leral.net | S'informer en temps réel

Entretien exclusif! Suzanne Kamara: "J'ai transcendé mon handicap..."

LERAL.NET Le secret de sa réussite réside au-delà des considérations divines, dans son refus du remorquage et de l’assistanat systématique. Elle ne veut compter que sur elle-même et va toujours jusqu’au bout. Sa devise : c’est tout ou rien. Soumise tôt à l’influence de la musique bien faite, elle choisit de ne pas être simplement une chanteuse qui chante, mais un artiste avisé, capable d’intervenir à tous les paliers de la musique : de l’écriture à la Composition, en passant par l’Arrangement, et l’Interprétation. Après la sortie de son nouvel album, la grande diva Suzanne a bien voulu nous recevoir pour un entretien sensé, profond qui vogue dans l’air des temps, qu’on a envie de lire et de relire sans cesse.


Rédigé par leral.net le Lundi 25 Février 2013 à 13:30 | | 3 commentaire(s)|

Entretien exclusif! Suzanne Kamara: "J'ai transcendé mon handicap..."
Vous avez sorti un nouvel album "Boul. ko Khadiamal". Ou en êtes-vous avec sa promo ?

Nous sommes en train de dérouler tranquillement le plan de communication qui a été élaboré depuis le début et qui obéit à une trilogie incontournable qui vise trois catégories d’ objectifs: je veux parler des objectifs cognitifs dont la visée est de faire connaître le produit, il y’a les objectifs affectifs dont la finalité est de faire aimer l’album et pour finir Les objectifs conatifs dont le but est d’inciter à la consommation de tout ce que nous proposons album soirée clip etc. … donc jusqu’à présent nous travaillons dans un élan global car tout est distinct mais étroitement corrélatif.

Qu'en est-il de votre nouveau concept "Mbalax feeling dance", est ce qu'il est bien accueilli par le public?

Le "mbalax feeling dance" ou le "Dagou dance" n’est pas véritablement un concept nouveau: c’est un besoin exprimé qui trouve désormais sa réponse dans ma musique mais aussi dans l’orientation actuelle de la musique au Sénégal. le feeling dance est une danse qui ne nécessite pas le port de fuseau ou de bas, qui ne fait pas suer qui ne fatigue pas et qui peut être dansé par tout le monde quelque soit l’âge le sexe ou la race.

Comment avez-vous travaillé cet album?

J’ai élaboré avec mon staff une stratégie adéquate que nous avons expérimentée à travers la réalisation de cet album. C’est un travail de longue haleine difficile mais exaltant. nous commençons à constater le bienfait qui nous honore tous.

Pourquoi vous ne faites pas de featuring?

J’ai reçu plusieurs propositions de chanteurs étrangers mais, se sont les termes qui, en général, ne me conviennent pas. Pour le Sénégal, je l’ai fait avec mon frère et ami Deug tee dans lambji ou il s’est illustré de belle manière. J’en ai refusé quelques uns pour des raisons personnelles parfois parce qu’ils attendent à la dernière minutes pour m’aviser, parfois parce que le studio est inadéquat ou les conditions de travail sont exécrables. Mais je suis consciente de son importance. Cependant il faut du sérieux c’est du travail qui doit être bien élaboré pas une simple invitation sur un morceau dont on ignore tout. Au Sénégal, on ne doit pas faire à mon humble avis du featuring sur le morceau phare, car au moment de la promotion il est ridicule de voir l’artiste faire du play back en l’absence du guest-star. Imaginez le résultat c’est tout sauf du featuring, le featuring doit être un projet conçu pas une invitation promotionnelle.

Avec qui aimeriez- vous faire un featuring ?

Si je devais le faire j’aurai regroupé dans un même morceau fada Freddy, Mame balla, Ablaye Mbaye dans « Imagine » de John Lennon.

Les thèmes de votre album sont-ils en vérité des expériences personnelles ? Je donne l’exemple de Destiny...

J’ai pour rôle fondamental, à travers ma profession de musicienne chanteuse engagée, de participer au développement de mon pays. Je me mets au service du peuple. Je dois dénoncer, éduquer, sensibiliser et donner de la joie. Je l’ai dit tantôt dans une récente interview. Je ne peux donc m’arrêter à ma propre existence. Je m’inspire de mon entourage, de ce que je vois, de l’expérience des autres. L’expérience n’est expérience que lorsqu’elle profite à ceux qui sont au courant, pas seulement à celui qui l’a vécue. Une nuit vers 4h 30 du matin j’ai été réveillée par le téléphone au bout du fil. Il y’avait une dame en pleure, elle avait payé de l’argent pour avoir mon numéro. Elle pensait selon, ses dires de mettre fin à ses jours pendant cette période-là. Nous avons beaucoup parlé sur ses relations difficiles avec son époux et sa belle famille. C’est après cet appel que j’ai écrit Destiny. D’ailleurs beaucoup pensent que c’est ma propre histoire mais ce n’est pas le cas.

