leral.net | S'informer en temps réel

Hausse des factures d’eau : Quand la Sen’Eau ‘’débite’’ le portefeuille des Sénégalais

Les persistantes récriminations des usagers de la Sen’Eau contre la cherté de leurs factures d’eau, sapent la confiance des Sénégalais envers la structure quia en charge l’exploitation et de la distribution de l’eau dans les zones urbaines et périurbaines, depuis le 1er janvier 2020. Si Serigne Mbaye Thiam, Ministre de l’Eau et de l’Assainissement, tempère ce sentiment de hausse des factures, en mettant en avant la mise en place d’un audit, le patron de l’Ascosen, Momar Ndao, pointe du doigt la fiabilité de scompteurs d’eau.


Rédigé par leral.net le Jeudi 16 Décembre 2021 à 09:07 | | 0 commentaire(s)|

Hausse des factures d’eau : Quand la Sen’Eau ‘’débite’’ le portefeuille des Sénégalais
La mine déconfite, tel un boxeur groggy, Serigne Mbaye Thiam s’avance d’un pas lourd pour faire face aux parlementaires. Ces derniers, tous bords politiques confondus, lui ont envoyé une volée de bois vert, concernant la cherté des factures d'eau potable pour les citoyens sénégalais. Durant plusieurs heures, le ministre de l’Eau et de l’Assainissement a reçu des salves de la part des représentants du peuple.

‘’La hausse des factures de la Sen’Eau inquiète la population. Vous nous avez parlé de l’audit de cette boite ; nous aimerions savoir où vous en êtes. Nous pensions qu’avec l’arrivée de la Sen’Eau, nous n’en serions pas là’’, vient de fustiger la jeune députée Marième Soda Ndiaye

Embouchant la même trompette, Pape Sagna Mbaye n'y est pas allé par le dos de la cuillère : ‘’Vous nous aviez promis qu’un audit a été lancé, mais la seule constante est qu’à Dakar et en banlieue, cette hausse vertigineuse ne peut être comprise. Je ne sais pas ce qui a changé entretemps. Rien du dispositif n’a changé. Tout le monde parle de cet audit, mais une fois que les résultats seront obtenus, qu’est-ce qui sera fait ? Des gens qui avaient des factures de moins de 20 000 F CFA, se retrouvent avec d’autres de 80 000 F CFA. Nous voulons des explications, Monsieur le Ministre. Tout le pays parle de cette hausse vertigineuse qui ne s’explique pas. Nous n’avons pas la possibilité d’interroger directement la directrice, mais on peut le faire avec vous qui est son ministre de tutelle.’’

Dans son style habituel et pleine d'entrain, la députée Mame Diarra Fam n’a pas manqué de fustiger les manquements de la Sen’Eau dans la facturation de l’eau. ‘’La Sen’Eau ne marche pas. C’est cela la vérité, Madame la Directrice (de la Sen’Eau). Je vis seule dans ma maison. Avant, je payais moins de 3 000 F CFA, et actuellement, je paie 17 000 F CFA. Il fallait que vous soyez au courant de cela. Vous n’avez pas nos félicitations. Rien ne bouge chez vous, encore moins ne marche. Sachez-le ainsi. Nous avons cette seule tribune pour vous le dire, vous parler’’, martèle la députée de la diaspora

Un audit pour évaluer le système de facturation de la Sen’Eau Ainsi, prenant la parole, le ministre de l’Eau et de l’Assainissement tente de reprendre ses esprits et joue la carte de l’apaisement, devant les parlementaires très remontés contre la gestion de la Sen’Eau, la nouvelle société de gestion de l'exploitation et de la distribution de l'eau potable en zone urbaine et périurbaine du Sénégal, en remplacement de la défunte Sénégalaise des eaux (SDE) depuis le 1er janvier 2020.

