leral.net | S'informer en temps réel

CDD Magal 2018 - Explosion du disjoncteur de la mairie de Touba: Préfet, Commandant, Commissaire, Marabouts, tous détalent plus vite que «leuk»; le maire de Mbacké prêt à sauter du premier étage !


Rédigé par leral.net le Jeudi 26 Juillet 2018 à 15:16 | | 0 commentaire(s)|

Un Préfet qui détale plus vite que « Leuk » (le lièvre), un maire prêt à passer par une fenêtre et à sauter du premier étage, un Commissaire qui se taille à la Usain Bolt, un Commandant de Brigade qui file à la vitesse Grand V, des chefs religieux qui prennent la poudre d’escampette, des journalistes et Agents de la Senelec plus véloces que l’éclair, bref, on aura assisté, hier, à la scène la plus surréaliste, depuis que le Comité départemental de développement préparant le Grand Magal de Touba a été instauré. A l’exception des Sapeurs-pompiers, tout le monde a paniqué et pris ses jambes à son cou, hier, lorsque le disjoncteur de la boîte électrique centrale a explosé. Alors que l’assistance planchait sur les questions ...sécuritaires.

On ne sait pas si c’est à cause ou non de la psychose engendrée par le terrorisme, mais le Comité départemental de développement dans la perspective du Magal 2018, a failli ne pas aller jusqu’à son terme. Pour cause, lorsque le disjoncteur de la boîte électrique centrale du bâtiment a explosé et que les premières flammes en ont jailli, tout le monde a pris ses jambes à son cou.
D’abord, c’est le Préfet de Mbacké, Mamadou Lamine Mané, qui s’est taillé le premier. Les Commissaire et Commandant du département, censés veiller sur la sécurité des personnes et des biens, n’ont pas cherché l’explication au ciel, pour savoir l’attitude à adopter. Car à peine le disjoncteur a-t-il pété que le Préfet et les deux hommes de loi se sont taillés. Laissant derrière eux, leurs kepis sur les tables.

Mais ce ne sont pas seulement, le Préfet, les Commissaire et Commandant qui ont filé à la Usain Bolt. Dans la mesure où les chefs religieux, présents à la Salle, n’ont pas cherché à s’accrocher à les Sourates, Versets du Coran ou « Khassaïds » pour dompter les flammes. Ils ont purement et simplement détalé comme ils ont pu, pour échapper à la mort. Les journalistes, n’en parlons pas ! Ils ont abandonné cameras, stylos, blocs-notes, pour se tailler, eux aussi. Mais c’est avec le maire de Mbacké qu’on a failli vivre le pire. Car lorsque le disjoncteur a pété et que les premières flammes ont commencé à envahir le local où se déroulait le Cdd, l’édile de Mbacké, Abdou Mbacké Ndao, s’est dirigé vers l’une des fenêtres de la mairie de Touba. Finalement, c’est un technicien d’une Radio de Touba, qui l’a bloqué, afin qu’il ne pose pas l’acte de trop. Et pour éviter que d’autres marchent sur les traces du maire de Mbacké, qui a confondu la fenêtre avec une issue de secours, le technicien en question a dû fermer l’échappatoire.

Dans la foulée, le maire Abdou Mbacké Ndao a oublié ses téléphones cellulaires dans la Salle où se tenait le Cdd. Heureusement, plus de peur que de mal. Car le maire n’a pas effectué le saut qui aurait été celui de trop. Pendant ce temps, le maire de Touba Abdou Lahat Kâ était essoufflé, au bout d’une course endiablée.

Fait saisissant: la débandade généralisée a eu lieu, alors que les participants au Cdd planchaient sur l’aspect sécuritaire du prochain Magal.

Toutefois, il faut rendre un hommage appuyé aux Sapeurs-pompiers. Qui, d’un calme olympien, n’ont non seulement pas pris la tangente, mais ont aussi fait montre d’une sérénité à toute épreuve pour pouvoir éteindre, calmement, le disjoncteur de la peur.
Au finish, le Comité départemental de développement destiné au Magal a été suspendu, hier, aux environs de 12h40, avant de reprendre son cours normal.

Toutefois, à la lumière desdits faits, la leçon à retenir est que que les locataires de la mairie sont en danger, le local ne disposant pas d’extincteurs fonctionnels.

SourceA