Avec une capacité de 22 mille places : L’arène nationale « trop petite » pour le choc Modou Lô- Balla Gaye 2


Rédigé par leral.net le Samedi 9 Juin 2018 à 13:35 | | 0 commentaire(s)|

Beaucoup d’amateurs vont devoir rester devant leur petit écran pour suivre le combat Mod’lo- Balla Gaye2 que l’arène nationale va abriter le 1er janvier 2019. Tous en effet, ne pourront y être, l’infrastructure ne pouvant contenir que 22 mille spectateurs.

C’est le quotidien Sunu Lamb qui a révélé hier l’information relative à la concrétisation du combat mettant aux prises Moudou Lô de Rock Energie à Balla Gaye 2 de l’école Balla Gaye. C’est le promoteur Gaston Mbengue qui a réussi à décrocher cette affiche XXL. Une manière pour le « Don King » sénégalais de la lutte,  de signer son retour dans l’arène à travers ce combat-revanche, doté du drapeau du chef de l’Etat et calé au 1er janvier 2019.

Prévue pour être inaugurée à cette période, l’arène nationale se révèle top exiguë pour accueillir ce choc que le monde de la lutte attend depuis des années. Soit 9 ans après leur premier duel remporté par le fils de Double Less et qui avait valu une montée d’adrénaline du côté des deux camps.

50 mille spectateurs au stade Senghor pour Balla-Gris

Mais ce combat aura besoin d’être déroulé avec beaucoup de sécurité, car devant se tenir dans un stade qui ne dispose que de 22 mille places. Pour le retour gagnant de Balla Gaye 2 face à Gris Bordeaux, le stade Léopold Sedar Senghor avait battu le record d’affluence avec 50 mille spectateurs massés sur les gradins. Et si on sait qu’aucun amateur ne peut résister au combat-revanche Modou-Balla, on devine l’affluence qu’il y aura dans l’arène et tout autour de cette infrastructure en banlieue pikinoise. D’ailleurs, tout le monde est d’accord qu’une telle affiche allait bouffer les 60 mille places du stade « Senghor ». C’est vous dire le risque encouru d’organiser ce combat dans l’arène nationale. Il faut dire que le promoteur n’a pas le choix, car ce serait la meilleure manière d’inaugurer ce joyau de 32 milliards offert par le président de la République.





Le Quotidien