leral.net | S'informer en temps réel

Circulez, il n'y a rien à voir ! (Par DIDIER AWADI)

Dakar, le 18 juillet 2017
Mon très cher Ndiaye c'est encore moi, Ndiaye, depuis Dakar. Comme tu peux le constater, je suis persévérant.
Tu sais pour moi la famille est essentielle, que dis-je, elle est sacrée. Ton silence m'alarme gravement, c'est déjà la troisième lettre que je t'envoie sans recevoir de réponse. Pourquoi ce silence ? Réponds-moi. Ton état de santé m'inquiète. Quant à moi, je te rassure, Dieu merci tout va bien.


Rédigé par leral.net le Lundi 24 Juillet 2017 à 08:32 | | 0 commentaire(s)|

Est-ce que tu n'aurais pas reçu mes précédents messages, missives, Sms, e-mails, WhatsApp ? As-tu changé d'adresse ? Moi, la mienne n'a pas changé, mon numéro non plus. S'il te plaît, réponds-moi, mon frère. Ne penses pas que chaque fois que je t'écris, c'est juste pour te demander de l'argent. Il y a des choses plus importantes dans la vie que le matériel, mon frère. Mais bref, je voulais te donner juste quelques nouvelles du pays, c'est tout.

Tu sais que "boy Ali" passait son bac. Ils ont annulé l'épreuve de français, il y avait des fuites. Les boys avaient déjà reçu les sujets par WhatsApp. C'est grave, le directeur de l'Office du bac a presque démissionné, mais il y a des enquêtes pour savoir qui organise toutes ces fuites.

Le plus grave dans cette affaire, c'est que ce n'est pas la première fois. Et pis, c'est à tous les niveaux, même au palais, quand le Président a une rencontre à huis-clos, on a le rapport exact de tout ce qui s'est dit la minute d'après. On est un pays moderne 2.0. Ici, l'information est fluide et file à la vitesse de la lumière.

Nioun mom, on commence à s'habituer à ce désordre institutionnel. Tout le monde triche ici. Le tout, c'est de ne pas se faire prendre, sinon faut savoir lidjeunti, se débrouiller quoi, et surtout avoir de bonnes relations, et le bras long, à moins de savoir l'allonger (manam le "japp ci" national, "on est tous des Sénégalais… saway, on se comprend…").
Le boy était très triste, ndeysan. Mais on a prié pour lui, ça va aller.

Emmanuel Macron
Ndiaye, les Français ont élu leur nouveau Président. C'est un jeune beau gosse qui a l'air intelligent. Mais il y a un truc bizarre chez ce gars, il y a un truc qui n'a pas marché. C'est sérieux.

Le gars, on lui pose une question sur l'Afrique, sa seule réponse, c'est que nous autres Africains, la cause de tous nos problèmes, c'est qu'on fait trop de gosses. Notre problème serait civilisationnel… La France vieillissante ose dire qu'on a un problème de démographie.

Il me fait rire ce gamin, ce n'est pas parce que lui ne peut pas, que nous, on va s'abstenir. Nos femmes sont jeunes, fraîches, belles et sexy. Et ici, wallay, personne ne doute de notre virilité, ici personne n'épouse sa grand-mère… Tu me comprends… Ndiaye, tu sais que je ne dis jamais du mal des gens qui ont des orientations sexuelles différentes, et que je les respecte. Mais je crois que ce monsieur a loupé une occasion de fermer sa bouche… Je vais rester poli.

Au fait j'espère que vous avez retiré vos cartes d'électeur au Quebec, ici mom on attend de pied ferme les nôtres, qui arrivent au compte-gouttes. C'est comme si le pouvoir avait peur des votes-sanction. Tu sais, temps yi les coupures d'eau ont repris de plus belle. "Les nerfs sont tendus" et, nouveauté à Dakar, quand il y a coupure de courant, dorénavant, ils ne parlent plus de coupure mais de délestage… ou le contraire, va comprendre. Dans tous les cas, il n'y a plus d'électricité pour nous, et quand ca revient ça bousille tout.