‘’Depuis que je viens ici, chaque année, on me parle de la cherté de l’eau. Ainsi, je suis allé lire des rapports avant et après la Sen’Eau. Depuis 2015, il n’y a pas eu d’augmentation sur les factures en eau. Les facteurs concernent trois tranches, à savoir entre 0 et 20 m3, 20 m3 et 40 m3 et plus de 40 m3. Rien n’a été changé par le gouvernement. Le prix unitaire reste inchangé. L’autre chose qui vient après ce prix unitaire, c’est la quantité d’eau utilisée qui vient des compteurs. Si le compteur vous apporte un prix que vous jugez exagéré, vous avez la possibilité de faire une réclamation pour qu’on puisse contrôler votre facture. Il peut même être amené au ministre du Commerce pour voir si le compteur est bon ou non. On l’a fait pour des gens’’, se défend le ministre.

En verve, l’ex-ministre de l’Éducation nationale balaie d’un revers de la main le changement des compteurs qui, selon certains Sénégalais, justifie cette hausse.

‘’Le renouvellement des compteurs n’est pas une décision unilatérale de Sen’Eau. C’est une obligation du gouvernement, dans le cadre de son contrat d’affermage, de la même façon qu’il lui impose de renouveler des canalisations pour la qualité du service et le renouvellement des compteurs, en raison de 15 000 par an’’, s’exclame-t-il, avant d’annoncer la mise en place d’un audit pour évaluer le système de facturation de la Sen’Eau.

‘’Maintenant, pour avoir une idée sur cette question, j’ai dit à la Sones qui contrôle les compétences de la Sen’Eau, de faire une étude. Un cabinet a été recruté dans ce sens. Donc, soyons patients et attendons les résultats de cette étude’’, indique le responsable socialiste

Des compteurs d’eau, principaux responsables de la hausse Cette vieille rengaine qui avait plombé la réputation de la défunte Sénégalaise des eaux (SDE) résonne, de plus en plus, aux oreilles des responsables de la Sen’Eau. Depuis le 1er janvier 2020, celle qui a remplacé Suez comme partenaire technique de référence, fait les frais du courroux des Sénégalais. Outre la qualité du liquide précieux et la disponibilité de l’eau dans certains quartiers de Dakar, la société Sen’Eau peine à remplir sa mission de service public auprès des populations, avec des coupures intempestives d'eau et des factures élevées.

Pour sa part, Momar Ndao, Président de l’Association sénégalaise des consommateurs (Ascosen) pointe du doigt les compteurs qui, d’après lui, ne remplissent pas tous les critères de fiabilité pour une bonne facturation de l’eau courante.

‘’On peut dire qu’il n’y a pas de hausse de prix, mais il y a une hausse au niveau de la facturation que les Sénégalais ne comprennent pas. Nous pensons qu’il faut faire un audit de la facturation de la Sen’Eau, car nous avons fait tester les compteurs de la marque Itron qui se sont révélés peu concluants au test de métrologie. Et quand les compteurs ne sont pas fiables, vous allez vous retrouver avec des factures élevées. Ces compteurs ne doivent plus être mis à la disposition des consommateurs’’, déclare-t-il.

Avant de renseigner que la Sen’Eau, qui a contesté ces conclusions, a diligenté une contre-expertise qui s’est avérée peu fluctuante pour les compteurs Itron qui ont montré de nombreuses failles

D’après lui, la nouvelle entité Sen’Eau n’a pas marqué de réelles ruptures dans l'exploitation et de la distribution de l’eau, par rapport à la gestion de la SDE.

Une situation qui, selon Momar Ndao, n’a pas résolu le déficit dans la fourniture en eau. Poursuivant son propos, il salue la décision du ministre de mener un audit sur cette question de facturation de l’eau.

‘’Nous voulons que cet audit se déroule le plus rapidement possible. Nous pensons que c’est inévitable. Nous pensons que cette enquête mettra en lumière le manque de fiabilité des compteurs utilisés par la Sen’Eau. Nous avons demandé aux consommateurs qui ont un compteur Itron de réclamer leur étalonnage, c'est-à-dire qu’ils soient vérifiés par le système de métrologie du ministère du Commerce’’, conclut-il.

Les responsables de la communication de la Sen’Eau, contactés par nos services, n’ont pas souhaité réagir. Et se rapportent aux explications données par le ministre de tutelle.
EnQuete


Titre de votre page Titre de votre page