leral.net | S'informer en temps réel

Impérial, le Real Madrid écoeure l'AS Rome

Emmené par un Isco de gala, le Real n'a laissé aucune chance à la Roma pour la reprise de la Ligue des champions au Bernabeu ce mercredi (3-0).


Rédigé par leral.net le Jeudi 20 Septembre 2018 à 07:10 | | 0 commentaire(s)|

Le match : 3-0
Le Real l'avait déjà prouvé lors de sa préparation et depuis la reprise de la Liga. Il vient de le confirmer ce mercredi sur la scène européenne : les départs de Zinédine Zidane et Cristiano Ronaldo sont digérés. Au Bernabeu, les Madrilènes avaient rendez-vous avec la Roma pour un choc entre deux des demi-finalistes de la précédente édition. Le duel a largement et logiquement tourné en leur faveur (3-0).

Les hommes de Julen Lopetegui ont commencé fort. Très fort. Rapides dans les phases de transition et justes dans leurs transmissions, ils ont asphyxié leur adversaire dans les vingt premières minutes. Acculés et dépassés, les Romains ont concédé une multitude d'occasions. Mais ni Bale (3e), ni Isco (8e), ni Benzema (15e), ni Marcelo (16e), ni Carvajal (17e), ni Kroos (19e) n'ont trouvé la faille. La solution est venue d'Isco. Après une faute de De Rossi, il s'est délecté d'un coup franc direct aux abords de la surface (45e).

Si la Roma a ensuite essayé de réagir, Navas (49e, 57e, 63e...) a fait ce qu'il fallait dans sa cage, donnant raison à son entraîneur de le préférer à Courtois. Sur un contre éclair, Bale s'est chargé de mettre les siens à l'abri d'une puissante frappe croisée (58e). Intenables, les Merengue ont joué le jeu à fond et jusqu'au bout, Mariano se permettant de clore le score d'un tir magnifique qui s'est logé dans la lucarne opposée d'Olsen (90e+1). Les voilà déjà aux commandes du groupe G.

Le joueur : Isco en maître de cérémonie
Remplaçant lors du déplacement à Bilbao samedi en Liga, il avait déjà été décisif en trouvant les filets deux minutes après son entrée en jeu. Isco a remis ça ce soir, en tant que titulaire cette fois. Préféré à Asensio au coup d'envoi, l'international espagnol a régalé et assuré le lien entre le milieu et l'attaque merengue. Ailier comme meneur, tantôt dans le couloir gauche, tantôt en soutien de Benzema, il a beaucoup dézoné et permuté pour déstabiliser ses vis-à-vis. Avec réussite puisque c'est lui qui a débloqué la situation. Très influent, Isco a notamment cadré ses trois tentatives.

En marquant ce soir, le Real a fait tomber un record : celui du nombre de matches consécutifs en C1 avec au moins un but inscrit à domicile. Les Madrilènes en sont à 43 depuis 2011, soit un de plus que Tottenham entre 1961 et 1984.

Le fait : Zaniolo, un baptême mitigé
C'était la surprise du onze concocté par Eusebio di Francesco : la présence du jeune Nicolo Zaniolo (19 ans), liée au forfait de Javier Pastore. Une grosse prise de risques de la part du technicien italien avec un joueur qui n'avait jamais évolué chez les professionnels jusque-là. Une première au Bernabeu, chez le triple tenant du titre et avec un certain Luka Modric au marquage ! Aligné dans l'entrejeu, aux côtés de De Rossi et Nzonzi, Zaniolo s'est montré intéressant techniquement et dans la projection. Mais il a eu un peu trop de déchet et a manqué d'impact, de repères et d'expérience. La pression ? Di Francesco l'a sorti à la 54e.

L’Equipe



Cliquez-ici pour regarder plus de videos