Leral.net - S'informer en temps réel

"Comment j'ai déshonoré ma famille"

Rédigé par leral.net le Jeudi 27 Août 2015 à 12:23 | | 0 commentaire(s)|

On m'appellera Amara, j'ai 24 ans et assistante de direction dans une grande firme. Pour celles qui ne connaissent pas la culture indienne, c'est une culture très à cheval sur ses principes, ses traditions et la famille qui est plus important que tout et synonyme d'honneur. Cette culture que j'ai toujours aimé et que j'aime encore m'a quelque peu gâché la vie.


"Comment j'ai déshonoré ma famille"

Après avoir passé mon BAC et l'avoir eu avec mention à mes 18 ans, les vacances arrivent et comme chaque année je m'en vais en Inde, mais arrivé sur place, ma famille m'apprends qu'il est venue pour moi l'heure de me marier et que j'ai fais assez d'étude. J'ai bien cru à une blague au début car il était hors de question pour moi que je me marie, car je m’apprêtais à entrer en école de médecine et surtout j'avais un petit ami que j'aimais et qui m'aimais. Je ne l'ai certes jamais présenté à mes parents car chez nous, ce sont des choses très pudiques et qui ne se font qu'après mures réflexions. Mais on pensait à se fiancer et se marier par la suite. Dans ma tête mon avenir était tracé donc ce destin qu'on m'avait tracé n'avait pas sa place mais je me suis dit qu'avec une bonne discussion cela passerait.

Ma mère et moi sommes très proches, donc quand on en parle, elle m'a dit qu'elle me comprenait mais qu'elle avait elle aussi la pression familiale et en particulier celle de mon père. Mon père avait une vision particulière de la femme, la vie d'une femme se résumait à se marier, rendre heureux son mari et avoir des enfants. Ma mère a essayé de discuter avec mon père mais rien, il lui a reproché de nous avoir mal éduqué car sinon je n'aurai jamais remis en question ces dires et il menaça même de quitter ma mère si je mettais la honte sur la famille. Pour moi il était inacceptable que ma mère subisse car elle a toujours été une femme dévouée.

Après des jours de conversations, des larmes, des cris, j'ai compris que ce destin je ne pouvais y échapper. J'ai appelé mon petit ami qui était resté en France, et il fut tellement choqué qu'il m'a raccroché au nez, puis m'a rappelé quelques heures après en me proposant de m'enfuir et de rentrer en France. Je ne pouvais pas faire une telle chose à ma mère, les familles étaient là, tout était prévu. J'en ai voulu à ma mère de sa trahison mais j'ai compris aussi qu'elle n'y était pour rien, qu'elle subissait comme moi.

Le jour des fiançailles, jour où j'ai vu le jeune homme aussi pour la première fois, j'étais en larme mais ma mère m'a prié de l'honorer elle même en larme. J'avais l'impression d'être dans l'un de ses films de chez nous mais non c'était bien réel. Je suis descendue pour voir le mec, mon fiancé si je puis dire et il avait la vingtaine, assez gêné aussi (je suppose qu'on l'a contraint au mariage aussi), les présentations ont été faites, les modalités etc.... et on nous annonçait que le mariage aurait lieu deux semaines plus tard car ça nous serait favorable (mauvaise prédiction). Le mec en lui même n'était pas mal du tout, mais je l'aimais pas. Mon copain m'appellait sans cesse mais je préférais ne pas décrocher puis au bout de la vingtième fois, j'ai décroché et il me demandait encore de m'enfuir mais je lui ai répondu une fois de plus que je ne pouvais faire une telle chose à ma mère, et en même temps j'ai préféré mettre fin à cette relation une bonne fois pour toute.

J'ai pleuré toute la journée et toute la nuit ce jour là, ma vie était gâchée, qu'allais-je faire de mes études? comment allier mariage et études? ce "mari" allait venir vivre avec moi ou allait-on me forcer à rester en inde? des questions pleins la tête et même à certains instants des pensées de suicide. Durant tous ce temps, ma grande sœur n'a pas réagi car elle était resté en France et n'a pas voulu assister aux fiançailles et j'ai compris qu'elle était au courant.

