leral.net | S'informer en temps réel

LIVE Procès du maire de Mermoz /Sacré-Coeur: Le Procureur requiert 2 ans ferme contre Barthélémy Dias

Le procès maire Mermoz Sacré Cœur, Barthélémy Dias se tient au moment où ces lignes sont écrites, au Tribunal des flagrants délits de Dakar. Il est jugé pour outrage à magistrat et appel à l'insurrection suite aux propos qu'il a tenus après le verdict du jugement du maire de Dakar. Revivez l’audience minute par minute sur leral.net.


Rédigé par leral.net le Vendredi 6 Avril 2018 à 16:34 | | 0 commentaire(s)|

16 H 13mn: Me Demba Ciré Bathily à la barre 15 H 29mn: Me El hadji Diouf à Barthélemy Dias : « Vous n’avez pas jeté du discrédit sur la justice. Vous êtes un charmant garçon élégant, éloquent, respectueux qui dit la vérité et qui fait mal » « Encore un procès politique dans un pays comme le Sénégal qui a besoin de tous ses fils. Le malaise est profond dans ce pays. Les travailleurs de la justice sont en grève, les enseignants, ….. face à un pouvoir qui est malade, un pouvoir fou, impuissant devant le peuple qui est entrain de lui tourner le dos. Un digne magistrat Hamidou Dème a tourné le dos à une magistrature qui a démissionné. Le premier magistrat de la ville de Dakar est à l’hôtel zéro étoile de Reubeuss non à cause d’une décision de justice rendue au nom du peuple sénégalais, mais au nom de l’exécutif. Et Barthelemy Dias, un fervent lieutenant de Khalifa Sall, un digne fils sénégalais, un patriote, un ancien élu du peuple qui n’est ni bosniaque ni congolais ni ivoirien a le droit d’exprimer son opinion sur cette justice aux ordres de l’exécutif pour alerter le peuple. Le président de la République qui dirige le Conseil supérieur de la magistrature est entrain de manipuler cette haute institution. Et personne ne peut empêcher Barthelemy Diass à le dénoncer. L’éminent professeur d’université (Ndlr : Abdoulaye Bathily) l’a dit : ‘’le procès de Khalifa Sall prive injustement de sa liberté et de ses administrés est politique’’. Ils sont restés là à dire qu’il est mécontent, à nous parler de fausses factures alors que la coutume est source de droit. On est en face d’un pouvoir qui cherche à étouffer la pensée des patriotes et ça ne passera pas ». 15 H 13mn: Reprise avec la plaidoirie Me El Mamadou Ndiaye « Beaucoup d’autorités de ce pays comme l’ont rappelé mes collègues qui m’ont précédé à la barre depuis ce matin ont eu tenir les mêmes propos que Barthelemy Dias a eu à tenir sur la magistrature. Et le Procureur n’a pas demandé leur arrestation. Sur le délit d’outrage à magistrat, Barthelemy Dias n’a pas désigné nommément un magistrat. Donc je ne vois pas comment les magistrats ont été atteints dans leur dignité et leur honneur dans ses propos comme le soutient le Procureur. Ce qu’il y’a lieu de retenir c’est que Barthelemy Dias n’a fait que donner son opinion sur une décision lache et même en prison il continuera à exprimer son opinion". 13 H 33mn : l’audience est suspendue jusqu’à 15H

13H 05 mn : Me El hadji Amadou Sall fait sa plaidoirie. « Quand je lis le procès-verbal qui est nul, je suis gêné pour plusieurs raisons en tant que défenseur des droits de l’homme. Barthélémy Diass en tant qu’homme politique qui n’a fait qu’exprimer un droit constitutionnel, a été cueilli par toute une patrouille du GIGN, des hommes encagoulés…. Et il est bien mentionné dans le Pv, que c’est en rapport aux propos qu’il a tenu dans les locaux de Dakar actu. Si c’est le fait qu’il ait appelé à la mobilisation contre le régime constitue un délit, donc tous les leaders de l’opposition Malick Gackou et autres qui sont dans cette salle devraient être arrêtés parce qu’ils le font tous les jours. Le président Macky SALL l’avait fait en tant que candidat à l’élection présidentielle de 2012. Donc, on ne cherche qu’à éliminer un adversaire politique. Raison pour laquelle, le délit d’offense au chef de l’Etat a été enlevé et on vous demande en tant qu'acteurs de la justice, de lutter contre le peuple ».

13h 05mn :La défense a commencé sa plaidoirie. C’est Me Amadou Aly Kane qui est devant la barre.


12h 47mn : Le réquisitoire du procureur: 2 ans d’emprisonnement dont un an ferme requis contre Barthélémy Dias.

Le maire de Mermoz/ Sacré-Cœur Barthélémy Dias, dont le procès se déroule actuellement devant le tribunal des flagrants délits de Dakar, risque deux ans d’emprisonnement, dont un an ferme . Selon le représentant du ministère public, les faits d’outrage à agent et d’appel à attroupement non armé sont constants à l’encontre du prévenu. Même s’il n’a pas été suivi par le peuple. Et ses propos discourtois dit-il, ont atteint tous les magistrats dans leur chair, leur dignité, leur honneur.