A ce propos, pense à faire un geste pour ta cotisation à la maison, le frigo a rendu l'âme, cette fois je crois que c'est définitif mon frère. Pourtant "on a tout tenté, mais l'irrécupérable s'est produit"…

Ndiaye, l'argent ne circule plus, ou alors, pas de notre côté. C'est chaud frère. On était tous pressé que la campagne législative commence pour profiter de la redistribution de notre argent. Moi, je te conseille mon frère, si les politiciens te donnent, prend et bouffe ! Quand tu seras dans l'isoloir, vote selon ta conscience. Ces gens nous fatiguent. Plus de 45 listes, j'ai l'impression que tout le monde veut être député au Sénégal.

Khalifa Sall
Je me demande comment ils vont s'organiser, c'est un grand n'importe quoi. Mais bon je suppose que c'est ça la démocratie. Il y a même des tocards inconnus dans leurs quartiers, qui veulent devenir députés. Il y en a qui ne savent ni lire ni écrire leurs noms, mais ils veulent aller à l'Assemblée pour défendre des textes… Mais bon, tout le monde a le droit de s'exprimer. Même les prisonniers politiques comme Khalifa Sall, le maire de Dakar, depuis sa prison de Rebeuss.

C'est très dangereux pour le pouvoir, le cas Khaf. S'il perd, c'est normal, ils lui ont ôté toute possibilité de battre campagne, il devient un martyr politique présidentiable. Par contre, s'il les bat depuis sa prison, il devient un héros populaire, et c'est la honte de leur vie. Le mec n'est toujours pas jugé, il est donc présumé coupable ou présumé innocent, c'est selon… Dans tous les cas, ça va être intéressant de voir comment ils vont se sortir de ce bourbier. C'est la démocratie du plus fort…

Moi daal, je ne veux pas me mêler de leurs histoires, je veux juste mes sacs de riz, mes t-shirts, mes casquettes, mes tissus, et mon argent. Le reste, c'est pas mes oignons. Les gars, tu votes pour eux, ils vont dormir et applaudir à l'Assemblée. Au quartier, on a un comité d'accueil pour tous les partis et toutes les coalitions à deux balles qui viendront, les femmes du kogn aussi sont déterminées (mais elles, je les connais… c'est surtout pour les tissus et les sacs de riz). Nous daal, on va prendre notre part du gâteau. Rien à f… ! Quand on te prend pour un fou…, fais le fou.

Abdoulaye Wade
Moi, j'attends notre Gorgui national pour qu'il mette l'ambiance, ça va zouker. Il va nous faire son bon vieux show, notre Gorgui, comme d'habitude. Dès qu'il est arrivé rek, il a déclenché les hostilités, de vrais clashs comme un rappeur. On avait sa nostalgie, je te promets, même si je crois que ses amis auraient dû le préserver. Mais ils ont besoin de lui, ils n'ont pas de star, zéro buzz… À son âge quand même, notre Gorgui, il mérite le repos, même s'il n'en veut pas… Le pouvoir daal, ça doit être nekh…

Toi qui a "fait les bancs", pourquoi tu ne te présentes pas ? Tu as tes chances, bilay. Nous, ici, on peut tout organiser. Tu sais que j'ai du monde avec moi. La famille de mère Adji Coumba Tacko, et ils sont nombreux, c'est des bambaras, tu te rappelles, on les appelait les "32 bambaras", les boys de l'Asc aussi, les lutteurs, il suffit juste de m'envoyer un peu d'argent et je les mobilise. Ils me font confiance, et tu peux être sûr que je ferais un très bon usage de ton argent.

N'écoute pas les jaloux qui veulent nous opposer… L'argent de ton terrain de Diamniadio, je l'avais mis dans la valise rouge, j'avais même acheté un cadenas, je l'avais planqué dans la chambre, sous le lit, je te le jure ! C'est sûrement les boys Ali-là qui l'ont volé, ils sont toujours là à glander au quartier. Ils ne travaillent pas, ils ne vont pas à l'école. Ils sont toujours là : "Japp ci", "Japp ci" rek. C'est trop facile, en plus ils passent leur temps à boire du thé, draguer toutes les bonnes "Go" du quartier, de vrais inconscients.

