coalition forte sans l'opposition significative et sans le pouvoir. L'espoir de disposer d'un groupe parlementaire s'envole ainsi pour ce potentiel candidat à la présidentielle de 2019, aujourd'hui rattrapé par son passé judiciaire.

La réouverture de son dossier par la CREI, ne risque-t-elle pas de plomber ses ambitions? Comment ne pas le penser lorsque l'on sait que le président de l'UCS fait désormais face à plusieurs fronts. Manko, Benno Bokk Yaakaar et la CREI. Une dispersion des forces qui pourrait lui causer beaucoup de tort, lui être fatale, tout au moins politiquement.

source: walfadjri quotidien