leral.net | S'informer en temps réel

Ibrahima Séne (PIT) accuse Seydi Gassama d'Amnesty International d'avoir mal communiqué sur la crise gambienne


Rédigé par leral.net le Jeudi 15 Décembre 2016 à 18:02 | | 0 commentaire(s)|

Ibrahima Séne
Ibrahima Séne
Seydi Gassama, de quelles convictions nous parles-tu dans cette affaire? Tu travailles pour Amnessty qui te paye pour porter ses idéaux. Par contre, moi, homme politique appartenant au PIT, je ne suis payé par personne, ou organisation, pour porter mon idéal communiste. Donc, il ne faut pas jouer à l'offensé! Ce que j'ai reproché à tes semblables, c'est votre propension, derrière vos claviers et les micros, à vous substituer aux victimes, à la place de vous mobiliser au près d'elles. Vous le faites dans le seul but de visibilité par vos bailleurs.

Personne de bonne foi, ne peut pas, ne pas vous reprocher d'avoir donné à Jammeh un prétexte pour se rebiffer. Il l'aurait fait, sans doute, sans votre intervention intempestive et prématurée, mais, cela n'enlève en rien votre responsabilité morale dans la brusque aggravation de la situation post électorale en Gambie. Vos attitudes futiles de "va t en guerre", vous disqualifie même du qualificatif de " Défenseur des Droits Humains". Ceux qui portent dignement cette appellation sont des " hommes et des femmes de paix, contre toute guerre, qui est la négation suprême de tout droit humain"! Aucun Sénégalais de bon sens, ne vous laissera embarquer notre pays dans une " guerre" en Gambie, sous prétexte de "Défense des droits humains, ou de rétablissement de l'ordre républicain".

Il y a des voies politiques, économiques et diplomatiques, et non de "guerre", pour contribuer à une solution pacifique de la crise post électorale en Gambie. La CEDEAO est dans cette voie en accord avec le Sénégal. Il est évident, sauf pour les " va t en guerre" de ton genre, que Yammeh ne pourra pas tenir six mois au pouvoir, si la CEDEAO , en accord avec l'UA et le Conseil de Sécurité, lui applique un embargo total sur mer, sur terre et dans l'espace aérien. Inutile donc d'attiser le feu, mais les pressions pour amener Jammeh à négocier, de façon réaliste, son départ du pouvoir, qui , en aucun cas, ne pourrait signifier sa traduction immédiate devant la CPI, comme vous l'aviez chanté très tôt en " oiseaux de mauvaise augure".



Cliquez-ici pour regarder plus de videos