leral.net | S'informer en temps réel

Grève des transporteurs: Comment le Haut Conseil du Dialogue a débloqué la crise ?

La Présidente du Haut Conseil du Dialogue Social (Hcds), Mme Innocence Ntap Ndiaye, a profité de la cérémonie officielle du lancement de la caravane de renforcement des capacités en dialogue social de 90 partenaires sociaux de la région de Thiès, ce lundi 6 décembre 2021, pour évoquer « le grand rôle joué par le notre institution dans le dénouement de la récente crise du transport, avec la grève du Cadre unitaire des syndicats des transports routiers du Sénégal ».


Rédigé par leral.net le Mercredi 8 Décembre 2021 à 09:08 | | 0 commentaire(s)|

Grève des  transporteurs: Comment le Haut Conseil du Dialogue a débloqué la crise ?
« En matière de médiation, les dessous sont plus importants que les dessus, parce qu’il y a un énorme travail qui se fait avec les mandants, pour pouvoir arriver à un résultat. Vous comprendrez donc que le Haut Conseil du Dialogue Social ne pouvait pas rester neutre, encore moins inaudible, dans cette crise. D’autant plus qu’il s’agissait d’une question transversale, avec une plateforme qui regroupe des points concernant plusieurs ministères ».

L’explication est de la Présidente du Haut Conseil du Dialogue Social qui s’exprimait hier à Thiès, où son institution a démarré une caravane de sensibilisation et de formation pour les partenaires sociaux.

Poursuivant, Mme Innocence Ntap Ndiaye a indiqué que « le ministre des Infrastructures, qui est l’autorité de tutelle, au regard de l’impact qu’il y avait sur la vie des populations, qui ont vraiment vécu le contre-coup de ce douloureux évènement, a pris, avec l’accompagnement du Haut Conseil du Dialogue Social, la décision de rencontrer les grévistes, en présence des ministres des Collectivités territoriales, Oumar Guèye, et du Travail, Samba Sy, ainsi que de moi-même, pour pouvoir dénouer cette crise ».

La Présidente du Haut Conseil du Dialogue Social a profité de l’occasion pour solliciter la compréhension de tous les acteurs, afin qu’« ils puissent toujours, à l’occasion d’un conflit, avoir la bonne posture, à savoir tenir compte des effets négatifs d’une grève sur les citoyens de façon générale et sur le secteur concerné, en poussant les concernés à s’asseoir autour d’une table pour discuter ».

Elle a magnifié la pédagogie adoptée par le chef de l’État, qui a très tôt pris la décision de prendre ce décret règlementant le secteur, surtout pour les corridors. Après quoi, selon Innocence Ntap Ndiaye, « les ministres concernés ont mis en branle toute une machine pour pouvoir justement faire signer un arrêté qui vient rassurer les transporteurs ».

Elle informe qu’« il a été mis en place un comité de suivi où le Haut Conseil du Dialogue Social, la seule institution tripartite nationale chargée de la promotion du dialogue social dans les secteurs public, parapublic, privé y compris l’économie informelle, va siéger ainsi que les ministères identités, pour continuer à travailler sur les revendications contenues dans le préavis ».

C’était d’autant plus important de faire en sorte que les grévistes et le gouvernement s’asseyent autour d’une même table que, estime la présidente du HCDS, « sans discussion, si les parties se rejettent la balle, se mettent dos-à-dos, elles ne vont pas avancer, ce aussi bien les travailleurs que le gouvernement. Elles ont compris qu’il fallait s’asseoir autour d’une table ».

Une marque de considération à l’endroit du HCDS

Mme Innocence Ntap Ndiaye a remercié tous les secrétaires généraux des syndicats qui composent le Cadre unitaire des syndicats de transport routier, pour « leur écoute, le sens élevé également de compréhension des enjeux de l’heure ». A l’en croire, « ce n’était pas évident ».

Mais, confie-t-elle, « ça aussi, c’était l’appropriation du Dialogue Social, parce qu’a partir du moment où nous sommes intervenus, les choses se sont calmées ». Mais si un tel dénouement heureux a pu être possible c’est parce qu’« en matière de médiation, quand le conflit est vraiment ouvert, il faut un acteur extérieur qui puisse intervenir pour pouvoir mettre les parties en présence ».

Cet acteur extérieur, dans ce conflit qui vient de secouer notre pays mais aussi dans d’autres crises sociales qui ont pu être désamorcées, c’est le Haut Conseil du Dialogue Social. Le fait que les syndicats lui aient prêté une oreille attentive, « c’est vraiment une marque de considération à l’endroit de l’institution », s’est réjouie Mme Innocence Ntap Ndiaye.





Le Témoin


Titre de votre page Titre de votre page