La veille du mariage, elle m'a appelé en pleurs en m'expliquant qu'elle savait ce qui se tramait car après son bac, c'est la même chose qui lui est arrivé mais ma sœur et moi avons 12 ans de différence donc j'étais trop jeune pour comprendre. C'est un sujet qu'on a jamais abordé à la maison et j'ai toujours cru que son mari actuel était son petit ami mais non, c'est un mariage arrangé mais elle a appris à l'aimer, ils ont deux enfants et sont heureux d'après elle. Quand j'ai appris ça, pour moi la trahison était partout, je ne savais même pas s'il fallait croire qu'elle était heureuse en ménage ou pas. Elle me demanda d'être forte puis raccrocha dans les larmes.

Le lendemain, tout le monde est heureux sauf moi, ma belle famille voit en moi la belle fille parfaite, ma mère voit en moi la fille devenue malheureuse à cause d'elle et mon père voit en moi la bonne fille obéissante. J'étais un peu les 3 malgré moi. Les heures passent, les préparatifs, mon père à mis une fortune dans ce mariage, plus de 40 000 euros donc fallait l'honorer une fois de plus, je ne faisais qu'honorer en fait.

Le mariage s'est déroulé à merveille, un mariage de rêve, mais que j'aurai voulu vivre avec l'homme que j'aime. Après le mariage, une grande et belle suite nous attendait dans l'un des plus grands hôtels de la capitale, le pire moment je pense car qui dit hôtel dit consommation de ce mariage. Je n'étais plus vierge et je redoutais ce moment car la pire honte serait que mon mari le découvre et me renie.

Heureusement arrivé à l’hôtel, il m'a demandé de m'asseoir et m'a demandé honnêtement si je l'étais ou pas et bien sûr je lui ai dit la vérité et j'ai été surprise car il été soulagé, il m'a fait comprendre qu'il était hors de question qu'il dévierge une femme qui ne l'aime pas. J'ai compris aussi à ce moment là qu'il aimait quelqu'un mais qu'on l'a contraint. On a quand même consommé ce mariage, je me suis sentie tellement sale suite à l'acte et tellement honteuse mais je devais être forte. On a passé 5 jours dans cet hôtel et puis on est retourné chez mes parents. Une fois arrivé, réunion de famille et ma famille me demande de tout faire pour le faire venir en France, en attendant il restera en Inde et moi je rentrerai pour m'occuper de l'administratif. Bizarrement cet arrangement me plaisait car je n'aurai pas à le supporter avec moi en France donc quelques jours après nous avons fait le mariage civil en Inde car il le faut pour un regroupement familial.

Trois semaines après je rentrais en France, retrouver mes amies, ma sœur, mes parents eux sont encore restés un peu, mais quelque chose avait changé, à la différence de mes copines, j'étais maintenant mariée. Au début je n'ai pas osé leur en parler mais quand elles ont remarqué qu'elles voyait plus mon copain, il était tant que je leur explique. Elles étaient choquées et mal pour moi mais une a osé me donner l'idée qui a tout basculé. Elle m'a tout simplement dit "vu qu'ils t'ont forcé à te marier, rends leur la monnaie de leur pièce et continue d'entretenir ta relation avec ton petit ami vu que ton mari ne sera pas là avant un bon bout de temps". Effectivement la procédure était bien plus longue que je ne pensais et c'était pas si mal.

J'ai rappelé mon petit ami on a discuté et il a tout pardonné car il connait ces coutumes, étant lui même indien. Il me demanda comment on allait faire, je lui ai dit que je ne savais pas mais qu'on trouverait une solution. Mes parents sont rentrés, les procédures continuaient de plus belles, j'ai commencé mes études de médecine, mon mari m’appelait chaque jour pour avoir de mes nouvelles (mais on se parlait pas plus de 2 min) et bien sur j'entretenais ma relation avec mon copain devenu donc mon amant mais seul mes copines étaient au courant, puis ma sœur par la suite car je ne pouvais lui mentir et en plus elle s'en voulait tellement qu'elle était prête à tout pour me soutenir.

Les mois passèrent, la procédure toujours en cours et un jour mon père reçut un coup de fil d'un ami qui lui raconte qu'il m'avait vu avec un jeune homme à tel endroit en train de fricoter. Ce n'était pas faux car effectivement j'étais à cet endroit avec mon copain ce jour même, mon père a piqué une colère folle et est venue me demander des explications, mes larmes lui ont confirmé ce qu'il pensait et il m'a foutu dehors. Ma mère avait beau pleurer, il a juré que plus jamais je ne rentrerai dans cette maison car je lui ai mis la honte et j'ai été chez ma sœur. J'ai appelé mon copain et il m'a dit que c'était la meilleure chose qui pouvait nous arriver.

beautylicieuse.com


 



Titre de votre page