leral.net | S'informer en temps réel

Levée de l'immunité parlementaire de Khalifa Sall: L'opposition dénonce avec vigueur les violations et entraves inacceptables des droits et internationalise le combat

"La saisine de la Commission des lois pour instruire la commission "ad hoc", est illégale parce que cette dernière est incompétente dans la forme et dans le fond. Cette tâche incombe à la plénière", a déclaré l'opposition par la voix de Modou Diagne Fada. Elle a fait face à la presse ce jeudi 23 novembre, dans le but de dénoncer les faits et actes constitutifs de violation délibérée et répétée des droits de Khalifa Sall.


Rédigé par leral.net le Jeudi 23 Novembre 2017 à 22:56 | | 0 commentaire(s)|

Les députés non inscrits et ceux du Groupe Liberté et Démocratie, par la voix de Modou Diagne Fada, ont apporté leur soutien au Maire de Dakar, Khalifa Ababacar Sall. Face à la presse, ils ont décrié la manière dont la Commission ad hoc chargée de la levée de l'immunité parlementaire de Khalifa Sall, a été instruite. Ces derniers dénoncent une précipitation dans l'organisation de la plénière pour la levée de l'immunité parlementaire du Maire de Dakar, prévue ce samedi 25 novembre.

« Les Sénégalais que nous représentons et pour lesquels nous travaillons, méritent de savoir le sort injuste, le traitement cynique, illégal et sans fondement juridique, qui est fait à notre collègue Khalifa Sall. Le droit voudrait que nous soyons tous égaux devant la loi, c’est pour cela que nous tenons à décrier et dénoncer avec vigueur les violations et entraves inacceptables de droits de notre collègue. Le président de la commission ad hoc a procédé de manière unilatérale à la convocation de notre collègue, sans concertation avec les membres de ladite commission.

Il se dessine dès lors que la commission
ad hoc va déposer ses conclusions, sans jamais avoir entendu notre collègue. Nulle part, les droits élémentaires du député Khalifa Ababacar Sall n’ont été respectés. Pas une seule fois, sa version des faits et son droit de se défendre, n’ont prévalu », a soutenu le Président du groupe Liberté et Démocratie.

Selon l'honorable député Modou Diagne Fada, les droits du député Khalifa Sall ont été violés pour la première fois lors de l'installation de la 13e Législature. "La procédure de levée de l'immunité parlementaire Khalifa Sall ne devrait pas être enclenchée avant sa libération. Aucun membre du bureau de l'Assemblée nationale ne peut être membre de la Commission ad hoc, pour la levée de l'immunité parlementaire de Khalifa Sall.

C'est une violation de l'article 37 du règlement intérieur de l'Assemblée national. On ne peut pas lever l'immunité parlementaire de Khalifa Sall sans au préalable, exiger sa libération
", clame Fada, qui a parlé au nom des députés non alignés et autres membres du groupe Liberté et démocratie.

Par ailleurs, les députés des deux groupes membres de la commission ad hoc ,ont décidé unanimement de la quitter et solidairement: "nous rejetons par avance, le terrorisme qui cherche à discréditer par l’arbitraire un acteur politique. Nous allons le combattre partout où le besoin se fera sentir. Nous irons informer nos mandants, les chancelleries représentées au Sénégal, les parlements sous-régionaux et l’Union internationale des parlements sur les dérives attentatoires aux droits et libertés du parlementaire Khalifa Ababacar Sall », conclut-il.



Ndèye Safiétou Nam








Hebergeur d'image


Hebergeur d'image