Leral.net - S'informer en temps réel

" Ceux qui informent de certains secrets la presse, ne sont pas dans l'opposition...le Chef de l'opposition est logiquement celui...": Ministre Mame Mbaye Niang

Rédigé par leral.net le Lundi 28 Septembre 2020 à 11:08 | | 0 commentaire(s)|

Les complots tant redoutés au sein de l'Allliance Pour la République (APR), s'avèrent véridiques si l'on s'en tient aux dires du ministre Mame Mbaye Niang, Chef de Cabinet du président de la République. En effet, invité de l'émission "Jokko", de LERAL TV, le très proche collaborateur du Président Macky Sall, a confirmé que plusieurs rapports, parfois fantômes, dit-il, ou secrets, sont entre les mains de la Presse, à cause de certains dignitaires du pouvoir, dont leur seul objectif est de déstabiliser leurs propres partenaires, au lieu de défendre la politique du Chef de l'Etat.


La dernière tournée du Président de la République, Macky Sall, a été très critiquée par ses principaux opposants, qui trouvent que non seulement c'était une occasion pour le président de l'APR, d'effectuer une tournée purement politique, mais aussi de gâcher tout le travail déjà mis en œuvre par les acteurs de la santé, en bafouant avec ses militants, le respect des gestes-barrières.

Des accusations que le ministre Chef de Cabinet du Président de la République, trouvent insensées dans la mesure où, dit-il, c'est juste une petite partie de la tournée qui a été prise par certains opposants pour ternir l'image de la tournée. Le Président Macky Sall a énormément fait pour l'agriculture, par le renforcement des moyens techniques et financiers. Aujourd'hui, les résultats sont bien constatés avec l'augmentation des rendements, mais aussi sur le prix de l'arachide qui est passé de 160FCfa à 210FCfa, et certains paysans ont réussi à vendre le kilo à 400FCfa, a soutenu le ministre Mame Mbaye Niang.

Le proche collaborateur du Président n'a pas manqué de magnifier les efforts consenti par l'Etat du Sénégal pour réduire les inondations dans plusieurs zones. Comparé à 2012, les zones touchées, surtout au niveau de la banlieue, sont moins importantes. Simplement, il faut noter que la quantité de pluie enregistrée cette année, dépasse de loin celle des années passées, se justifie t-il. En plus, avec le plan décennal, plusieurs zones sont en train d'être restructurées pour éviter les habitations dans les endroits inondables, a t-il poursuivi.


Dans un autre registre, la gouvernance dans la gestion des déniers publics tant décriée par plusieurs acteurs à travers les médias, est perçue par le ministre Mame Mbaye Niang, comme la résultante d'une manipulation de certains responsables au sein même de l'APR, pour regler des comptes personnels. Allusion faite aux vingt-neuf (29) milliards FCfa du PRODAC mentionnés dans un rapport de l'Inspection Générale des Finances (IGF) qui, dit-il, n'existe que nom.

" Ce rapport n'a jamais existé, et d'ailleurs les journaux qui l'avaient publié, sont condamnés par le tribunal, mais je préfère ne rien dire ", s'explique le ministre. Cependant ,ce quil faut noter, c'est que certaines personnes qui sont au sein du pouvoir, essayent toujours d'alimenter la presse, en leur révélant même les secrets du Conseil des Ministres ou les réunions du Secrétariat Exécutif National (SEN) de l'APR, signale-t-il.

Ainsi, il soutient ne pas comprendre que le ministre Amadou Bâ, ex-patron du département des finances, puisse avancer que le problème des 29 milliards, était juste un malentendu et qu'il est son frère. Je pense que si on accuse une personne d'avoir détourné une telle somme et que deux (02) ans après, une personne déclare que c'est avec ces 29 milliards qu'il a eu à construire quatres Domaines Agricoles Communautaires (DAC), revenir pour dire que c'était un malentendu, ne me semble pas logique. 29 milliards est une somme colossale sur laquelle il ne peut pas y avoir de malentendu, mais malheureusement, c'est des gens qui sont au cœur du pouvoir qui donnent ces fausses informations, déplore le ministre Mame Mbaye Niang.

Évoquant les questions politiques, le responsable de l'APR estime que logiquement, c'est les dernières élections présidentielles qui doivent être la référence pour définir le Chef de l'opposition. " Je ne soutiens pas Idrissa Seck, et je suis très virulent avec lui, mais ce qui est logique, c'est qu'après le Président Macky Sall qui a gagné les élections présidentielles, celui qui suit est deuxième, et par conséquent, doit être considéré comme le Chef de l'opposition ", a-t-il conclu.


Titre de votre page