leral.net | S'informer en temps réel

Auditionné pour ses attaques répétées contre Oumar Sarr, Farba Senghor échappe aux sanctions de la Commission de discipline du PDS

La Commission de discipline du parti démocratique sénégalais a auditionné Farba Senghor, à qui il est reproché d'avoir tenu des propos déplacés à l'endroit du coordonnateur national de son parti, Oumar Sarr. Mais pour l'heure, cette instance du PDS n'a pas prononcé de sanction contre le chargé de la propagande du PDS.


Rédigé par leral.net le Mardi 17 Janvier 2017 à 10:04 | | 0 commentaire(s)|

Jeudi dernier, Farba Senghor avait été convoqué par la Commission de discipline du Parti Démocratique Sénégalais. Un face-à-face qui fait suite aux récentes sorties du chargé de la propagande du PDS fustigeant la gestion de son parti par le coordonnateur national, Oumar Sarr. Après environ quatre tours d'horloge passés avec le président de la Commission de discipline Abdoulaye Faye et son équipe, Farba Senghor campe sur sa position. Loin de regretter ses propos, le chargé de la propagande du PDS maintient ses propos. "J'assume tout ce que j'ai dit dans la presse, je ne l'ai pas dit contre le secrétaire général national Maître Abdoulaye Wade, j'ai dit tout cela parce que nous avons un parti performant. Jamais, je ne serai sanctionné parce que les juges du parti ont reconnu, avec un grand pourcentage, ce que j'ai dit...", avait indiqué Farba Senghor. La Commission de discipline qui l'a entendu, ne peut pas aller au-delà de cette audition. D'après les statuts du parti de Maître Abdoulaye Wade, cette instance ne peut en aucun cas prononcer une sanction contre un militant ou responsable du PDS, quelle que soit la faute commise. Donc, si Farba Senghor est reconnu coupable des faits à lui reprochés, les sanctions sont prononcées soit par le secrétaire général national soit par le bureau politique, les deux seules instances habilitées à prononcer une sanction contre lui. Après avoir entendu le militant ou responsable accusé, la Commission de discipline rend compte au secrétaire général national Maître Abdoulaye Wade. Et ce dernier, sur la base du rapport de ladite commission, convoquera le secrétariat national pour statuer sur la question. D'ailleurs, c'est devant le secrétariat national que l'accusé pourra bénéficier d'une assistance. Un membre du PDS qui encourt une sanction doit être mis en situation d'assurer sa défense sauf en cas d'urgence. L'accusé doit obligatoirement être assisté par un membre du PDS et non par une tierce personne. C'est ce que disent les textes selon un membre du comité directeur du PDS.
source: l'observateur
 



Cliquez-ici pour regarder plus de videos