leral.net | S'informer en temps réel

Le camp de Khalifa Sall se radicalise et menace d'empêcher la tenue des élections

Après la mise sous mandat de dépôt du maire de Dakar, ses partisans entendent user de toutes les armes pour le faire sortir de prison où son séjour prolongé pourrait être un handicap électoral de taille. Ses affidés en sont conscients et parmi eux, Barthélémy Dias a fait savoir qu'il n'y aura pas d'élections tant que Khalifa Sall sera en prison.


Rédigé par leral.net le Jeudi 9 Mars 2017 à 22:55 | | 0 commentaire(s)|

Le camp de Khalifa Sall se radicalise et menace d'empêcher la tenue des élections
Pour le camp de Khalifa Sall, notamment son camarade Barthélémy Dias, il n'est pas question que Khalifa reste en prison. Le maire de Mermoz-Sacré Coeur qui soupçonne le Président Macky Sall d'être derrière ce qui est arrivé au maire de Dakar prévient, " la tâche pour tuer politiquement Khalifa Sall ne sera pas facile".

Par ses propos empreints d'avertissement, il laisse entendre qu'il n'y aura pas d'élections tant que le maire de Dakar séjournera en prison. En se prononçant sur l'emprisonnement de Khalifa Sall, Barthélémy Dias a ainsi déclaré, " je pense que le Président Macky Sall doit définitivement comprendre qu'il n'y aura pas d'élections si le Président Khalifa Sall est en prison". Pour lui, en mettant en prison Khalifa Sall, " le but recherché est de brouiller les électeurs lors des prochaines élections. Mais tant qu'il restera en prison, insiste-t-il, "il n'y aura pas d'élection".

Avant d'ajouter, " on ne peut pas accepter d'être dans une démocratie dans laquelle, on s'amuse à instrumentaliser le peuple sénégalais grâce à une certaine partie de la justice sénégalaise pour créer un environnement dans lequel, les Sénégalais n'auront d'autre choix que de miser sur la médiocrité, sur ce qui ne satisfait pas la population sénégalaise, explique Barthélémy Dias. Puis de conclure que " tout le monde a été sensibilisé comme quoi, le Président Macky Sall est aujourd'hui un aveugle qui pilote un avion et cela pose problème".
source: la tribune