Leral.net | S'informer en temps réel

Confidence: « J’ai découvert que mon copain était sado-maso. »

Rédigé par leral.net le Lundi 20 Novembre 2017 à 23:35 | | 0 commentaire(s)|

Bonjour Afrikmag, j’aimerais avoir des conseils de vos abonnés car je vis une histoire assez bizarre avec mon copain.


Je lis régulièrement votre rubrique « Confidence » et je souhaiterai savoir si d’autres personnes ont déjà vécu cette situation. Je savais qu’il y avait des femmes qui aiment être battues avant de faire l’amour, mais je ne savais pas qu’il existait des hommes qui aimaient se faire battre.

Mon nom est Pauline et je suis vraiment dépassée par le comportement de mon homme. Nous sommes tous les deux d’origine africaine. Notre relation dure depuis 7 mois. Nous nous sommes rencontrés au cours d’un voyage. Franchement, je ne comprends plus cet homme. Je l’aime mais je lui ai dit que je ne pouvais pas faire ce qu’il me demande. Il s’est fâché et il m’a dit que je ne l’aimais pas.

C’est vraiment le monde à l’envers dans la tête de certaines personnes. Il a acheté de grosses ceintures, des bâtons et il me demande de le fouetter. Vraiment est-ce-qu’une personne normale peut demander ce genre de choses?

Je me pose beaucoup des questions. Sincèrement, il est vraiment tendre et affectueux avec moi mais à chaque fois que nous voulons passer à l’acte, il me demande de le battre.

Je lui ai dit que chez nous, une femme ne doit pas battre son époux et vice-versa. Il m’a dit que c’est la vieille époque et que toutes ses ex-copines acceptaient de le battre.

Je ne sais pas si c’est parce qu’il a trop duré en Europe mais je n’ai jamais vu un homme qui demande à sa copine de le battre. Il m’a demandé de regarder le film « 50 nuances de Grey », pour comprendre le plaisir qu’on pouvait avoir en pratiquant cette technique. Je lui ai expliqué que je n’étais ni sadique, ni masochiste. Malgré les sentiments que j’ai pour lui, je ne peux pas satisfaire sa demande. Comment les gens font pour aimer ces pratiques malsaines. Merci de me donner des conseils.

 
 

Afrikmag