Au fait, Ali a enceinté ta promise, elle est à trois mois de grossesse, il paraît. Mais permets-moi de te dire que c'est ta faute, si tu m'avais envoyé l'argent, on aurait fait le nécessaire et aujourd'hui, on serait tranquille, elle serait ta femme. Mais tu ne me fais jamais confiance. Moi je suis ton frère, je gère tes intérêts, il faut que tu comprennes que l'erreur est humaine, boy. Les cent mille francs de la tontine, j'ai dû payer des "plaignants" pour nous épargner la honte à la maison, tôt ou tard je te rembourserai, inch Allah. J'ai dû juste payer des tissus, les tailleurs, des chaussures, le crédit de la boutique et quelques poulets pour la Korité, c'est tout.

Bon Ndiaye, je pense avoir tout dit, vous là-bas, vous êtes toujours busy, je ne vais pas abuser de ton temps en espérant que cette fois, tu feras signe de vie.

S'il te plaît fils, répond si tu reçois ces mots, et n'hésite pas à me communiquer la bonne adresse au cas où je l'aurais mal relevée et donc, que tu n'aurais pas reçu ma lettre. Si par extraordinaire, tu ne la reçois pas par contre, c'est simple, dis-le-moi et je te la renvoie illico, c'est important pour moi frangin, la vie est courte et la famille, c'est sacré.

PS : J'ai trouvé un portable enfin… Un Nokia 3310, nouvelle édition c'est super, donc fini mes tracas de phone. Dieu merci. Sauf que y a pas WhatsApp, Facebook, Instagram, Twitter, Snapchat donc pas de photo et vidéo que je puisse t'envoyer pour que tu sentes l'ambiance du pays. On me propose une reprise de ce Nokia pour la modique somme de 230 mille francs Cfa pour avoir un Motorola presque neuf. Je n'ai pas encore vu l'appareil mais je sais que c'est une bonne marque. Tout geste sera appréciable mon frère. Japp ci rek !

Je pense très fort à toi champion.
PS 2 : Ndiaye, oublie mon conseil sur ta candidature aux élections législatives. Toi tu es artiste, reste artiste. Même si on t'applaudit pour tes belles chansons d'amour douces, romantiques et langoureuses, très très engagées, reste à ta place. Tu as ici un de tes collègues, et pas des moindres, le roi du Mbalax pour ne pas le nommer, qui nous a démontré que la course effrénée au pouvoir, ça peut devenir un exercice très périlleux.

Il nous a démontré qu'il n'avait pas que des talents de chanteur et qu'au besoin le Sénégal pourrait faire appel à lui pour les Jeux olympiques. Usain Bolt n'a qu'à bien se tenir au regard du record mondial battu par notre star nationale. Il paraît qu'il a gagné la "babouche d'or" de Grand-Yoff. Ça m'a fait très mal, on l'a porté, lui le "boss de Dakar", comme un bébé pour fuir les coupe-coupe "37" et éviter les bêtes de briques qu'on appelle "cabas". Vivement qu'il revienne à la chanson, le grand, l'athlétisme, c'est dangereux à son âge.

Moi, je préfère sincèrement quand il chante, c'est le meilleur, il n'a pas besoin de ça… Je dis ça, je dis rien. Mon frère, cette fois je m'arrête là, je te laisse la mélodie. S'il te plaît réponds-moi, mon frère.

PS 3 : Ndiaye la violence et l'indiscipline ont encore fait des victimes au stade, c'est inacceptable ! Huit morts (paix à leurs âmes ) et de nombreux blessés. Chacun se rejetant la faute. Le président a pris la courageuse décision d'interdire toutes les manifestations culturelles et sportives sur l'étendue du territoire national. On a tous applaudi, Il a juste oublié d'ajouter les manifestations politiques. Mais ça se comprend… Il est vrai que nos hommes politiques se sont toujours illustrés par la non-violence en période électorale… De vrais modèles de discipline : ils ne se battent jamais, ne s'insultent jamais, ne s'invectivent jamais, ils n'ont jamais fait usage de pierres, bâtons, coupe-coupe, ou d'armes à feu. Bref des saints, que dis-je, des anges… Ndiaye ils sont formidables…

Je m'arrête là, je cours récupérer ma carte avant qu'ils ne ferment. Bye.

Ndiaye, depuis Dakar