leral.net | S'informer en temps réel

COUPE DAVIS : La nouvelle formule a été adoptée

La Fédération internationale de tennis (ITF) a adopté jeudi à Orlando, le projet de réforme de la Coupe Davis qui redessine totalement le format de l'épreuve par équipes centenaire.


Rédigé par leral.net le Vendredi 17 Août 2018 à 10:27 | | 0 commentaire(s)|

Sérieux lifting pour l’épreuve centenaire. La Fédération internationale de tennis a donc entériné jeudi la réforme de la Coupe Davis, qui aura désormais un format de compétition totalement différent. La réforme a recueilli 71,43% des votes des 120 délégués présents, soit plus que la majorité des deux tiers requise. C’en est donc terminé des matches à domicile et à l'extérieur, qui faisait le sel de cette épreuve depuis 1900.

Jusque-là, la Coupe Davis se déroulait sur quatre week-ends prolongés, répartis tout au long de la saison. Place à l’avenir à une compétition condensée sur une semaine qui se tiendra sur un seul et même site, probablement en Asie. Une sorte de «Coupe du monde du tennis» qui rassemblerait fin novembre, à l’issue de la saison individuelle, les 18 nations (16 du groupe mondial et deux invitées).

Cette Coupe Davis «new look» commencera par une phase de groupes, avec six poules de trois équipes. Avec ensuite une phase finale classique (quarts de finale, demi-finales et finale). Autre changement radical : les matches se disputeront désormais en deux sets gagnants, contre trois auparavant. Il n’y aura plus, lors de chaque confrontation, que deux simples - au lieu de quatre - et un double. Un format plus condensé.

20 millions de dollars annuels de «prize money»

Ce changement de format est vivement critiqué dans le monde du tennis. «La fin de la Coupe Davis. Quelle tristesse. Ils ont vendu l'âme d'une épreuve historique», avait ainsi déploré Yannick Noah, le capitaine des Bleus. Plusieurs anciens numéros 1 mondiaux - notamment les Australiens Lleyton Hewitt et Patrick Rafter, le Russe Ievgueni Kafelnikov - ont clairement manifesté leur désapprobation.

Selon eux, la fin des matches à domicile et à l'extérieur, dénature l'esprit de la compétition. En France, le sujet est particulièrement clivant. D’un côté, les joueurs - anciens ou en activité - sont contre la réforme. De l’autre, le président de la Fédération française (FFT) Bernard Giudicelli est par ailleurs responsable du comité Coupe Davis, à l’origine de la réforme. «Ce n'est pas ce que je souhaitais au départ. J'aurais préféré une Coupe Davis sur deux ans, plus rare, mais il faut arrêter avec cette espèce de romantisme, explique-t-il. L'étude des différentes solutions envisagées est implacable. Seul ce projet garantit la survie de la Coupe Davis et de l'ITF.»

La question reste désormais de savoir si les grands noms du tennis, qui ont régulièrement boudé l’épreuve ces dernières saisons, répondront à nouveau présents avec cette nouvelle formule. Le calendrier ATP est déjà surchargé, auront-ils la motivation et la forme physique pour un dernier coup de collier ? Pour les appâter, l’ITF versera chaque année, 20 millions de dollars (16,3 M€) de «prize money».

Actuellement, les gains sont très variables, puisqu'ils dépendent du système mis en place par chaque fédération. Les Français, derniers vainqueurs de l’ancienne formule, perçoivent par exemple un pourcentage des recettes globales, qui incluent la billetterie. L'an passé, avec une finale disputée à domicile et devant plus un public nombreux (27.000 personnes chaque jour), ils ont ainsi touché plusieurs centaines de milliers d'euros.

La concurrence de la World Team Cup

La Coupe Davis va donc se disputer une dernière fois sur son ancien modèle en 2018. L’équipe de France, qui est tenante du titre après sa victoire à Lille contre la Belgique l’an dernier, a soulevé dix fois le fameux saladier d’argent (1927, 1928, 1929, 1930, 1931, 1932, 1991, 1996, 2001, 2017). Cette année, les Bleus - désormais entraînés par Amélie Mauresmo, qui a succédé à Yannick Noah - seront opposés, à Lille (du 14 au 16 septembre), à l’Espagne de Rafael Nadal en demi-finale.

Alors que la Coupe Davis souhaite regagner en notoriété et en intérêt sportif, elle va être concurrencée par la World Team Cup, une autre « Coupe du monde du tennis » que l’ATP, en partenariat avec la fédération australienne, relancera en janvier 2020 (une Coupe des nations avait lieu entre 1978 et 2012). Les deux compétitions aux formats similaires vont désormais faire doublon. Et perdre en visibilité ?





Le Figaro



Cliquez-ici pour regarder plus de videos