leral.net | S'informer en temps réel

Actes contre-nature sur un malade mental : condamné à 2 ans de prison en 2017, le Français Hébert Mathias relaxé

Les faits s’étaient déroulés en janvier 2017. Le tribunal de Grande instance de Saint-Louis (Nord Sénégal), avait condamné, à deux ans de prison ferme, Hébert Mathias, un citoyen français, jugé coupable d'actes contre-nature sur un déficient mental. L’accusé a finalement bénéficié de la relaxe après une décision rendue en dernière instance par la Cour de cassation.


Rédigé par leral.net le Samedi 7 Mars 2020 à 15:40 | | 0 commentaire(s)|

Actes contre-nature sur un malade mental : condamné à 2 ans de prison en 2017, le Français Hébert Mathias relaxé
Devant la barre du tribunal de Grande instance de Saint-Louis, en janvier 2017, Hébert Mathias avait nié les faits à lui reprochés, faisant appel à son bon sens, qui avait-il soutenu, lui interdisait de verser dans certains agissements. « Je ne me permets pas certains actes. Personne ne peut affirmer m'avoir vu commettre cet acte », s’était-il défendu.

Hébert Mathias avait toutefois, admis s’être retrouvé au même endroit que A. K., la victime, mais avait nié tout acte répréhensible à son encontre. « J'étais en train de pisser lorsque le témoin m'a interpellé. A. K. est venu me tendre la main pour avoir de quoi acheter des cigarettes. Je l'ai repoussé », avait-t-il soutenu.

Cela, malgré les déclarations des témoins. « Il avait quelque chose dans la main et cherchait à le donner à A. K. Mathias courait derrière lui. Ils avaient tous les deux le pantalon baissé. C'est au moment où il l'a ceinturé que je suis intervenu », déclarait I. Kébé, à la barre. El Hadji Fall, affirmait avoir surpris Hébert Mathias, à deux reprise dans des positions indélicates. « Nous l'avons poursuivi et il a fui pour se réfugier dans une maison. Et pour se tirer d'affaire, il nous a taxé d'agresseurs », avait-il ajouté, racontait-il.

Se basant notamment sur le certificat médical qui faisait état de déchirures anales récentes de la victime, le ministère public avait requis contre le prévenu 10 ans de prison ferme, alors que la défense avait plaidé la relaxe, estimant qu'il n'y a aucun élément probant pour attester une conjonction sexuelle entre son client et la prétendue victime.

Au terme des débats d'audience, le tribunal avait écarté le chef de viol aggravé, pour retenir contre le prévenu le délit d'actes contre nature et avait condamné le prévenu à 2 ans de prison ferme, en plus d’une amende deux millions à titre de dommages et intérêts à la victime et une interdiction de séjour au Sénégal d'une durée de 10 ans.

Toutefois, en 2e instance, les faits ont été disqualifiés en attentat a la pudeur. Et en 3e instance, la cour de cassation a relaxé purement et simplement Hébert Mathias, soulignent les conseils du prévenu.



Cliquez-ici pour regarder plus de videos