leral.net | S'informer en temps réel

Aida Mbodj, présidente coalition And Saxal Liguey : « Je ne vois personne qui pourra me diriger (au Pds) »


Rédigé par leral.net le Samedi 19 Août 2017 à 13:14 | | 0 commentaire(s)|

En conférence de presse hier, sur le bilan de sa première participation à une élection sous sa propre bannière, Aïda Mbodj semble écarter toute éventualité d’intégrer le groupe parlementaire de la coalition gagnante/Wattu Senegaal.

Pour elle, personne au Pds, ne peut la diriger. Elle dit cependant être en contact avec d’autres élus de l’opposition, pour mettre fin au régime de Macky Sall. Au lendemain de la proclamation définitive des résultats des élections par le Conseil constitutionnel, l’heure est à la formation des groupes parlementaires.

Un moment que l’ex-maire de Bambey a choisi pour édifier sur ses projets politiques à venir. La « lionne » du Baol dit être ouverte à toute alliance des forces vives du landernau politique pour mettre fin au régime de Macky Sall.

Elle précise cependant, qu’elle ne se voit pas s’allier à ses anciens camarades du Pds. « je ne vois personne qui pourra me diriger. Ils ont bénéficié du travail de Wade (…) Qu’ils se partagent le travail de Wade », lâche-t-elle.

Pour la tête de liste de la coalition « And Saxal Liguey » «ce qui s’est passé à Touba est juste, une manœuvre politique » contre sa propre personne. « Rien n’était de trop pour empêcher notre coalition de réaliser un très bon score à ces législatures et surtout empêcher à ma modeste personne de siéger dans la 13e législature », a-t-elle affirmé.

Revenant sur les causes de son score aux Législatives, Aïda Mbodj pointe un doigt accusateur sur le régime. Elle cite «le transfert d’électeurs sans précédent dans une localité comme Bambey et l’achat de consciences dont le plus frappant est celui du maire (Ndlr, Gana Mbaye) qui a décidé de nous quitter à l’issue d’une audience avec le Président Macky Sall ».

Elle ajoute : « Dans une localité où l directeur du Cices est l’actuel maire et où il n’y a pas plus de 10 cases, on s’est retrouvé avec plus de 500 électeurs. C’est un transfert d’électeurs manifeste », constate la présidente sortante du groupe parlementaire de l’opposition.

Aïda Mbodj affirme que l’objectif d’And Saxal Liguey était d’avoir au moins un groupe parlementaire. Finalement, elle aura été sauvée par le plus fort reste qui lui a octroyé un siège.


Avec Le Quotidien



Cliquez-ici pour regarder plus de videos