Leral.net - S'informer en temps réel

De qui Saint-Louis est-il donc le nom: Un croisé !

Rédigé par leral.net le Samedi 26 Décembre 2020 à 13:20 | | 0 commentaire(s)|

Depuis la semaine dernière, un débat fait rage sur le projet de débaptisation de l'avenue De Gaulle de Saint-Louis et sa rebaptisation du nom du président de la République en exercice, par ailleurs beau-frère du maire de la ville et ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, Mansour Faye. La riposte des citoyens de Saint-Louis ne s’est pas fait attendre.


J’essaye d’aller au-delà de la polémique que cette idée saugrenue a installée dans la capitale du Nord et dans tout le pays, pour, à nouveau, interroger certains noms de rues, avenues, places et monuments de notre pays.

Alors que la controverse sur la statue de Louis Faidherbe qui plastronnait insolemment sur la place du même nom n’est pas encore vidée, la provocation consistant à vouloir baptiser cette grande artère De Gaulle du nom de Macky Sall, pouvait franchement nous être épargnée.

Mais parlons de Saint-Louis, le roi éponyme dont la ville porte le nom.
Saint-Louis, ou Louis IX avant sa canonisation, est ce roi de France qui initia la 7e croisade qu’il perdit et pendant laquelle il fut fait prisonnier en 1250 par les troupes musulmanes. Têtu et obnubilé par la reconquête de Jérusalem, c’est sur les routes de la 8e croisade qu’il meurt de la peste en 1270, aux portes de Tunis.

Aujourd’hui, plusieurs villes de France, du Canada, des Etats-Unis, du Brésil, etc. portent son nom en témoignage de la grandeur d’antan de la France impériale. Ce n’est pas un hasard si des manifestants, parmi ceux qui ont déferlé dans les rues du monde entier à la suite du meurtre de George Floyd, ont exigé au Missouri que sa statue soit déboulonnée.

Au Sénégal, plus que les places, les édifices et les rues, la question du nom de villes comme Saint-Louis se pose. De toutes façons, le peuple, lui, ne connaît que Ndar, Saint-Louis étant l’appellation de l’élite francophone.
A Dakar aussi, il faudra poser la question de ce beau et large boulevard du nom du Général De Gaulle, qui relie, on ne sait par quel hasard de la géographie, les avenues Cheikh Ahmadou Bamba et El Hadj Malick Sy, deux illustres fils de ce pays.

Un peu plus loin au centre-ville, se trouve la rue Jules Ferry, du nom de ce théoricien illuminé d’une France en charge « du fardeau d’apporter la civilisation aux nègres, cette race inférieure ». Voudrait-on donner raison au raciste Jules Ferry qu’on ne s’y prendrait autrement, qu’en maintenant son nom dans l’une des rues les plus passantes de la capitale sénégalaise.






Madické Ndiaye
Economiste, Géopoliticien
Militant panafricaniste


Titre de votre page Titre de votre page