leral.net | S'informer en temps réel

Grève de la faim pour la libération de Khalifa Sall: 8 jeunes évacués, 50 femmes de Mankoo rejoignent la bataille, aujourd’hui

Khalifa Sall ou la vie ! Le slogan des grévistes de la faim pour la libération de Khalifa Sall, est sans appel. Les jeunes socialistes, qui ont entamé une grève de faim depuis le jeudi passé, ne comptent point reculer. Si huit (8) d’entre eux ont été évacués à l’hôpital, les femmes de Mankoo Taxawu Senegaal vont rejoindre les grévistes de la faim. Une cinquantaine, nous souffle Aïssatou Fall, présidente des femmes socialistes du département de Dakar.


Rédigé par leral.net le Lundi 11 Septembre 2017 à 12:18 | | 0 commentaire(s)|

Grève de la faim pour la libération de Khalifa Sall: 8 jeunes évacués, 50 femmes de Mankoo rejoignent la bataille, aujourd’hui
Des visages crispés sous des couvertures, qui laissent apparaître les premiers signes de fatigue, des perfusions, deux médecins dépassés par les cris de douleur… voilà le spectacle désolant auquel le député Modou Diagne Fada a assisté, hier. A la tête d’une délégation pour demander aux jeunes grévistes de mettre fin à leur diète, Modou Diagne Fada s’est heurté à la résistance des jeunes de Khalifa Sall, qui ne veulent rien entendre d’autre que la libération de leur mentor.

«Votre grève me rappelle celle qui nous avions faite en 1994, quand Abdoulaye Wade, Landing Savané, Moustapha Sy ont été arrêtés. Seulement, je ne voudrais point que l’irréparable se produise, parce qu’une grève de faim laisse des séquelles. Nous, à l’époque, avions observé 10 jours de grève, mais nous avions arrêté à temps», explique Diagne Fada aux grévistes de la faim.

Modou Diagne Fada d’indiquer que s’il avait la possibilité de rendre visite à Khalifa Sall, il irait lui demander d’écrire aux jeunes. «Après dix jours de grève, nous avions reçu des lettres de Wade et de Landing Savané, nous demandant d’arrêter et je lance un appel à Khalifa Sall pour qu'il fasse de même».

Désigné porte-parole, un des jeunes, le visage émacié et attaché à son matelas, est aidé par un proche pour s’asseoir. «Nous sommes conscients de vos craintes, mais nous sommes déterminés à aller au bout de notre grève. Nous avons épuisé toutes les procédures et faire une marche dans ce pays, est impossible», lui rétorque le porte-parole.

Seulement, la situation des grévistes est plus que jamais alarmante, car 8 jeunes ont été évacués, hier. Outre les jeunes, les femmes socialistes de la région de Dakar (camp Khalifa Sall) entrent en action, aujourd’hui. A 11h, nous dit-on, elles seront une cinquantaine voire une centaine à observer la grève de la faim aux côtés de leurs jeunes. «Ayant essayé par tous les moyens possibles de convaincre les jeunes à mettre fin à leur grève de faim, les femmes, sous la houlette de Aïssatou Fall, présidente des femmes socialistes du département de Dakar, entament une grève de la faim, demain (Ndlr : ce matin)», indique une source.


Les Echos



Cliquez-ici pour regarder plus de videos