leral.net | S'informer en temps réel

Approbation de l'exclusion de Khalifa et Cie: Tanor Dieng monte les bases du PS contre les "dissidents"

En saisissant les secrétaires généraux de coordination de la proposition d'exclure Khalifa Sall et ses soutiens du Parti socialiste, le secrétaire général de ladite formation politique, Ousmane Tanor Dieng, cherche à légitimer sa décision par les bases même du PS.


Rédigé par leral.net le Lundi 23 Octobre 2017 à 19:34 | | 0 commentaire(s)|

Approbation de l'exclusion de Khalifa et Cie: Tanor Dieng monte les bases du PS contre les "dissidents"
Le duel fratricide engagé au sein du Parti socialiste tourne de plus en plus à l'avantage de son secrétaire général. Au moment où le pro-Khalifa Sall sont plus absorbés par le combat pour la libération de leur leader incarcéré dans le cadre de l'affaire de la caisse d'avance de la Ville de Dakar, Ousmane Tanor Dieng et ses partisans sont en train de gagner la bataille au sein des 138 coordinations que compte le PS.

Ce week-end, les secrétaires généraux de toutes ces coordinations, ont profité de leur assemblée générale tenue à la maison Léopold Sédar Senghor, pour avaliser l'exclusion du maire de Dakar et de ses camarades dissidents.

"Les secrétaires généraux de coordination approuvant, sans réserve, toutes les propositions faites au BP, par le SEN, lors de sa 53e séance du samedi 14 octobre 2017, relatives aux sanctions qu'appellent tous les actes d'indiscipline caractérisée posés quotidiennement par des camarades dissidents, en violation des dispositions réglementaires régissant l'organisation et le fonctionnement de notre parti, notamment la charte du militant ainsi que l'article 7 des statuts", fulminent-ils dans la résolution finale ayant sanctionné leur rencontre.

En effet, le secrétaire général du PS, après avoir réussi à stopper net les ambitions présidentielles de son challenger de Dakar et opéré un vide autour de lui, avec le débauchage tous azimuts des maires de la Coalition Taxawu Dakar, lors des dernières élections du Haut conseil des collectivités locales, est en train d'isoler Khalifa Sall et ses camarades dissidents qu'il pousse progressivement vers la sortie.

La stratégie qu'il adopte, dorénavant, dans le cadre de cette bataille de longue haleine, est claire et nette. Elle consiste à faire avaliser l'exclusion de Khalifa Sall et ses soutiens par toutes les instances de décision du PS, y compris la base à qui le dernier mot revient. Ainsi, la décision serait beaucoup plus légitime que si elle ne venait seulement que du Bureau politique. Cela, d'autant plus que les statuts et règlement du PS donnent au secrétaire général, la prérogative de saisir directement de la question le BP qui, à son tour, va statuer avant de rendre sa décision.

Par ailleurs, Palla Samb, maire de Point E déclare; "J'ai suivi l'Assemblée générale des Secrétaires généraux de coordination avec beaucoup de tristesse . Quand j'ai entendu mes camarades face aux journalistes, cela m'a vraiment peiné. Je ne peux pas le comprendre dans un parti démocratique. Ça , c'est premièrement .

Deuxièmement, il faut se demander si toutes les personnes qui étaient présentes à cette Assemblée générale, étaient des Secrétaires généraux de coordinations élus démocratiquement. Il y a beaucoup de personnes qui étaient là-bas, qui n'ont jamais été Sg de coordination.


Troisièmement, je pense que nous sommes en train d'assister à une scène vraiment dramatique. Parce que je ne peux pas comprendre qu'au moment où on parle d'unité et de massification du parti, au même moment où le Secrétaire général Ousmane Tanor Dieng, dans la dernière circulaire adressée à l'ensemble des responsables de coordinations, demande à tout le monde de travailler à la massification du parti, on exclut le quart des militants du parti. Si Ousmane Tanor Dieng voulait vraiment légitimer sa décision, il aurait dû convoquer le Comité central.

L'Assemblée générale des Secrétaires généraux de coordination n'est pas une instance du parti. Pourquoi il ne convoque pas le Comité central qui est le parlement du parti ? De quoi a-t-il peur ? J'ai entendu un camarade qui disait que ceux qui sont avec Khalifa Sall, n'ont pas assisté à a réunion. Je précise que personne d'entre nous n'a été convoqué. A chaque fois qu'il y avait des réunions d'instance dans le parti, on nous envoyait des messages à partir du Secrétariat permanent. Mais là, ils n'ont convoqué personne. Parce que s'ils nous avaient convoqués, on allait répondre."

Selon Abdoulaye Wilane, porte-parole du PS, l'Assemblée générale des Secrétaires généraux de coordinations montre la voie au Bureau politique dans le traitement des frondeurs et des dissidents pour les mesures à prendre. "Si on se réfère à l'article 17 du règlement intérieur, on se rend compte qu'Ousmane Tanor Dieng y met les formes. Mais à lui seul, il peut prendre une décision et après, en informer le Bureau politique et les autres instances. Tous les Secrétaires généraux de coordination ont été présents. Il y en a au total 130. Ceux qui ne se sont pas venus, se sont fait représenter par leurs adjoints ou par leurs représentantes des femmes. Ajoutez à ceux-là, les députés et les hauts conseillers, une délégation du MNJS et du MEES, des cadres et des femmes. 82 orateurs ont pris la parole. Tous demandent au Bureau politique de les exclure. Or, l'essentiel des membres du BP provient de ces instances.

La direction du PS est donc confortée dans sa vision. Nos amis veulent détourner les populations en parlant de coalition. Non ! L'affaire est partie de l'attentat contre le BP. Avant cela, les Khalifa Sall et autres étaient en train de vendre les cartes de membre. Ce sont des gens qui sont pris en flagrant délit. Quand les élections législatives sont passées, ils n'avaient plus voix au chapitre . Depuis qu'on a parlé d'eux et que la presse leur demande leurs réactions, ils s'en donnent à cœur joie. Parce que ça les reconforte."



Enquête



Cliquez-ici pour regarder plus de videos