Aïda Mbodj, Ousmane Ngom, Farba-Pape Samba Mboup, Fada : Récréation terminée pour les "enfants" de Wade

Ils ont joué et perdu. Le duo Farba Senghor- Pape Samba Mboup, Ousmane Ngom, Modou Diagne Fada ou encore Aida Mbodj n’ont pas été « les dignes héritiers » du Président Wade. Du moins, pas pour les élections législatives. Aucun des « enfants » n’a pu sortir du gros lot.


Rédigé par leral.net le Mardi 1 Août 2017 à 11:10 | | 0 commentaire(s)|

Les Législatives de dimanche ont permis aussi d’avoir une idée sur les poids des « héritiers de Wade » qui ont déserté la maison du « père ». Que ce soit Modou Diagne Fada de Manko Yessal Senegaal, Ousmane Ngom de Senegaal ca kanam, Aïda Mbodj de And Saxal Liggey ou encore Farba Senghor et Pape Samba Mboup de Mbollo Wade, ils ont tous été noyés dans la masse.

En définitive, ces élections montrent qu’ils ne pèsent pas grand-chose et qu’ils existaient sous le parapluie du patriarche Abdoulaye Wade. En dehors, ils peinent à se faire une place au soleil. Ousmane Ngom, aujourd’hui aux côté de Macky Sall, n’a presque rien eu, même pas dans son fief à Saint-Louis.

Aïda Mbodj, considérée comme « la lionne de Bambey » pour avoir contrôlé la commune et le conseil départemental aux Locales, a été battue dimanche dans son bastion. Pourtant du fait qu’elle y a régné en étant membre du Parti démocratique sénégalais (Pds), Mme Mbodj en décidant d’aller à ces élections sous sa propre bannière, a pris un risque. Même un plus fort reste ne lui est pas forcement garanti.

Pour Modou Diagne Fada la situation est assez différente parce qu’on lui donnerait gagnant dans son fief Darou Mouhti. Il perd en revanche le département de Kebemer alors qu’il y était encore sous la bannière du Pds. Il peut tout de même s’estimer heureux d’avoir sauvé son honneur en gagnant au moins dans son fief. Peut-être avec d’autres voix glanées ici et par là, il pourra retourner à l’Assemblée.

Contrairement à Fada, les leaders de Mbolo Wade sont presque dans le vide. Pas de fief connu pour le duo Pape Samba Mboup-Farba Senghor. Ils n’ont pas encore le poids pour être « les dignes héritiers du Président Wade », comme ils le revendiquent fièrement. Bref, ce vieux qu’ils appellent de tous leurs vœux à aller se « reposer » a encore au moins une meilleure santé … politique de ces enfants.

Le Quotidien