Pourquoi vous ne chantez pas votre histoire? Est-ce une faiblesse de chanter sa propre histoire?

Mon histoire ? Vous voulez dire mon handicap si c’est ce que vous voulez dire je l’ai fait avec "Moi" dans « Banex », c’est le dernier morceau de l’album. C’est un discours que j’ai prononcé lors de la conférence des chefs d’états africains contre la polio. C’est d’ailleurs l’un des présidents en présence d’Ousmane Ngom qui m’a suggéré de le mettre en musique. Un morceau qui a fait verser beaucoup de larmes et c’est grâce à ce morceau que j’ai eu l’honneur de rencontrer un grand marabout mouride en Allemagne et il est devenu un ami.

Je n’ai pas voulu le dire mais à travers la presse on nous apprend que vous n'aimez pas évoquer votre passé voire votre handicap. Est ce que vous le regrettez jusqu'à présent?

Là vous faites erreur c’était ‘’un titre appât’’. Vous savez, au-delà de mon handicap, il ya beaucoup de choses sur quoi nous pouvons discuter, nous pouvons échanger pour le développement de notre pays. Je ne me focalise pas sur mon handicap que je dépasse. Je l’ai transcendé grâce à ma foi en dieu et à mon expérience. J’ai, à travers mes voyages, rencontré des personnes avec des types d’handicap si terribles et tellement énormes que le mien n’est absolument rien par rapports aux siens. J’ai constaté que tous les journalistes axaient les interviews sur mon handicap et passaient à coté de l’essentiel qui est d’informer les lecteurs sur ce que je fais et non sur qui je suis. Car tout le monde me connait au Sénégal. Je peux comprendre que des journalistes étrangers le fassent mais pas des journalistes sénégalais.
Pour la deuxième partie de la question, je ne peux pas regretter mon handicap. On regrette un acte pas un état. Je n’ai jamais souffert de mon handicap ni moralement ni physiquement. Beaucoup de personnes ont fait de moi un symbole, donc, je dois donner l’exemple pour tout le monde.

On constate que malgré votre vie d'artiste vous assurez toujours votre ménage. Quel est votre secret?

Il n’existe pas de panaché établi pour préserver son ménage d’éventuels aléas. C’est difficile parfois pour tout le monde, pour tous les couples, mais il faut savoir favoriser le dialogue en dehors des moments de tensions, il faut savoir user du silence bavard, savoir fermer les yeux quand c’est nécessaire et savoir boucher les oreilles tout le temps. Ce n’est pas facile, mais puisque l’idéal n’existe pas, doit-on détruire un ménage pour un autre similaire. Ce que je ne tolère pas, c’est la violence dans le ménage. Je lutte farouchement contre cela. Des tensions peuvent survenir dans un couple, mais une violence continuelle, quel que soit son degré, est à proscrire


Entretien exclusif! Suzanne Kamara: "J'ai transcendé mon handicap..."
A votre avis qu'est-ce qui fait que bon nombre de mariage d'artistes femmes sénégalaise finissent toujours au divorce?

Vous pensez certainement que c’est la faute aux artistes femmes, mais moi, je dis non. Je ne vais pas casser du sucre sur elles. Je reproche à certaines leur naïveté, mais ce sont ces hommes qui, devant leur télé fantasment sur ces femmes chanteuses, comédiennes, journalistes et même danseuses. Les tentations sont nombreuses et alléchantes et les hommes sont prêts à mettre tous les moyens pour satisfaire ce fantasme et divorcer une fois assouvis. Par contre d’autres hommes plus justes, plus sérieux donc franchement amoureux ne parviennent pas à adapter leur vie sociale aux contraintes professionnelles de leurs épouses artistes.

Est-ce à dire que le mariage est un fardeau pour une femme artiste?

Je n’irai pas jusque là, il ne faut pas nous stigmatiser, le mariage est un fardeau pour tout le monde. Maintenant si vous voulez dire que c’est un frein pour une carrière, tout dépend de la personne, de sa motivation et de sa personnalité. Si on veut réussir coûte que coûte, on peut être amené à faire du n’importe quoi.

Qu'est-ce que vous préconisez comme solution à ces histoires de divorces répétées?

Je sais seulement qu’il n’existe aucun panaché pour éviter le divorce sauf évidemment ne pas se marier. Les divorces des stars sont méga médiatisé c’est pourquoi on a l’impression que toutes les artistes femmes divorcent à tout va.

