leral.net | S'informer en temps réel

Justice pour les familles et victimes de Jammeh: Les recommandations attendues, selon Human Rights Watch

L’une des tâches de la TRRC est « d’identifier et de recommander des poursuites contre les personnes qui portent les responsabilités les plus importantes dans les violations et abus des droits humains ». Elle formulera également des recommandations concernant les réparations, la réconciliation et les réformes institutionnelles, son rapport étant attendu pour début juillet. Le gouvernement gambien décidera ensuite de la manière de donner suite à ces recommandations.


Rédigé par leral.net le Mardi 25 Mai 2021 à 09:47 | | 0 commentaire(s)|

Justice pour les familles et victimes de Jammeh: Les recommandations attendues, selon Human Rights Watch
Au nombre des propositions faites en Gambie à cet égard, figurent la création d’un tribunal « hybride » formé de personnels gambiens et internationaux opérant au sein du système judiciaire national, une juridiction qui pourrait contribuer à un cadre juridique adapté à la poursuite des crimes de l’ère Jammeh et renforcer les capacités de l’appareil judiciaire du pays. Human Rights Watch a exhorté le gouvernement à commencer de planifier dès à présent la création de ce tribunal hybride qui fonctionnerait conformément aux normes internationales, afin d’éviter les retards de financement et d’opérationnalisation.

Témoignant devant la TRRC, Neneh MC Cham, une avocate active dans la défense des droits humains, a déclaré que le gouvernement devrait « mettre en œuvre chaque recommandation. C’est le dernier espoir de nombreuses victimes et, chaque jour, leur crainte, c’est que tout cela n’aboutisse à rien, à zéro. »

La manière dont le gouvernement répondra aux recommandations de la commission devrait être une question clé lors des élections gambiennes prévues en décembre 2021.

« Je veux voir Yahya Jammeh jugé, non seulement pour ce qu’il aurait fait à mon père, mais pour tous les meurtres, viols et tortures qui lui sont prêtés », a déclaré Fatoumatta Sandeng, porte-parole de la « Campagne pour traduire Yahya Jammeh et ses complices en justice » (#Jammeh2Justice), et fille du chef de l’opposition Solo Sandeng, assassiné en détention en 2016. « Nous, victimes, avons besoin de justice avant de pouvoir nous réconcilier et tourner la page. »



Cliquez-ici pour regarder plus de videos
Titre de votre page Titre de votre page