leral.net | S'informer en temps réel

Idy et Karim, les secrets d'un rapprochement

Entre Idrissa Seck et Karim Wade, un vent nouveau souffle sur fond de décrispation. Sur inspiration de Me Abdoulaye Wade, les deux hommes ont fumé le calumet de la paix. Le "fils d'emprunt" s'est réconcilié avec le "fils biologique". Qu'est-ce qui a valu ces retrouvailles?


Rédigé par leral.net le Jeudi 13 Avril 2017 à 10:35 | | 0 commentaire(s)|

Idy et Karim, les secrets d'un rapprochement
Si l'on scrute l'histoire récente de la politique au Sénégal, on se rend compte qu'entre l'ancien Premier ministre de Me Wade et le fils de ce dernier, les relations étaient très tendues. Les deux hommes se regardaient en chiens de faïence depuis plusieurs années. Personne ne pouvait alors s'imaginer que les deux frères ennemis pourraient un jour retrouver et voguer dans la même barque.

Présentement, Karim Wade qui se trouve au Qatar, n'a pas de passeport, ce qui signifie qu'il ne peut pas se déplacer pour se rendre au Sénégal. Pour un homme politique, il est ligoté, des indiscrétions révèlent que l'ancien "ministre du ciel et de la terre", comme le présentent ses contempteurs, n'est pas détenteur de pièce d'identité, encore moins de passeport pour pouvoir venir au Sénégal. Où est passé son passeport diplomatique? Les autorités l'ont-elles confisqué?

L'ancien leader de la "Génération du Concret" a la voix et les pieds attachés, ainsi, il ne pourra pas voter aux législatives. A Doha où il se trouve, il n'existe pas de commission électorale. C'est dire que Wade-fils n'est inscrit sur aucune liste. Cette conjonction de facteurs bloquants l'a conduit à trouver une stratégie pragmatique. Sur coaching de son père, il s'est tourné vers quelqu'un qui a toujours réclamé son appartenance au PDS, et de manière récurrente, s'est toujours proclamé "actionnaire majoritaire" du parti libéral.

Les conditions de retrouvailles tant souhaitées, entre frères ayant partagé le même domicile paternel, étaient ainsi réunies. Et Me Wade lâcher en direction d'Idy, "je te confie ton jeune frère Karim". Suffisant pour doper l'ancien numéro 2 du PDS dans la quête d'une 'dream team" face à "Benno Bokk Yaakaar" avec comme viatique, la liste unique que l'ex-maire de Thiès, présente comme "une demande sociale".

C'est ,dire que l'opposition s'organise et ne veut point rater le grand tournant que constituent les Législatives de juillet 2017. A défaut de Karim Wade candidat en 2019, Idrissa Seck ne serait-il pas le plan de Wade?

source: direct info