leral.net | S'informer en temps réel

Edouard Latouffe, Apr Thiès: «Thies était un cas clinique et sa situation appelait à un diagnostic médical sévère et approfondi»


Rédigé par leral.net le Samedi 6 Août 2022 à 12:30 | | 0 commentaire(s)|

Edouard Latouffe, Apr Thiès: «Thies était un cas clinique et sa situation appelait à un diagnostic médical sévère et approfondi»
«Face à une situation aussi grave, aussi intolérable, inexplicable, inexcusable et inacceptable, on ne peut que faire amende honorable », souligne pour sa part, Edouard Latouffe de l’APR. D'après "L'As", il estime par ailleurs que chacun doit assumer sa part d'erreur de ce qui peut être assimilé aujourd'hui à l'humiliation du siècle. « Je n’aurais pas attendu que le Président mette fin à mes fonctions, si j'étais nommé à un poste de responsabilité. J'aurais tout bonnement tiré toutes les conséquences de droit et rendu le tablier», a-t-il indiqué.

Il ajoute sur un ton amer : « Nous qui appartenons au camp présidentiel, avons scié la branche sur laquelle est assis le Président Macky Sall, nous y sommes tous assis, devrais-je dire. Nous l’avons mis aujourd'hui dans une situation politique inconfortable. Pourtant, son bilan élogieux, politiquement inattaquable, aurait suffi pour gagner ces élections. Ceux qui ont créé les conditions à ce que son électorat soit mis à rude épreuve et que son leadership fasse l'objet de controverses, en répondront devant le tribunal de l'histoire.

La plupart des cadres à qui il a confié des responsabilités, sont plus dans des logiques d'enrichissement illicite que de consolidation et de sécurisation de sa majorité politique et électorale initiale. Ils sont arrogants et repoussants. Les populations n'ont jamais accès à eux. Leurs téléphones sonnent régulièrement dans le vide. Les préoccupations des populations et des militants, sont le cadet de leurs soucis
».

S’adressant directement au Président Macky Sall : « J'avais alerté monsieur le Président Macky Sall. Vos collaborateurs ne vous ont probablement pas fait parvenir les différentes correspondances que je vous ai adressées. Au sortir des Locales où notre majorité a été malmenée dans certaines villes, j'avais dit à vos émissaires Malick Sall et Aliou Sall, que notre coalition sortait d'un traumatisme, que Thiès était un cas clinique et que sa situation appelait à un diagnostic médical sévère et approfondi.

Tout le monde sait que la crise politique que nous traversons n'est que la suite logique des contre-performances aux élections locales. C'est pratiquement impossible à une opinion publique de changer de position en six mois. Il s'y ajoutait que les éléments de langage utilisés dans la communication de campagne, aux fins de provoquer un déplacement diligent de l'électorat populaire vers Benno Bokk Yakaar, n'étaient pas des plus pertinents.

Il est aujourd'hui écœurant et révoltant de constater que votre propre majorité, a pris sur elle la responsabilité de vous entraîner dans un ravin sans issue. Nous n'attendons pas de vous que vous nous accordiez votre clémence. Nous n'attendons pas non plus que vous nous fassiez bénéficier de circonstances atténuantes. Soyez ferme, nous vous faisons confiance. Faites tomber les sanctions ! L'heure est très grave !
».

Ndèye Fatou Kébé

Leral Titre de votre page