leral.net | S'informer en temps réel

Incendie de soufre aux ICS: Un week-end de panique à Mboro, Darou Khoudoss, Tivaouane et environs

Une odeur de soufre inquiétante a pollué l’atmosphère des localités de Mboro, Darou Khoudoss, Tivaouane et environs, ce samedi 30 janvier 2021. Selon le délégué général adjoint de Frapp (Front pour une révolution anti-impérialiste, populaire et progressiste), Alioune Badara Mboup, « l’origine de ce phénomène inquiétant est la négligence des ICS dont le stock de soufre exposé à l’air libre, a pris feu ».


Rédigé par leral.net le Mardi 2 Février 2021 à 11:39 | | 0 commentaire(s)|

Incendie de soufre aux ICS: Un week-end de panique à Mboro, Darou Khoudoss, Tivaouane et environs
Selon le délégué général adjoint du mouvement Frapp, « les habitants de Tivaouane, Mboro, Darou Khoudoss et environs étaient sérieusement angoissées par cette odeur de soufre qui peut avoir un impact sur leur santé et l’environnement ».

Alioune Badara Mboup a fait noter qu’« après Ngadiaga, Tivaouane se trouve dans la tourmente à cause des ressources naturelles qui nous polluent et nous spolient ». Aussi il a interpellé les autorités, le ministre de l’Environnement, la Direction de la Protection civile, pour réagir afin de « venir en aide aux populations riveraines des Industries Chimiques du Sénégal par rapport à leur « mal vivre ».

Zone minière par excellence, le département de Tivaouane abrite en effet un nombre important de sites d’exploitation de mines. Des industries extractives qui ne sont malheureusement pas sans effet sur l’environnement et la santé des populations.

Et parmi elles, les Industries chimiques du Sénégal installées plus précisément dans la commune Darou Khoudoss, constituent la plus grosse entreprise. Les populations riveraines de cette unité industrielle vivent en effet un calvaire au quotidien, du fait d’une dégradation de leur environnement et d’une pollution atmosphérique qui influent négativement sur leur santé et celle du bétail. La fuite d’acide sulfurique survenue en octobre 2014 et qui avait impacté les populations des villages de Gad et de Ngomène, en est une parfaite illustration.

Aujourd’hui plus que jamais, ce sont des populations en sursis qui expriment leur angoisse face à l’enfer des sociétés minières. Elles dénoncent « les dégâts collatéraux énormes éprouvant la végétation, les cultures des paysans et la santé publique ».

Suite à certaines fuites de gaz au niveau des Industries Chimiques du Sénégal (ICS), distillant des émanations nocives ayant durement impacté la santé des populations, des animaux et des végétaux, Demba Fall Diouf, président de l’association des personnes affectées par les opérations minières, déplore « les nombreux cas de toux, de diarrhées, des maux de ventre, des aggravations de maladies comme l’asthme et la sinusite, enregistrés auprès des populations ».

Les responsables de la Plateforme citoyenne Mboro SOS, Ndiaga Ndiaye et ses camarades, enfoncent le clou: « ces échappées de gaz ont méchamment agressé l’environnement immédiat et lointain de la concession minière, entamant sérieusement la santé d’une bonne partie de cette population ».

Le déversement du soufre (un produit qui entre dans la composition de l’acide sulfurique) sur la voie publique par le service de transport et d’exploitation des Industries chimiques du Sénégal (Ics), agresse de manière impitoyable l’environnement des communes de Dakar, Thiès, Mboro, Darou Khoudoss, entre autres.

Les populations riveraines dénoncent « la destruction du cadre de vie, la pollution de l’air, l’absence de végétation, la disparition de certaines espèces animales et l’assèchement des arbres, les stigmates des nuisances environnementales dues aux différentes rotations des convoyeurs de ce produit toxique, dangereux, acheminé par un système de transport inadéquat, défaillant, déversé à l’air libre par une industrie capitaliste, qui ne respect aucune norme réglementaire du code de l’environnement ».






« Le Témoin »



Cliquez-ici pour regarder plus de videos