leral.net | S'informer en temps réel

Ligue des Champions : Roma-Liverpool, la finale ou la saison blanche (18h45 GMT)

Mercredi soir, Liverpool débarque à Rome pour valider son ticket pour la septième finale de C1 de son histoire. La Roma, elle, cherchera une nouvelle fois à retourner l'impossible et à toucher le dernier barreau de l'échelle pour la première fois depuis 1984. En dessous des deux institutions, c'est autre chose : une nouvelle saison blanche en guise de filets.


Rédigé par leral.net le Mercredi 2 Mai 2018 à 15:33 | | 0 commentaire(s)|

Presque parfait, donc. « J’aurais signé avant le match pour un succès 5-2... » Mais ? « Tout ça est super, mais il y a quand même un sentiment de déception ce soir à cause des deux buts encaissés. » Puis, Jürgen Klopp  a enfin relevé la tête et a promis : « Demain, ça ira mieux. » On y est : place à la face B, à la manche retour, à la soirée où l’on peut tout perdre.

Vraiment ? Oui, ce Roma- Liverpool
  a de ça, définitivement. Il ne faut pas chercher très loin pour nourrir cette impression : ce week-end, les Reds ont été tenus en échec à Anfield par Stoke (0-0) au terme d’un match insipide lors duquel Klopp avait logiquement décidé de faire reposer certains soldats (Lovren, Milner, Robertson, Mané) et où Mohamed Salah  est redevenu humain l’espace d’un instant en foirant un face-à-face avec Jack Butland  après six petites minutes de jeu. 

Et il faudrait s’inquiéter ? Oui, sans avoir besoin non plus de sonner la sirène pour le moment, mais les deux points perdus ont laissé Chelsea , vainqueur un peu plus tard à Swansea  (0-1), revenir dans la course au top four, là où Tottenham  a assuré lundi soir face à Watford  (2-0). Bingo : dimanche, le calendrier offre un Chelsea -Liverpool  qui pourrait coûter cher aux Reds en cas de défaite au Bridge, même si leur différence de buts (+43 contre +26 pour les Blues) est un net avantage. Oublions ainsi un temps le championnat, revenons au sommet.


La perte du « cerveau »


Car là, l’ascension se passe mieux : comme en quarts de finale face à City, Liverpool  arrive à Rome mercredi soir avec un net avantage et quasiment tous les voyants au vert. Parce que Sadio Mané s’est retapé, parce qu’on imagine mal les Reds ne pas marquer à l’Olimpico – cette saison, la bande de Klopp n’est restée muette qu’une fois en C1, alors qu’elle était déjà qualifiée face à Porto (0-0) le 6 mars dernier – et parce la Roma part probablement de plus loin que contre le Barça .

Du moins, c’est ce que l’aller a raconté une fois que 
Liverpool  a réussi à bloquer Daniele De Rossi  longtemps trop libre et que les Reds ont exploité la mise en place suicidaire d’Eusebio Di Francesco , venu se poser à table avec une défense à trois.Un caillou dans la pompe, malgré tout : dans la journée de lundi, le club anglais a officialisé l’absence jusqu’à la fin de saison minimum du « cerveau » de Klopp, son adjoint Zeljko Buvač. Pourquoi ? On ne sait pas vraiment, mais la nouvelle a été annoncée aux joueurs dimanche et ne peut être passée sous silence : Buvač-Klopp, c’est un couple qui dure depuis 17 ans, qui s’est juré fidélité jusqu’à la mort.

Il se murmure que celui qui n’a jamais quitté Jürgen Klopp depuis Mayence ne prenait plus part aux mises en place tactique – ce qui est sa spécialité – depuis déjà quelque temps. Cela n’a pas empêché Liverpool de faire exploser City et de vivre correctement : les conséquences pourraient être plus considérables à long terme, donc. 


Le Barça  m'a donné la foi

Alors, on veut croire que cela n’aura aucun impact sur la soirée même si Klopp y pensera, forcément. Et la Roma, dans tout ça ? C’est autre chose : samedi, la Louve s’est enfilée une troisième victoire consécutive en Serie A face au Chievo (4-1) et, à l’exception de la réception de la Juventus le 13 mai prochain, on l’imagine mal, avec son calendrier, ne pas voir la C1 la saison prochaine. Ainsi, la réception de Liverpool a l’allure d’une balle unique pour un club qui n’a plus rien soulevé depuis une Coupe d’Italie en 2008. Le foot a de la mémoire et on parle d’une réunion entre losers modernes étiquetés, mais interrogé par le Times dans le week-end, Radja Nainggolan a de nouveau sorti les armes : « Personnellement, je suis un guerrier. Oui, c’est compliqué de remonter une telle situation, mais ce n’est pas impossible. On l’a déjà fait contre le Barça. » Oui, mais ce n’était pas la même histoire, le même profil d’adversaire. Peu importe, le directeur sportif de la Roma, Monchi, a demandé aux joueurs « d’avoir la conviction que tout pouvait se passer, comme contre le Barça  » là où Di Franscesco a promis « un autre visage » pour le retour. Une autre approche ? Ce serait mal le connaître. Mais voilà les deux institutions sur une trappe et en dessous, c’est la saison blanche. Soit un nouveau coup pour rien.



PAR MAXIME BRIGAND (Sofoot)



Cliquez-ici pour regarder plus de videos