leral.net | S'informer en temps réel

Absente des listes de Bby, carrière à Kaolack compromise, Mimi Touré accélère sa décadence

A moins d’un rebondissement dans les 72 heures de dérogation pour Benno Bokk Yakaar, Aminata Touré accélère de décadence. Absente de la liste départementale, faute d’être tête de liste nationale, l’Envoyée spéciale du chef de l’Etat voit sa carrière politique en dents de scie.


Rédigé par leral.net le Vendredi 2 Juin 2017 à 12:05 | | 0 commentaire(s)|

Aminata Touré n’accélère plus sa cadence. Du moins en politique. L’ancien Premier ministre qui aurait boudé les listes de la majorité Benno Bokk Yakaar du simple fait qu’elle n’était pas tête de liste, voit son avenir politique s’écrire en pointillés, car Mimi voulait faire des joutes du 30 juillet, un retour sur la scène politique, après l’échec des Locales à Dakar, et particulièrement à Grand-Yoff. Ce qui lui avait coûté, entre autres raisons, son fauteuil de Premier ministre.

Même si le « Oui « massif au référendum a été pour elle, un lénifiant. En exigeant, selon certains, de ne pas être un « simple » investie à Kaolack où elle avait espéré se requinquer, l’Envoyée spéciale du président de la République semble s’être tirée une balle dans le pied en ce qui concerne sa caractère politique. D’abord, un poste de député lui aurait permis de fourbir ses armes sur le plan politique.

Ecartée de la liste nationale au profit du Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne, elle pouvait pourtant se contenter de la Départementale. Ainsi, elle aurait pu espérer occuper le perchoir, au cas où Macky ne choisissait pas Dionne et Niasse. Mais surtout, Kaolack pouvait être un escabeau pour préparer les Locales de 2019, donc une base politique incontournable, car si Mimi Touré est certes un membre éminent de l’Apr, mais la force de son électorat reste à prouver.

Duel avec Mariama Sarr

Aujourd’hui, exilée par le président de l’Apr à Kaolack, la promotrice de « on va accélérer la cadence », s’est heurtée à une Mariama Sarr jalouse de son fauteuil de maire. Ses appels à la paix à sa « sœur » de parti n’ont jamais su se matérialiser sur le terrain où ses partisans et ceux de l’édile de Kaolack s’affrontaient par presse interposée.

Macky Sall l’aurait-elle écartée pour éteindre toute rivalité nuisible à la coalition Bby au soir du 30 juillet. En tout cas, les langues se délient au sein de l’entourage de l’ancien Premier ministre, à qui on demande désormais de quitter l’Apr pour un manque de considération. Une hypothèse peu probable. C’est un peu le même scénario vécu par Mimi après son limogeage de la Primature.

Au même moment, la dame de 54 ans commence à accuser du retard sur ses potentiels adversaires au sein de l’Apr. Amadou Ba hérite de la liste de Dakar et Mahammed Boun Abdalah Dionne propulsé pour diriger la liste du pouvoir. Va-t-elle regretter d’avoir décliné le poste des Nations-Unies ?

Le Quotidien










Hebergeur d'image