leral.net | S'informer en temps réel

Elections législatives 2017: Un député sera réservé aux ressortissants sénégalais en Gambie, annonce le Président Macky Sall


Rédigé par leral.net le Samedi 18 Février 2017 à 23:28 | | 0 commentaire(s)|


Cliquez-ici pour regarder plus de videos
La communauté sénégalaise vivant en Gambie sera représentée à l’Assemblée nationale par un des 15 députés sénégalais réservés aux Sénégalais de l’extérieur à partir de la prochaine législature, a révélé le président de la République, Macky Sall.

"Vous aurez un député qui vous représentera à l’Assemblée nationale parmi les 15 réservés à la diaspora parce que vous êtes une communauté dynamique qui a besoin de l’attention des pouvoirs publics", a notamment dit le président Macky Sall.

Il s’exprimait lors d’une rencontre avec la communauté sénégalaise vivant en Gambie, vendredi, dans une grande salle de conférence de l’ambassade du Sénégal à Banjul, en présence de plusieurs ministres dont Augustin Tine (Forces Armées), Mankeur Ndiaye (Affaires étrangères) et Mansour Faye (Hydraulique et Assainissement).

Il y avait aussi le ministre Mansour Elimane Kane (Infrastructures, Transports terrestres et Désenclavement), ainsi que le député Moustapha Diakhaté et d’autres officiels sénégalais.

Le président Macky Sall a appelé les membres de la communauté sénégalaise à contribuer par leurs comportements à la préservation de l’image du Sénégal à l’étranger.

"Ne vous mêlez pas dans le trafic de bois en Casamance parce que nous sommes dans une dynamique de restauration de notre biodiversité dans la partie sud du pays qui était en proie à un trafic intense de bois", leur a-t-il par ailleurs, lancé.

Il a annoncé le lancement "dans deux semaines" d’un nouveau programme de modernisation des infrastructures au niveau des frontières entre le Sénégal et les autres pays voisins.

"L’objectif est de doter d’’infrastructures modernes les localités’’ situées aux frontières du Sénégal avec ses voisins (Gambie, Guinée-Bissau, Guinée Conakry, Mali et Mauritanie). Nous voulons que ceux et celles qui vivent dans les parties frontalières se sentent concernés par les projets de l’Etat", a-t-il dit