leral.net | S'informer en temps réel

Levée de sanction contre l'Us Ouakam: "La Ligue pro est tenue d'appliquer la décision"

Sollicité en appel par l'Us Ouakam, le 2 octobre dernier, le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) a rendu sa décision hier, dans la procédure d'arbitrage qui oppose l'Uso à la Fédération sénégalaise de football et à la Ligue sénégalaise de football professionnel. Une décision, grandement en faveur du club ouakamois, qui risque d'avoir de grandes conséquences sur l'avenir immédiat du football local.


Rédigé par leral.net le Jeudi 18 Janvier 2018 à 13:32 | | 0 commentaire(s)|

Levée de sanction contre l'Us Ouakam: "La Ligue pro est tenue d'appliquer la décision"
Le Tribunal arbitral du Sport a fortement revu à la baisse les sanctions que la Fédération sénégalaise de football et la Ligue Pro avaient prises contre l’Union Sportive de Ouakam après les incidents du Stade Demba Diop de Dakar qui avait fait 10 morts, le 15 juillet 2017. Le TAS a décidé de lever la suspension de 5 ans contre le club ouakamois et de réduire l’amende de 10 millions. Elle est aujourd’hui à 500 mille francs. L’Uso est autorisée à réintégrer la Ligue 1, automatiquement.

« La décision du TAS est prise, il s’agit de s’y conformer et voir les modalités de son exécution. C’est ça aussi, le monde du droit. Devant l’Afrique du Sud, nous avons gagné et l’arbitre a été radié. Le TAS ne dit pas que Ouakam n’a pas tort, mais que le club n’est pas le seul responsable. Il faut analyser la décision et en tirer les conséquences. La Commission de discipline de la Ligue Pro a pris cette décision en âme et en conscience.

Le droit a été dit par une instance plus élevée. C’est ça le fair-play et la sportivité. Je félicite le président de l’USO, Abdou Aziz Guèye et les ouakamois d’avoir mené et gagné leur combat. Il revient maintenant à la ligue Pro de voir les voies et moyens parce qu’elle est tenue d’appliquer la décision du TAS. Il n’y a pas de débat là-dessus. Aujourd’hui, Ouakam retrouve son droit de retourner en ligue 1. Il faut en tirer toutes les conséquences
", a fait savoir Abdoulaye Sow, vice-président de la FSF

Pour le président de l’Uso, c’est une satisfaction. Mais il ne s’agit pas de victoire. Car, leurs pensées vont toujours aux victimes qui ont perdu la vie lors des événements tragiques.

« Une victoire ? C’est trop dire. C’est une bataille. Ce n’est pas totalement une victoire, parce que nous devons aussi penser aux victimes. Ce sont des frères et sœurs mbourois qui sont morts. Nous pensons aussi à nos prisonniers qui sont toujours en détention. C’est pour cela que je dis que nous ne faisons pas du triomphalisme. C’est une satisfaction, mais surtout une victoire modérée », a dit Abdou Aziz Guèye, président de l’US Ouakam.





L'Observateur