leral.net | S'informer en temps réel

Le Collectif des Cadres décrète Mboumba, commune en décrépitude

Célèbre village du département de Podor ayant accédé au statut de commune en 2008, Mboumba se prépare à vivre la 3e élection municipale de son histoire. Les deux premières ont été remportées par le Maire sortant, Me Sadel Ndiaye, lequel se prépare à rempiler pour un 3e mandat.


Rédigé par leral.net le Jeudi 14 Octobre 2021 à 07:27 | | 0 commentaire(s)|

Au terme de 12 ans de règne, Me Ndiaye ne peut se targuer d’un bilan satisfaisant, loin s’en faut ! Il a à son passif la pratique de la gouvernance par la division clanique. Durant ces 12 dernières années, Mboumba a vu son unité et sa fraternité se fissurer profondément et même parfois, violemment.

La promotion d’une idéologie moyenâgeuse, mettant en opposition les castes, a extrêmement abîmé le tissu social et l’art de vivre ensemble. L’apparence d’une convivialité feinte et de circonstance, n’a pas pu masquer un malaise et un mal être profond, voulu et entretenu par un certain nombre de troublions, partisans et autour du maire, dont certains se sont partagés tous les postes générateurs de revenus, sans jamais rendre compte de leur gestion, sous la bienveillante protection du Maire ; des troublions qui n’hésitent pas à recourir aux menaces, intimidations et autres abus de pouvoir pour préserver leurs avantages et stopper toute velléité de contestations légitimes.

En plus donc de cette idéologie arriérée servie aux plus fragiles pour mieux les maintenir dans un état d’obscurantisme total, seul moyen de pérenniser sa domination, ce groupe use de méthodes peu recommandables, qui pourraient être portées à l’attention du Ministre de l’Intérieur, du Procureur Général de la République et du Haut Commandant de la Gendarmerie nationale. Il serait en effet opportun que les informations sur la situation de Mboumba soient portées à la connaissance de ces Autorités, car, sans aucune retenue et en réunion publique, un des affidés du Maire sortant, menace tous ceux qui ne voteraient pas pour ce dernier, de représailles et de mise en quarantaine.

Rien que ça ! Il se prévaut du statut d’agent de renseignements généraux, ce qui lui confèrerait le droit de menacer les populations en toute impunité. C’est à croire que la République a déserté la localité !
L’avènement de la Commune s’est accompagné d’une certaine confrontation entre les castes ,alors que l’on attendrait du Maire qu’il exerçât son magistère avec droiture et justice, dans une posture de rassembleur, en toutes circonstances ; l’on attendrait de lui qu’il fédérât toutes les énergies et toutes les bonnes volontés, dans l’objectif de favoriser toutes actions destinées à améliorer les conditions de vie des populations, de toutes les populations, sans discrimination en faveur d’un petit nombre autour de lui.

De ce point de vue il a lamentablement échoué et a fait preuve d’égoïsme et de repli sur soi, refusant tout projet d’investissement initié par les dignes ressortissants duterroir, y compris l’Association pour le Développement de Mboumba (l’ADM), sous le prétexte malsain que ces projets n’émaneraient pas de lui, alors qu’il a démontré sa totale incapacité en la matière. Ce comportement qui a marqué ses 12 ans de règne, a conduit nombre de ses concitoyens à se demander si le Maire Sadel Ndiaye n’était pas tout simplement contre le progrès et le développement de Mboumba ? Son dernier fait d’armes, c’est sa décision de ne plus héberger le président de Mutuelle de santé dans les locaux de la commune, sous le simple prétexte que ce dernier ne souhaite pas lui apporter son soutien pour les prochaines élections ! Abus de pouvoir !

Mboumba est à la croisée des chemins !

Ou alors un Soleil nouveau se lève sur Mboumba, qui va rayonner avec un changement radical vers le Progrès et le Développement ; ou alors, c’est la mentalité du Maire sortant qui triomphe ; elle se caractérise par l’instrumentalisation d’un clanisme d’un autre âge, l’égocentrisme, la discrimination, le maintien du plus grand nombre dans un obscurantisme sans nom.

Il semble qu’aujourd’hui, une prise de conscience commence à se faire jour dans des franges importantes de la population, notamment chez les jeunes et les femmes pris dans une situation de pauvreté extrême, par le manque de revenu et d’accès aux services de base. Beaucoup commencent à se rendre compte qu’ils ont été instrumentalisés pour servir une cause privée, sans aucune contrepartie tangible qui justifiât un repli identitaire Beaucoup observent un recul de la commune et souhaitent désormais, à l’occasion des prochaines élections locales, tourner la page de 12 ans d’un magistère jugé globalement négatif.

La goutte d’eau qui a fait déborder le vase, c’est que, durant sa déclaration de candidature à la mairie de Mboumba, Me Sadel Ndiaye ne s’est adressé qu’à son «clan», oubliant les autres citoyens de Mboumba. Il s’est beaucoup appesanti sur des considérations claniques et de castes. Qu’un intellectuel de son rang, doublé d’un avocat, renforce la crainte des populations de Mboumba quant à son désir de voir son mandat renouvelé pour la 3e fois, dans un village où la plaie des dissensions est encore béante, évoque de mauvais souvenirs et crée la psychose chez les électeurs. Le Collectif des cadres appelle le pouvoir à plus de vigilance dans ce village, où les équilibres sont encore très fragiles.





Le Collectif des Cadres de Mboumba pour la Défense de l’Unité et de la
Démocratie



Cliquez-ici pour regarder plus de videos
Titre de votre page Titre de votre page