La beauté physique est-t-elle importante pour une chanteuse?

Importante oui mais pas indispensable. Moi, je favorise le talent qui est une denrée télégénique qui illumine le plus ingrat des visages. Une beauté sans talent est un obstacle à une longue carrière, car la beauté se fane, tandis que le talent se bonifie avec le temps

Quelles vos relations avec les autres chanteuses sénégalaises?

Très bonne, je suis en accord avec tous les artistes du Sénégal sans exception : chanteurs chanteuses instrumentistes plasticiens comédiens danseurs etc.…

Quelles sont vos relations avec les Wade?

J’ai toujours eu de bonnes relations avec eux avant pendant et après le pouvoir comme c’est le cas avec la famille Diouf dont je viens de recevoir une correspondance du Président récemment. Je fréquente toujours Fabienne et Yacine, j’ai toujours les nouvelles de Madame Diouf. Je suis à l’aise car je ne base jamais mes relations sur les intérêts, jamais, je reste toujours en parfaite harmonie avec mes principes

Qu'est ce que vous retenez d'eux?

Qui ? Des Wade ?

Oui

J’ai beaucoup plus retenu du président Wade et nous n’avons jamais parlé de politique. Nous avons toujours parlé de musique et une fois seulement de l’amélioration des conditions de vie des personnes vivant avec un handicap. Donc je retiens de lui un homme de grandes valeurs et profondément humain. Du président Diouf j’ai retenu que c’est quelqu’un de très attentionné, très calme et qui suit ses décisions jusqu’au bout quand il promet quelque chose vous pouvez aller dormir.

Comment sont vos relations avec le nouveau président ? Que pensez de sa gouvernance ?

J’ai de bonnes relations avec le président Macky Sall et je vois par l’orientation de sa politique générale qu’il a de fortes ambitions pour le pays. Cependant j’ai comme le sentiment que certains dans son entourage s’attellent depuis le début à préparer la campagne électorale de 2017 au lieu de se pencher concrètement sur les difficultés des Sénégalais. Or précisément, ce n’est plus les folklores électoraux qui font gagner mais les réussites politiques. C’est-à-dire, satisfaire la demande sociale, donner des réponses adéquates aux interpellations des jeunes et plus urgent ; alléger la fatigues des sénégalais : c’est ce qui lui a fait gagner les élections. Il y’ a un an ma facture d’électricité s’élevait à moins de cent mille, aujourd’hui elle s’élève 220 000 f c’est révélateur. Mais j’ai confiance en lui, il est objectif, il sait ce qui a perdu l’ex-Président. Ce n’est plus désormais les promesses de programme qui font élire mais la réalisation de ce programme.

Quel message ou conseil voulez-vous lui faire ?

Oh! Il y a des gens plus avisés que moi pour le faire, si vraiment j’ai quelque chose de concret à lui dire j’irai le voir directement à défaut emprunter d’autres voies et moyens plus indiqués.

Qu'aimeriez-vous ajouter en guise de conclusion?

Je vous félicite et vous encourage à aller en avant. Je vais débuter le 02 mars l’animation de soirée et d’After work à Limpala et dans d’autres endroits. Pour le reste la presse sera avisée à temps


Interview réalisée par Cheikh Coka Camara



1.Posté par Swiss Beatles Fan Club le 25/02/2013 13:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour, Petite précision, "Hey Jude" n'est pas de John Lennon, mais une chanson écrite par Paul McCartney en 1968 et enregistrée avec les Beatles. Cordialement.

2.Posté par lam le 25/02/2013 13:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

vent ordinateur portable neuf hp g6 duo cor 2.2ghz ram 4ziga disque dur 500go wifi webcam graveur dvd tout neuf dans sons emballage contactez : 77907 43 73 // 70 797 04 60 mail: lamlam2000@live.fr

3.Posté par www.seneclub.com le 25/02/2013 17:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le monde virtuelle du senegal est née . Il est gratuit pour les 10000 premiers inscrits.
BRAVO Vous allez enfin accéder dans www.seneclub.com
Ici tout le monde et est ami avec tout le monde.
Même si vous pouvez bloquez toute personne que vous ne voulez pas voir.
Lycéens,Universitées;Professionnels,Dakarois, Thiessois,Saint Louisiens,Englishspeakers,les grandes écoles,englishspeakers, La Diaspora....
Un conseil: Ne perdez pas de temps,Choisissez le salon de chat qui vous convient et retrouvez vos semblables, ou aller dans un autre salon pour le plaisir de la découverte

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site

Cliquez-ici pour regarder plus de videos