leral.net | S'informer en temps réel

Justice: Souleymane Teliko invite à considérer les critiques «comme des appels de détresse et non comme de la défiance »

Morceaux choisis d'un discours magistral tout en nuances, adossés à de fortes convictions sur un sujet loin de faire l'unanimité.


Rédigé par leral.net le Jeudi 28 Décembre 2017 à 17:41 | | 0 commentaire(s)|


Cliquez-ici pour regarder plus de videos

Le Président de l’Union des magistrats du Sénégal, le juge Souleymane Teliko a invité jeudi ses pairs à considérer des « critiques » dont ils font souvent l’objet «comme autant d’appels de détresse et non point comme de la défiance » et également « réfléchir ensemble » à préserver la justice, sa belle image.

« Depuis plusieurs mois pour ne pas dire plusieurs années, notre justice est l’objet de critiques de plus en plus acerbes (…) Au-delà de la question de savoir si ces critiques sont fondées ou non, cette situation nous interpelle tous », a-t-il affirmé , ajoutant que « la justice est une vertu et à l’image de la femme de César, elle doit rester au-dessus de tout soupçon ».

« Nos amis anglophones nous rappellent tout le temps que la justice doit non seulement être rendue mais elle doit aussi être perçue comme étant bien rendue. L’honneur de la justice, notre devoir à nous, autres acteurs judiciaires, est de veiller à préserver cette belle image qu’elle n’aurait jamais dû perdre aux yeux de nos concitoyens. Considérons donc ces critiques comme autant d’appels de détresse et non point comme de la défiance et réfléchissons ensemble, sereinement, à la manière de restaurer notre commun vouloir de vivre ensemble », a invité le Souleymane Téliko.

Une invite d'un autre  genre que celle adressée par Procureur de la République, qui avait fait, lui, une sortie musclée au mois de mars dernier et menacé de prison quiconque critique le fonctionnement de la justice. « On calomnie, on injure, on diffame. C’est un effet de mode mais que ça cesse. Je ne vais plus permettre à personne de jeter le discrédit sur la justice », avait déclaré Serigne Bassirou Guèye.

« Dans le grand tumulte des bruits et des critiques, nous ne devons jamais perdre de vue le fait que notre mission restera, invariablement, la même : Mettre du cœur à l’ouvrage et tracer les sillons en nous projetant vers les horizons de l’espoir. L’espoir d’une justice réconciliée avec ses valeurs cardiales que sont l’indépendance et l’impartialité », a souligné Souleymane Teliko, dans son discours, à la cérémonie d’ouverture du colloque sur «L’Indépendance de la justice au Sénégal ». Cette rencontre se tient durant deux jours à Dakar à l’initiative de l’Union des magistrats du Sénégalais (Ums). Y participent également, des avocats, des représentants de la société civile et des professeurs de Droit.

L’indépendance de la justice au Sénégal, une antienne 

«La problématique de l’indépendance de la justice qui nous réunit aujourd’hui, est certes, un sujet ancien mais qui demeure néanmoins, d’une brûlante actualité. Comme sous tous les cieux, Dame Justice au Sénégal, en dépit de son âge avancé et de ses cheveux grisonnants, continue à occuper une place de choix dans le cœur et l’esprit de nos concitoyens. Elle ne laisse personne indifférent.

Pas plus le citoyen dont la liberté et l’honneur sont souvent suspendus à la décision du magistrat que l’homme politique qui est conscient que la justice peut consacrer son ascension ou précipiter sa chute. Et que dire, alors de l’investisseur dont les soucis premiers, à savoir, la sécurité judiciaire et la performance sont intimement liés à la qualité du service public de la justice ! C’est précisément parce que la justice nourrit des espoirs et suscite des craintes que la simple évocation de son indépendance rassure et fascine autant qu’elle effraie », a soutenu le juge Souleymane Teliko, ajoutant que la justice doit « répondre aux exigences de célérité, d’efficacité et de qualité que les citoyens sont en droit d’attendre d’elle ». Mais aussi, elle doit « s’assumer comme entité indépendante, vis- à-vis des pouvoirs occultes d’ordre financier, religieux ou confessionnel. Mais, aussi et surtout vis-à-vis de celui des pouvoirs qui est le plus porté à la tentation de le contrôler : l’Exécutif ».

« C’est en effet, par son indépendance que la justice préserve son honneur devant les autres pouvoirs et sa crédibilité devant les citoyens. Certains, sans doute peu enclins à porter ce débat, ont pris l’habitude de réduire la notion à une question de comportement personnel du juge. C’est une assertion qui a certes sa part de vérité. L’indépendance est en effet, en partie, une affaire de valeur personnelle. Quand, dans le secret de son bureau , le magistrat se trouve partagé entre ce que lui dicte la loi et les désidératas du pouvoir de sa famille, de ses proches la décision qu’il va prendre dépendra de son attachement aux valeurs d’éthique et de déontologie qui, en tous lieux, devraient constituer la boussole du juge impartial et désintéressé », a-t-il souligné.





Leral.net