leral.net | S'informer en temps réel

Fatick: Le «deuxième plus gros village» de la commune de Niakhar, s’estime victime d’une discrimination

Electrification de leur localité, mise en service du poste de santé et construction de la clôture de l’école élémentaire: telles sont les principales doléances des populations de Sorokh, le «deuxième plus gros village» de la commune de Niakhar, département de Fatick, étalées lors d’une conférence de presse.


Rédigé par leral.net le Mercredi 19 Mai 2021 à 09:36 | | 0 commentaire(s)|

Fatick: Le «deuxième plus gros village» de la commune de Niakhar, s’estime victime d’une discrimination
Sorokh réclame son électrification et l’ouverture de son poste de santé. Les populations de Sorokh ont du mal à comprendre pourquoi, en dépit des nombreuses promesses que les autorités leur ont faites, leur village n’est toujours pas électrifié. Aussi, les jeunes de ce patelin de la commune de Niakhar, département de Fatick, ont-ils désormais décidé de prendre cette question à bras-le-corps.

Ainsi, à l’occasion d’une conférence de presse tenue le 16 mai 2021, ils ont réclamé de vive voix l’électrification de leur village. «Sorokh est le deuxième plus gros village de la commune de Niakhar avec une population estimée à environ 1 700 habitants, mais ce village a toujours été laissé en rade et cela s’observe dans tous les secteurs», s’est d’emblée offusqué l’un des porte-parole du jour, Babacar Faye.

Exprimant le ras-le-bol des populations locales, il invite les autorités à réagir dans les meilleurs délais pour les sortir des ténèbres. Mettant l’accent sur l’importance de l’électricité pour le développement des activités économiques, M. Faye a laissé entendre que cette conférence de presse ne constitue que le premier jalon qu’ils viennent de poser, dans leur combat pour lequel ils ne comptent pas reculer d’un iota.

Pour étayer l’argumentaire de son camarade, Saliou Faye a expliqué que rien que le forage qui fonctionne avec un groupe électrogène pour alimenter difficilement huit autres villages environnants, devait amener les autorités à électrifier le village de Sorokh.

«Lorsque nous venons ici en week-end par exemple, nous sommes obligés de ranger nos ordinateurs portables et autres, faute d’électricité», a semblé ironiser le jeune médecin, avec amertume. Avant de jurer que personne ne va plus berner les Sorokhois comme cela a encore été le cas à la veille de la Présidentielle de 2019.

«A l’époque, le directeur de l’Agence sénégalaise d’électrification rurale (Aser) s’était déplacé jusqu’ici avec l’équipe municipale pour lancer un programme d’électrification de cinq villages parmi lesquels Sorokh était la priorité, selon eux. Mais ils n’ont respecté aucune de leurs promesses et nous considérons cela comme un manque de respect à notre égard», a déploré Saliou Faye, rouge de colère.

Par ailleurs, les deux conférenciers ont réclamé la mise en service du tout nouveau poste de santé, qui est resté fermé depuis sa construction, faute de personnel. En outre, la construction du mur de clôture de l’école élémentaire constitue également une des principales doléances des populations de Sorokh.





lequotidien.sn



Cliquez-ici pour regarder plus de videos
Titre de votre page Titre de votre page