leral.net | S'informer en temps réel

Dr. Safiétou Thiam, CNLS:« «il est inadmissible de voir dans nos villes, un enfant qui naisse avec le VIH »

Dans le but d’améliorer l’égalité sociale pour les personnes affectées par le VIH et celles vivant avec la maladie, le Conseil national de lutte contre le Sida (Cnls) a tenu un atelier de plaidoyer sur l’initiative : « Les villes s’engagent contre la VIH » ce mardi, en présence de nombreux élus locaux des villes du Sénégal. Une occasion pour la secrétaire exécutive de Cnls, Dr. Safiétou Thiam, de plaider pour l’élimination de la transmission du VIH de la mère à l’enfant. Pour elle, il est devenu inadmissible de voir dans nos villes un enfant qui naisse avec le VIH.


Rédigé par leral.net le Mardi 18 Décembre 2018 à 14:47 | | 0 commentaire(s)|

« L'initiative « Les villes s'engagent » encourage les maires à devenir des précurseurs et des innovateurs en matière de santé. Elle vise notamment à encourager divers acteurs et secteurs à obtenir des progrès rapides, une riposte accélérée permettant d’améliorer l'égalité sociale pour les personnes affectées par le VIH et celles vivant avec la maladie », renseigne la secrétaire exécutive du Cnls.

Avant d’ajouter que les évolutions dans la riposte rappellent qu’«il est devenu inadmissible de voir dans nos villes un enfant qui naisse avec le VIH ».

Pour elle, les acteurs doivent mobiliser pour que les femmes enceintes séropositives reçoivent les médicaments ARV pour éliminer la transmission du VIH de la mère à l’enfant.

Par ailleurs, cet atelier de réflexion offre un cadre d’échanges de bonnes pratiques pour que les populations vivent dans un milieu ouvert et favorable, à l'abri de la discrimination ; qu'elles soient traitées avec dignité ; qu'elles aient accès aux traitements, aux soins et à un appui.

« Votre engagement est nécessaire pour accélérer l’atteinte des résultats nationaux et mettre notre pays sur la voie de l’élimination de l’épidémie du sida d’ici 2030 », insiste Mme Thiam face aux maires et représentants de maires venus nombreux.

De la part des collectivités locales, la ville de Dakar s’engage avec toutes les autres villes du Sénégal, à travailler pour atteindre cet objectif d’éliminer le Sida, si l'on se fie au propos de l’édile de la ville de Dakar, Mme Soham Wardini.

Selon le successeur de Khalifa Sall à la tête de capitale dakaroise, « au niveau de la ville de Dakar on a toujours subventionné les charges médicales pour vraiment subvenir aux besoins de ces personnes que ça soit le Sidi ou le cancer, et nous sommes engagés à travailler dans ce sens ».

Elle conclut : « Nous sommes là dans cet atelier aujourd’hui pour réfléchir ensemble avec toutes les villes du Sénégal et nous trouverons des stratégies qui nous aiderons à beaucoup combattre le Sida ».

Accélérer les interventions d’ici 2020 afin que 90% des personnes vivant avec le VIH dans leur circonscription connaissent leur statut sérologique, que 90% parmi eux suivent le traitement ARV et que 90% obtiennent une charge virale indétectable et donc, ne sont plus contagieux (les 90/90/90), tels sont les défis du Conseil national de lutte contre le Sida et ses partenaires( les maires des villes, Onu-Sida, etc..) réunis ce mardi 18 décembre pour réfléchir sur les voies et moyens d'éliminer cette pandémie.

En 2016, sur un nombre de PVVIH estimé à quarante et un mille (41 000), 56% soit 23 000 personnes vivent dans les 15 villes suivantes : Dakar, Guédiawaye, Pikine, Rufisque, Ziguinchor, Saint-Louis, Kaolack, Mbour, Tambacounda, Kolda, Thiès, Bignona, Bounkiling, Kaffrine, Fatick. En d’autres termes, plus d’une personne sur deux vivent dans les 15 villes et 78% des femmes séropositives.

A cet effet, sous la coordination du Cnls, cinq de ces collectivités locales (Thiès, Fatick, Kaolack, Kaffrine et Saint-Louis), s’étaient engagées pour des actions de la lutte contre le VIH à travers des plans d’accélération.

 



Cliquez-ici pour regarder plus de videos