11H 15mn: Reprise de l’audience. Le Président du Tribunal annonce qu’il joint les exceptions soulevées par la défense au fond en application de l’article 146 du Code de procédure pénale. C’est Barthélémy qui est actuellement devant la barre pour s’expliquer sur les faits qui lui sont reprochés.

« J’ai été injustement maintenu en prison car c’est une décision de justice injuste contre Khalifa Sall qui m’a conduit injustement devant cette barre. Et je suis prêt à rester avec lui en prison », a-t-il souligné d’emblée. Selon le maire de Mermoz / Sacré-Cœur qui n’a pas fait dans la langue de bois, en tant homme politique c’est la Constitution qui lui confère le droit de commenter par écrit, image ou par oral, la décision « injuste » contre son « ami et frère Khalifa Sall qui a été victime de cabale politique ».

« Je n’ai pas appris la langue française à l’école et le wolof n’est pas ma langue maternelle. Pour dire que mes propos ont été mal compris car c’est le mot prostitution qui a choqué les gens. Et en le prononçant, j’ai exprimé mon sentiment de dégout et de ras-le bol contre cette haute magistrature instrumentalisée par l’Exécutif. Comme ceux qui étaient dans la salle l’avait fait en pleurant ou en s’évanouissent lorsque le juge a prononcé ce verdict inique. Et non pour insulter ou jeter du discrédit sur les magistrats ! Dans ce pays, tout le monde va en prison, les policiers, les députés entre autres, sauf les magistrats. Et je dis dans cette haute magistrature intouchable que je respecte beaucoup, il y a des brebis galeuses qui ont trahi leur serment, en refusant de rendre la justice au nom du peuple sénégalais», a-t-il asséné.

10h 13mn : l'audience est suspendue le temps par le juge. On attend le délibéré sur les exceptions.

09h 55 mn : Pour le représentant du ministère public, les exceptions soulevées par la défense sont mal fondées en ce sens Barthélémy Dias est poursuivi pour les propos "discourtois" qu'il a tenu dans le tribunal, en réaction au verdict du maire de Dakar Khalifa Sall vendredi dernier. Et c'est le tribunal des flagrants délits qui est compétent pour le juger. Donc le règlement n°5 de l'Uemoa n'a pas été violé. Sur ce, Me Alioune Cissé a souligné que leur client devrait être jugé dans ce cas pour trouble à l'audience par la même composition qui avait jugé Khalifa Sall pour trouble à l'audience. Et non en audience des flagrants délits.

09h 45 mn : Mes Alioune Cissé et El Mamadou Ndiaye ont soulevé une exception tirée de la violation du règlement n°5 de l'Uemoa. D'après les robes noires, l'officier de police judiciaire avait refusé de leur notifier la nature des infractions pour lesquelles leur client était poursuivi au cours de son audition. " Nous ne sommes pas là pour le prolongement du procès de Khalifa Sall. Le procès-verbal d'enquête préliminaire doit être déclaré nul, toute suite nulle", martèle Me el Mamadou Ndiaye.

09h 35 mn : Me Khouraichi Ba prend la parole pour soulever une exception de nullité de la procédure tirée de l'article 198 du Code de procédure pénale in fine. Selon la robe noire c'est le directeur de publication de Dakar-actu (Ndrl, Srrigne Diagne) qui est l'auteur principal du délit d’outrage à magistrat qui est reproché à son client. Ce dernier ne peut être poursuivi que pour complicité.

9h 24mn : le maire Barthélemy Dias, tout de blanc vêtu dans un boubou caftan, a rejoint la barre. Après que le juge a décliné les infractions d’outrage à magistrat et appel à l'insurrection sur pour lesquelles il est poursuivi, le prévenu de dire : "Je ne reconnais pas les faits. Je suis devant cette barre pour des raisons purement politiques". Suite à ces deux phrases qu'il a lancées, Barthelemy a quitté le prétoire pour s'asseoir sur son siège.

9 h 05mn: Le président de la séance ses assesseurs et le représentant du ministère public viennent d'entrer dans la salle.

9h00 mn: La salle d’audience pleine. Les partisans du maire de Mermoz / Sacré-Cœur, Barthélemy Dias ont déjà rempli la salle 1 du tribunal de Grande instance de Dakar. Plusieurs leaders de l'opposition ont également effectué le déplacement pour lui témoigner de leur soutien. Il y a entre autres, le député Cheikh Bamba Dièye, le maire de Grand-Yoff Madiop Diop, le président du mouvement Agir, Thierno Bocoum, le président du Grand parti, Malick Gackou et Idrissa Diallo. Ces derniers sont installés sur les sièges de la deuxième rangée réservée d'habitude aux journalistes et avocats.

8H 00mn: Un important dispositif a été installé à l’intérieur comme à l’extérieur du tribunal, pour parer à d’éventuelles velléités de troubles à l’ordre public.






Kady FATY, leral.net



Cliquez-ici pour regarder plus de videos