leral.net | S'informer en temps réel

Hausse du taux de redevance au PAD: 24 entreprises menacées de faillite

Les membres de l’Union des Entreprises du Domaine Portuaire (UEDP) sont montés au créneau, pour dénoncer l’augmentation du taux de redevance qui est passé de 700 à 1500%. Face à la presse hier, ils ont indiqué que plus de 24 entreprises sont menacées de faillite, ce qui risque d’entraîner la disparition de près de 1000 emplois.


Rédigé par leral.net le Mercredi 14 Octobre 2020 à 10:04 | | 0 commentaire(s)|

Hausse du taux de redevance au PAD: 24 entreprises menacées de faillite
La mesure d’augmentation du taux de redevance de 700 à 1500%, prise depuis novembre 2018 par la direction générale du Port Autonome du Port (Pad) et validée par le Conseil d’administration, inquiète les membres de l’Union des entreprises du domaine portuaire (UEDP).

Selon Ousmane Faye, président de ladite organisation, et ses camarades, cette décision risque de mettre en faillite plus 24 entreprises du domaine portuaire et d’envoyer plus 1000 employés au chômage.

«La décision unilatérale des autorités portuaires est une manière de nous demander de quitter les lieux», tonne le président de l’Uedp, qui estime que les conditions posées par la Direction générale du Pad les obligent à sortir de la plateforme portuaire.

Malgré la démarche de la direction du PAD, dit-il, les entrepreneurs ont toujours cherché une solution à l’amiable, directement ou indirectement, par l’intermédiaire de leur conseiller juridique et par le médiateur de la République, avec une proposition d’un taux de 20%. Malheureusement, souligne le président de l’Uedp, ils n’ont toujours pas eu de propositions concrètes, car la réponse du Port est toujours intentionnelle, sans jamais donner de contre-proposition.

Et de poursuivre : «La baisse de 50% largement diffusée par les médias reflète un jeu de duperie. Elle porte uniquement sur les terrains nus, or nos occupations représentent 90% de bâtis. Ce qui justifie que la baisse est insignifiante», se désole Ousmane Faye.

Il trouve que tout cela se passe au moment où l’Etat prône la relance de l’économie, la baisse des loyers, la capacité des Pme-Pmi vectrices de tout développement durable, l’assistance pour la COVID-19.

Abondant dans le même sens, Mme Cissé, membre de l’organisation, considère que la décision des autorités est illégale voire sévère. «Nous ne pouvons pas supporter cette hausse que veulent nous imposer les autorités portuaires», fulmine-t-elle.

Elle pense que la création du Port du Futur ne peut se réaliser sans les entrepreneurs du domaine portuaire. «Si le port a un projet, nous devons être les premiers bénéficiaires parce que depuis 10 à 15 ans, nous investissons dans le Port», renseigne-t-elle. C’est pourquoi Mme Cissé interpelle le chef de l’État dans sa mission régalienne. Elle pense que si ce problème a duré, c’est parce que ce dernier a été mal informé.



L’As



Cliquez-ici pour regarder plus de videos