leral.net | S'informer en temps réel

Alioune Badara Mboup, FRAPP: «Le Mali peut faire intervenir des agences privées paramilitaires et sécuritaires, pour défendre son territoire ! »

La plateforme Frapp France dégage et les mouvements panafricains ont tenu hier un contre-sommet panafricain, pour discuter de la situation politique, sécuritaire et économique de la sous-région, notamment la présence du Groupe Wagner au Mali. Prenant part à ce sommet virtuel, le Délégué général adjoint du mouvement Alioune Badara Mboup prend le contre-pied des chefs d’etats africains. Pour le Délégué General Adjoint de FRAPP, «le Mali a la possibilité de faire intervenir des agences privées paramilitaires et sécuritaires pour défendre son territoire».


Rédigé par leral.net le Mardi 14 Décembre 2021 à 09:16 | | 5 commentaire(s)|

Alioune Badara Mboup, FRAPP: «Le Mali peut faire intervenir des agences privées paramilitaires et sécuritaires, pour défendre son territoire ! »
Selon l’activiste, les autorités maliennes ont la possibilité de faire intervenir des agences privées paramilitaires et sécuritaires pour défendre leur territoire. La présence des mercenaires russes du groupe Wagner ne constitue aucune violation des textes fondamentaux internationaux.

C’est la conviction du Délégué général adjoint du mouvement panafricain Frapp France dégage, Alioune Badara Mboup qui participait hier à un contre-sommet virtuel organisé par les mouvements panafricanistes. Pour l’activiste, le Mali a la possibilité de faire intervenir des agences privées paramilitaires et sécuritaires, pour défendre son territoire et cela ne pose pas un problème de droit.

«Aujourd’hui, le groupe Wagner est considéré comme un groupe de mercenaires. Mais, nous devons le rappeler que cette agence est intervenue en Centrafrique. Et leur venue est due en grande partie au mode opératoire de la France, qui désarme nos forces de défense et de sécurité et fournit en même temps des armes aux rebelles et djihadistes, dans le seul but de contrôler nos ressources naturelles», peste le membre de Frapp.

A l’en croire, l’argument brandi par les autorités remet en cause la souveraineté africaine. «La question de la présence de Wagner ne devrait pas se poser. D’autant que les pays comme la France ou les Etats-Unis utilisentle même procédé. Donc pourquoi quand il s’agit d’un pays africain comme le Mali, on parle de violation des textes fondamentaux internationaux ?», souligne l’activiste.

Il relève dans cette affaire une réelle volonté des pays européens de diaboliser le Groupe Wagner, pour montrer que le Mali est en porte-à-faux avec le droit international. «Nous devons donc éviter en tant que panafricains de nous retrouver dans ce débat, tout en sachant que tout pays est souverain et que nous avons le droit de contracter un contrat avec des agences privées pour assurer le maintien de la paix», soutient le responsable de Frapp.

De plus, précise-t-il, les accords de défense entre le Mali et la Russie ne datent pas d’aujourd’hui. «Nous avons entendu le ministre de la Défense du Mali dire que 80% de l’armement du Mali est d’origine russe. En plus, la présence des agents russes a permis aujourd’hui aux autorités de la République Centrafricaine de reprendre le contrôle», indique Alioune Badara Mboup.

Par ailleurs, il trouve que la France prend le Mali comme une partie de sa zone d’influence etle Groupe Wagner menace la présence de la France dans Cette zone. «C’est pourquoi, la France et ses partenaires n’ont pas intérêt à ce que les agents Wagner réussissent. De plus, nous savons tous qu’il y a une pression autour du contrôle des ressources naturelles et dès lors que Wagner aura réussi, l’Etat malien aura la mainmise sur ses propres ressources. Donc voilà pourquoi la France ne veut pas de la présence de l’Etat russe en Afrique, notamment au Mali», peste-t-il.





L’As


Titre de votre page Titre de votre page