leral.net | S'informer en temps réel

Babacar Senghor, Directeur Régional Ageroute-Dakar: "Une des causes principales des embouteillages, est le non-respect du code de la circulation"

Pour le directeur régional Dakar à Agéroute, les projets d'infrastructures vont réduire les embouteillages.


Rédigé par leral.net le Mardi 31 Octobre 2017 à 13:50 | | 0 commentaire(s)|

Depuis quelque temps, la capitale est confrontée à une congestion atroce. Selon vous, quelles en sont les causes ?

Je pense que les causes peuvent être multiples. Nous notons que le parc automobile de Dakar a connu une croissance importante malgré tous les efforts qui ont été faits, en termes de construction d'infrastructures à Dakar. Aujourd'hui, l'Etat du Sénégal a fait pas mal de projets d'infrastructures à Dakar et au niveau national. A Dakar, il y a beaucoup de projets, soit finissants, soit en cours.

Actuellement, il y a la Vdn prolongée qui part du Cices au niveau de Golf. Ce qui fait que tous les véhicules se déportent soit sur la nationale ou sur la route des Niayes. De Liberté 6 jusqu'à Keur Massar. Sur la section Case-bi en allant vers Pikine et Keur Massar, il y a aussi des travaux. C'est un axe très emprunté qui desserre toute la banlieue. Il y a aussi tous les travaux qui sont entamés par Promovilles, Patmur et qui concernent le département de Dakar.

Tous ces projets combinés peuvent avoir un impact sur le trafic. Une des causes importantes des embouteillages est aussi liée au non-respect du code de la circulation. Il faut que les usagers de la route puissent maîtriser un peu le code mais également, que l'on puisse le respecter. Tant que ces paramètres ne sont pas maîtrisés, les embouteillages seront toujours d'actualité.

Qu'est-ce que vous comptez faire d'ici à 2019 ?

Deux de nos grands projets pour Dakar concernent la Vdn et seront livrés en fin 2018. Ils seront une alternative à l'autoroute à péage déjà saturée. L'autre projet actuellement en cours et que nous comptons achever, c'est cette route des Niayes qui est aujourd'hui, bien avancée. Pour Promovilles, la plupart des projets entamés, vont être bouclés. Nous avons aussi des projets qui concernent les nœuds, il y en a beaucoup à Dakar, c'est-à-dire au niveau des carrefours. Nous avons identifié quelques carrefours qui impactent beaucoup sur la circulation. Sur la route nationale à Cambérène, malgré le péage, la circulation y est compliquée; il y a aussi le carrefour de Yoff et Front de terre.

Nous allons aussi procéder à des désencombrements. Ce que nous constatons est que la route est encombrée et les environs de la route aussi. Il y a toutes sortes d'occupation qui font qu'aujourd'hui, même les piétons occupent la route aussi, au lieu des trottoirs. Avec le préfet de Dakar, nous allons bientôt mener une opération sur l'axe Patte d'Oie-Pont de l'émergence en passant par le district de santé Nabil Choucair parce que cette zone aussi est très encombrée.

En perspective de l'ouverture de l'Aéroport international Blaise Diagne, nous avons prévu de mener une opération de désencombrement sur la route nationale, depuis le Cices jusqu'au niveau de Thiaroye pour aider à dégager. Nous comptons sur l'appui des autorités parce qu'il faut la force publique et contraindre les gens à respecter le code de circulation. Avec toutes ces mesures, nous ne disons pas que nous allons régler le problème des embouteillages à Dakar, forte de 4 millions d'habitants, mais nous comptons avec cette procédure, y améliorer la circulation.

D'aucuns disent qu'il n'y a pas assez de routes et que c'est cela qui cause les embouteillages...

Les gens qui connaissent Dakar, savent qu'il y a eu beaucoup d'améliorations. Depuis quelques années, nous avons fait beaucoup de travaux routiers. Nous avons élargi les routes qui étaient à une voie, nous en avons fait 2X2 voies. Nous sommes en train de construire des voies de dégagement . Il y a eu beaucoup d'efforts en matière d'infrastructures routières. L'Etat du Sénégal investit chaque année 6 milliards pour l'entretien des routes.

Je ne dirai pas que tous les réseaux routiers sont nickel, car il y a encore des efforts à faire sur certains tronçons, mais il faut reconnaître que l'Etat a beaucoup fait ces dernières années. Il faut aussi tenir compte que le fait d'avoir de très bonnes routes incite les gens à avoir des véhicules. Ce qui fait qu'actuellement, tout le monde éprouve le besoin d'avoir une voiture et donc, le parc automobile a explosé ces dernières années. C'est à nous de continuer à travailler pour satisfaire la demande.



L'As








Hebergeur d'image