leral.net | S'informer en temps réel

Crise du Golfe: Le Maroc offre ses bons offices de médiation


Rédigé par leral.net le Lundi 12 Juin 2017 à 11:46 | | 0 commentaire(s)|

Après la Guinée Conakry qui a assuré vouloir jouer la carte de la médiation, le Maroc a se veut aussi plus conciliant concernant la crise que traversent les pays du Golfe. Dans un communiqué publié ce dimanche, dans les colonnes de nos confrères "Afrique la Tribune", par le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, le Royaume se propose en conciliateur et offre "ses bons offices" en vue de favoriser le dialogue.

Le ministère rappelle en ce sens que le roi Mohammed VI a maintenu un contact étroit et permanent avec les différentes parties. Ajouté à cela, le partenariat stratégique qu’entretient le Maroc avec les États du CCG, le Royaume propose ainsi sa médiation sur la base de "la non-ingérence dans les affaires intérieures, la lutte contre l’extrémisme religieux, la clarté dans les positions et la loyauté dans les engagements".

"Depuis le déclenchement de cette crise, le Roi Mohammed VI a maintenu un contact étroit et permanent avec les différentes parties", a souligné le communiqué après avoir rappelé que le Royaume du Maroc suit avec une grande préoccupation, la détérioration, ces derniers jours, des relations entre le Royaume d'Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis, le Royaume du Bahreïn, l'Egypte et d'autres pays arabes d'un côté, et l'Etat du Qatar de l'autre.

Le Maroc a décidé d'observer une neutralité dans cette crise des pays du Golfe pour plusieurs raisons mises en évidence dans le communiqué de la diplomatie marocaine, et qui tiennent aux relations personnelles entre le souverain marocain et ses pairs des pays du Golfe, mais aussi la teneur des relations politiques, diplomatiques, économiques et commerciales qui lient le Maroc et les différentes parties prenantes au conflit

«Le Royaume du Maroc, fortement lié aux pays du Golfe dans tous les domaines, mais suffisamment éloigné géographiquement, se sent intimement concerné par cette crise, sans y être directement impliqué. Le Royaume privilégie une neutralité constructive qui ne saurait le confiner à l'observation passive d'une escalade inquiétante entre des pays frères».
 










Hebergeur d'image