leral.net | S'informer en temps réel

De Valdiodio Ndiaye à Assane Diouf, en passant par Abdou Latif Coulibaly: Les trublions de la République, les cinq râleurs en chef

Sénégal – Les trublions de la République : les cinq râleurs en chef


Rédigé par leral.net le Dimanche 28 Janvier 2018 à 13:52 | | 0 commentaire(s)|


Cliquez-ici pour regarder plus de videos
 
 
 

Portrait de cinq personnalités qui sont passées maîtresses dans l'exercice de la contestation du pouvoir ou de l'ordre établi.


À la veille de l’indépendance, l’ancien ministre de l’Intérieur (par ailleurs héritier du royaume des Sérères Guelwar) se distingue du très francophile Léopold Sédar Senghor  (alors président de la République mais dénué de véritable pouvoir) par un souverainisme affirmé. Le 26 août 1958, à Dakar, il défie le général de Gaulle, en tournée préréférendaire, dans un discours qui professe la fin de l’allégeance coloniale.• Valdiodio Ndiaye

En 1962, Valdiodio Ndiaye et Mamadou Dia, le président du Conseil, seront victimes d’une cabale politico-judiciaire qui leur vaudra un long séjour en prison et marque l’une des pages les plus sombres du règne de Senghor.

• Abdou Latif Coulibaly

 

 

Il fut le journaliste d’investigation emblématique des années Wade. Outre une enquête sur les détournements financiers survenus à la Lonase (société nationale qui gère les jeux d’argent), son principal fait d’armes est un livre – alors interdit au Sénégal – impliquant Abdoulaye Wade et l’état-major de son parti dans l’assassinat de l’ancien vice-président du Conseil constitutionnel, Babacar Sèye, au lendemain des élections de 1993. Rallié à Macky Sall, entré au gouvernement en 2012, il a depuis, tourné la page.

• Mademba Sock

Ce syndicaliste actif dans le secteur de l’électricité s’est rendu célèbre sous Abdou Diouf en critiquant les délestages et les manquements de la Senelec.  Il sera emprisonné, accusé d’avoir orchestré un black-out qui plongea Dakar dans l’obscurité, un soir où le président revenait d’un voyage officiel. Youssou Ndour lui a consacré à la fin des années 1990, un morceau qui tournait en boucle à Dakar.

• Pierre Goudiaby Atepa

 

 

L’architecte le plus connu du Sénégal  n’a rien d’un activiste marginal. Il fréquente le gratin et les chefs d’État aux quatre coins du continent, a été le conseiller d’Abdoulaye Wade et n’a pas de problèmes d’argent. Mais son engagement contre la spéculation immobilière sur la corniche de Dakar fait de lui un enquiquineur patenté, tout comme son franc-parler sur la Casamance, sa région d’origine.

Après l’assassinat récent de treize jeunes dans cette zone , il a dénoncé « une mafia qui pille les forêts », menaçant de donner des noms à la justice.

• Assane Diouf

Strictement inconnu jusque-là, ce Sénégalais qui a vécu seize ans aux États-Unis, a défrayé la chronique ces derniers mois, en tenant des propos outranciers sur Macky Sall dans son blog vidéo.

Qualifié d’« insulteur de la Toile » et de « fou furieux du web », expulsé du pays de l’oncle Sam en août pour situation irrégulière, il a tenu, dès son retour sur le continent, des propos jugés sacrilèges sur le rapport à l’argent des confréries religieuses, ce qui lui a valu la mise à sac de son domicile par des talibés en colère.





Par Mehdi Ba  (Jeuneafrique)