leral.net | S'informer en temps réel

Impossible candidature de Karim – Wade joue et perd !


Rédigé par leral.net le Vendredi 21 Septembre 2018 à 05:05 | | 0 commentaire(s)|

C’est au début de son procès pour enrichissement illicite par la CREI que Karim s’est vu bombardé candidat du Pds pour la présidentielle de 2019 par son père. A l’époque, tous les observateurs avaient soutenu que cette candidature prématurée n’avait qu’un seul objectif, mettre la pression sur le président Macky Sall et les juges de la CREI. Car, pour l’opinion internationale, il n’est pas de bon ton d’emprisonner un opposant politique, candidat à l’élection présidentielle de surcroît. L’objectif de Wade était donc de discréditer et la CREI et le président Sall auprès de l’opinion internationale. Mais Macky, rusé comme un sioux et formé à bonne école par "Pa Bi" (Me Wade) n’a pas, du tout alors cédé et le mur du Pds a commencé à se fissurer. Dès l’annonce de cette candidature, certains militants de la première heure ont montré des velléités de… transhumance. Comment, alors même que le Conseil national ne s’est pas réuni pour en décider, maître Wade pouvait-il, de manière unilatérale imposer son fils comme candidat du Pds à l’occasion d’un Comité Directeur fort opportunément transformé en Congrès ? Manifestement Wade avait manipulé les textes du parti et cela n’avait pas plu à nombre de responsables. Aïda Mbodj, Modou Diagne Fada, Pape Samba Mboup, Farba Senghor et d’autres responsables avaient alors dénoncé la démarche. Certains d’entre eux ont commencé à prendre leurs distances et, aujourd’hui les faits leur donnent raison. Car manifestement Karim Wade ne sera pas de la partie et le Pds risque de se retrouver sans candidat. Et au moment où une bonne partie des militants réclament un Plan B et proposent maître Madické Niang pour suppléer la candidature de Karim, voilà que maître Wade s’entête. Ce sera Karim ou rien ! Car Wade estime que c’est encore lui et lui seul qui doit décider à la place des militants. Le vieux refuse en fait de regarder la réalité en face et cela pourrait porter lourdement préjudice à son parti historique, qu’il est en train de saborder sans se soucier de tous ces militants qui ont donné leur jeunesse et hypothéqué leur avenir pour le Pds. Wade a joué, il a perdu mais il veut emporter dans sa descente aux enfers tous ses vieux militants et compagnons. Cela manque assurément d’élégance.
Car dans sa lettre publiée dans la presse, il accuse maître Madické Niang de l’avoir trahi et d’avoir manipulé les signataires de la lettre qui lui demande avec insistance de prévoir ce fameux Plan B. Il fustige ce dernier qu’il accuse sans ménagement de l’avoir poignardé dans le dos.
Madické Niang, pas du tout exempt de reproches, n’a pas tardé à réagir dans le même mode épistolaire mais avec plus d’élégance. Non, les signataires ne lui ont pas demandé leur avis, c’est de leur propre initiative qu’ils ont formulé leurs propositions. Madické Niang jure, au Nom d’Allah et de son vénérable marabout qu’il n’est pas homme à tomber aussi bas et à mettre en péril des relations d’affection et de confiance qui datent de très longtemps, tout en priant pour que Wade revienne à de meilleurs sentiments.
Mais quoi qu’il en soit, quelque chose de solide s’est brisé entre les deux hommes. Il appartient à Wade de se ressaisir et de prévoir ce Plan B tant attendu s’il veut sauver ce qui reste encore du Pds.

Mamadou Ndiaye, dirpub dakarposte.com



Cliquez-ici pour regarder plus de videos