Levée de l’immunité parlementaire de Khalifa Sall : Les partisans du maire de Dakar sonnent la mobilisation

Les partisans du maire de Dakar comptent se mobiliser, aujourd’hui, devant l’Assemblée nationale, pour protester contre la levée de l’immunité parlementaire de leur leader.


Rédigé par leral.net le Samedi 25 Novembre 2017 à 11:52 | | 0 commentaire(s)|


Allons-nous vers un accrochage entre partisans du maire de Dakar et forces de l’ordre, aujourd’hui samedi, devant la représentation nationale ?

En tout cas, les pro-Khalifa Sall ont décidé de converger en masse devant les grilles de l’Assemblée nationale. Pour manifester leur courroux suite à la décision de la commission ad hoc, de soumettre à la plénière de ce samedi; une résolution proposant la levée de l’immunité parlementaire du maire de Dakar sans l’avoir entendu au préalable.

Hier vendredi, ils ont appelé à une forte mobilisation « de tous les militants, sympathisants et Sénégalais épris de justice, à la place Soweto, à 15 h précises », c’est-à-dire trois heures avant l’examen de ladite résolution. « Nous appelons, au-delà des militants et sympathisants de Khalifa Ababacar Sall, tous les citoyens sénégalais à se mobiliser devant l’Assemblée nationale pour montrer notre désaccord face à cette forfaiture que compte commettre la 13e législature », déclame Aminata Diallo.

Selon le Chef de cabinet du maire de Dakar, l’incarcération du député-maire de la capitale est une violation de la Constitution et du règlement intérieur de l’Assemblée nationale. « Tout le monde sait que personne ne peut ôter l’immunité parlementaire de Khalifa Sall, tant qu’il n’est pas libéré. Et du moment que le procureur et le ministre de la Justice reconnaissent qu’il est député, il bénéficie d’une immunité », fulmine l’ex-parlementaire socialiste, joint par ‘’EnQuête’’.

A en croire Aminata Diallo, c’est la Constitution qui confère ce droit au maire de Dakar. « Si c’est l’Assemblée nationale chargée de voter les lois, de contrôler l’action du gouvernement qui nous met à l’épreuve sur une telle forfaiture, je trouve que c’est une première dans l’histoire politique du Sénégal et que les Sénégalais épris de justice, vont sortir en masse pour dire non », déclare-t-elle. Elle estime ainsi que le parlement fait face à "’une grosse farce’’, en levant l’immunité d’un député qui n’a pas été auditionné et qui se trouve toujours dans les liens de la détention. « Si l’immunité est levée, cela veut dire que les députés de la majorité obéissent aux ordres du chef, et puis l’histoire retiendra un fait que personne ne pourra effacer », persifle le chef de cabinet de Khalifa Sall.

Pour sa part, le coordonnateur national du mouvement « And dolel Khalifa » appelle les uns et les autres à plus de responsabilité et à ne pas répondre à la provocation. « Nous n’allons pas là-bas pour nous battre contre les forces de l’ordre ou pour saccager quoi que ce soit. Nous y allons pour exprimer notre indignation face à cette forfaiture », précise-t-il.

Selon Babacar Diop, c’est la gouvernance même du président de la République qui pose problème depuis son installation au pouvoir. « Macky Sall gouverne le pays dans la forfaiture. Malheureusement, les soi-disant régulateurs sociaux, notamment les marabouts, ne jouent plus leur rôle. Ce qui est constant, c’est que ces gens ont tous démissionné. Maintenant, s’ils veulent nous interdire l'accès aux lieux, nous allons résister », rumine le jeune socialiste. Avant d’ajouter : « C’est dommage ce qui se passe dans ce pays. Mon plus grand regret, c’est de m’être battu pour la cause de Macky Sall. Il a trompé plus d’un ».




Enquête