leral.net | S'informer en temps réel

Le cahier de pétitions en faveur de Lamine Diack soumis aux autorités le 2 novembre (Collectif)

Le collectif Lamine Diack, qui milite pour le retour au Sénégal de l'ancien président de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF), mis en examen en France, annonce qu'elle va soumettre aux autorités sénégalaises, le 2 novembre prochain, le cahier de sa pétition appelant la justice de l'Hexagone à autoriser un renvoi au bercail de l'ancien dirigeant sportif, "dans un souci d'humanitaire".


Rédigé par leral.net le Mercredi 4 Octobre 2017 à 09:44 | | 0 commentaire(s)|

"Nous allons clôturer les pétitions en fin octobre. Le 2 novembre, nous allons porter aux autorités le cahier de pétitions", a indiqué à un membre du comité de pilotage du collectif Lamine Diack, qui tenait mardi, sa première réunion d’évaluation après le lancement, le 13 septembre dernier, de sa pétition en faveur d’un retour au Sénégal de l’ancien président de l’IAAF.

"Le choix du 2 novembre est symbolique, elle marque le début des poursuites contre Lamine Diack", a ajouté ce responsable qui ne souhaite pas être cité, avant de signaler que le collectif prévoit une marché à Dakar, avant la remise du cahier de la pétition.

"Nous sommes actuellement à 10.000 signataires, dont une majorité de soutiens recueillis à travers les réseaux sociaux", a expliqué le même responsable ayant requis l’anonymat.

"Nous allons donner des cahiers à des personnes ressources pour recueillir le maximum de signatures", annonce-t-il, au nom du collectif Lamine Diack, regroupant notamment des sportifs sénégalais à la retraite, des dirigeants et responsables politiques.

Ces soutiens de l’ancien président de l’IAAF, soupçonné par la justice française d’avoir fermé les yeux sur des cas de dopage, d’athlètes russes notamment, en échange d’argent, avaient lancé le 13 septembre dernier une pétition pour que Lamine Diack soit autorisé à retourner au Sénégal "dans un souci d’humanitaire".

L’ex-président de l’IAAF a été mis en examen en novembre 2015 par la justice française, pour corruption et blanchiment aggravé.

Cette enquête a ensuite été étendue à partir de décembre 2015, sur l’attribution des JO-2016 à Rio et 2020 à Tokyo.

Dans le cadre de la même affaire, Papa Massata Diack, l’un des fils de Lamine Diack, a été par ailleurs placé par Interpol sur sa liste des personnes les plus recherchées, à la suite de l’émission d’un mandat d’arrêt émis par la justice française.

Papa Massata Diack est recherché notamment pour fraude, blanchiment d’argent et corruption, en lien avec l’affaire pour laquelle son père est mis en examen.

Aps








Hebergeur d'image