leral.net | S'informer en temps réel

"Le Procureur s’acharne contre Khalifa Sall (…) depuis 2012 on a une justice électorale" (Me Seydou Diagne)


Rédigé par leral.net le Mercredi 21 Février 2018 à 14:18 | | 0 commentaire(s)|


Cliquez-ici pour regarder plus de videos
La contre- attaque de la défense s’est poursuivie de plus belle ce mercredi devant le tribunal correctionnel dans le procès dit de la caisse d’avance de la mairie de Dakar. Les avocats qui se sont succédé à la barre, notamment Mes Ndeye Fatou Touré et Seydou Diagne n'ont été à l'endroit Procureur de la République que le second nommé accuse de bras armé de l'exécutif.

"Khalifa Sall est simplement victime d’une machination, d’une orchestration parce que l’infraction principal dans ce dossier qui est le faux n’est pas établi. Pour que le faux soit punissable, il faut qu’il pose un préjudice ou qu’il vise à tromper or tel n’est pas le cas. On lui a refusé ce qu’on a accepté aux deux percepteurs car en tant qu’ordonnateur, il ne lui appartient pas de s’occuper des pièces justificatives de la dépense.

Les demandes du ministère public et de l’agent judicaire de l’Etat sont outrageusement mal fondées contre Khalifa Sall et ses co-prévenus », fulmine Me Ndeye Fatou Sarr.

Lui emboitant le pas Me Seydou Diagne de soutenir : « le ministère public a fait de l’incantation lors de son réquisitoire car je suis resté sur ma faim lorsque je l’ai écouté. L’infraction de blanchiment de capitaux été la plus excessive dans ses accusations et il n’a été capable de le prouver. Et je ne sais pas comment on peut retenir une infraction aussi attentatoire à la dignité humaine sans mener des investigations», se désole la robe noire.

Poursuivant, Me Diagne explique : «Pour cette infraction, il faut être dans la délinquance totale, car on cherche à dissimuler l’argent provenant d’un délit. Or ici, il n’y a ni transfert, ni déguisement, ni opération de fonds. Encore que les fonds sont destinés à la mission de service public et ceux qui en ont bénéficié ce sont les populations ».

« Le Procureur s’acharne contre Khalifa Sall parce que tout simplement depuis 2012 on a une justice électorale. C’est le ministère public qu’on mêle à la matière électorale pour empêcher des candidatures », a-t-il ajouté. La preuve poursuit la robe noire « le chef du parquet est assis sur des réclamations à peu près de 120 milliards FCFA de l’Etat du Sénégal. Il y’a eu l’affaire Carmelo Sagna sur la gestion du Sarl, on avait requis un an de prison pour lui, il y’a eu des contestations sérieuses devant la chambre d’accusation et il a été mis en liberté provisoire.

Et depuis lors, il n’y a aucune évolution dans le dossier. Thierno Ousmane Sy avec l’accusation de la troisième licence de téléphonie mobile, on lui a réclamé 1O milliards FCFA. Sur ce dossier depuis 2015, je demande un procès et je ne pas l’avoir car toutes ces personnes ne sont pas des candidats à la présidentielle».

A suivre
Kady FATY, leral.net