leral.net | S'informer en temps réel

Le président de la République, Macky Sall : « Il faut un débat sérieux et objectif permettant à ceux qui ne savent pas, d’aller s’informer »

Le président de la République, Macky Sall, a présidé hier, la cérémonie d’ouverture de la Conférence africaine sur la divulgation de l’identité des propriétaires réels des entreprises extractives. L’initiative porte sur le thème, « Révéler les bénéficiaires effectifs des entreprises extractives en Afrique – Mobiliser le potentiel du secteur extractif ».


Rédigé par leral.net le Jeudi 1 Novembre 2018 à 03:04 | | 0 commentaire(s)|


Cliquez-ici pour regarder plus de videos
L’identité des propriétaires réels des entreprises extractives a été largement débattue à Dakar. Les experts réunis dans la capitale sénégalaise cherchent tout bonnement, à trouver les meilleures solutions pour profiter des ressources minières et gazières du continent.

En explorateurs, lesdits experts des pays, appliquant les normes Itie, ont engagé des réflexions sérieuses pour rendre autonome le continent africain. « Tous les contrats miniers seront publiés pour répondre aux exigences de la transparence. Nous avions constaté que les contrats sont souvent déséquilibrés. Il faut que les règles soient instaurées pour faire la promotion de l’investissement. Un travail farouche a été fait à ce niveau pour attirer les investisseurs », a expliqué le Président de la République, Macky Sall.

Egratignant ou faisant allusion à certains leaders politiques, il a regretté un manque de sérieux dans les débats publics. Certains supposent détenir, relève-t-il, des informations dans l’exploitation du pétrole et du gaz sénégalais. Alors qu’à défaut d’ignorer tout, ils n’en savent presque rien. « Il faut un débat objectif, permettant à ceux qui ne savent pas, d’aller s’informer. On est en train de discuter sur l’exploitation du gaz et du pétrole afin de voir comment faire pour les taxes », a insisté le Président Sall. D’après lui, les pays qui appliquent les normes Itie se battent pour harmoniser les positions dans l’intérêt du continent.

Ainsi, le Chef de l’Etat a reconnu l’incapacité financière et économique des Etats africains pour faire face aux exigences de l’exploration des gisements du gaz et du pétrole dans le sous-sol africain. Sous ce registre, il a annoncé une série de projets de loi à soumettre à l’Assemblée nationale. Il s’agit de projets de loi, portant sur comment faire le partage des revenus. Un autre sur la définition du contenu local du pétrole et du gaz.

Seulement, prévient-il, le Sénégal s’engage à asseoir une transparence dans la gestion des affaires publiques. « Chaque année, en raison de l’évasion fiscale, beaucoup de pays perdent des recettes, allant de 50 à 60 milliards de FCfa. Le management de la gestion des finances est une nécessité pour freiner le financement illicite et la fuite des capitaux. La transparence permet d’asseoir une bonne gouvernance dans le secteur extractif », reconnaît le Président Sall.

A retenir que les représentants des 24 pays d’Afrique mettant en œuvre la norme Itie, ont engagé depuis hier, des réflexions stratégiques sur les mesures à mettre en application et les moyens à mettre en œuvre. L’idéal, expose-t-on, est de prévenir l’évasion fiscale, atténuer le développement des flux financiers illicites et augmenter les revenus, tirés des activités extractives.

Et, il a été également question, d’explorer les possibilités de prendre en compte le volet transparence dans les systèmes gouvernementaux. C’est-à-dire la transparence dans le processus d’octroi des licences, propriété effective des entreprises, transparence des contrats, des données de production et d’exportation. Mais aussi, une transparence dans la gestion des revenus et allocation spécifique des revenus du pétrole à des fonds de développement.





O WADE Leral