leral.net | S'informer en temps réel

Khalifa Sall se radicalise et prône la loi du talion:"Œil pour œil, dent pour dent, que les gens sortent, se battent..."


Rédigé par leral.net le Mardi 7 Mars 2017 à 09:05 | | 0 commentaire(s)|


Cliquez-ici pour regarder plus de videos
Le maire de Dakar, d'habitude très calme, a durci le ton hier, devant des militants déchaînés. Convaincu que "le parquet est le bras armé de l'exécutif" pour le privé de sa liberté et de ses droits civiques et politiques, il invite ses militants à en découdre. Dans un langage à peine voilé, il tonne : "Le procureur veut nous empêcher de pouvoir nos ambitions politiques. Ce n'est plus du droit. C'est de la politique. Mbédioum kanam na k borom mokoy fadial bopam" ( Œil pour œil, dent pour dent)".

Comme s'ils n'attendaient que ces mots, les militants rompent le silence dans lequel ils étaient plongés ils crient à tu-tête. L'atmosphère devient électrique dans l'enceinte de la Mairie de Dakar. Galvanisé par ses inconditionnels, l'édile de la capitale, débout sur les marches de l'Hôtel de la Ville, accélère la cadence. "Ils ont ourdi leur plan. Si on ne se bat pas, ils arriveront à leurs fins. Personne ne peut comprendre que le Procureur ait fait sa conférence de presse le vendredi, le lendemain, on reçoit notre convocation et le lundi, on a voulu nous mettre sous mandat de dépôt", fustige-t-il, courroucé.

Aussi a-t-il, il faut arrêter les discours, descendre sur le terrain et en découdre avec le régime. C'est le seul moyen de faire face à la puissance publique déterminée, selon lui, à entrave les libertés. En langue wolof, il se répète, le ton haut perché : " wakh dji dafadoy , nanou dieuf ( il faut arrêter les discours et agir). C'est moi qui prônais la paix, maintenant je vous libère. Que chacun prenne ses responsabilités. Que les gens sortent et se battent! Qu'ils occupent les rues et les médias".

Un peut plus tôt avant cette déclaration, Khalifa Sall déférait à sa convocation devant le doyen des juges d'instruction. L'audience a été renvoyée à la demande de ses avocats à aujourd’hui.

( Source: L'Observateur)