leral.net | S'informer en temps réel

Macky accueilli par des jets de pierres à Ourossogui


Rédigé par leral.net le Vendredi 10 Mars 2017 à 09:13 | | 0 commentaire(s)|

visite du président sall à l'ucad
visite du président sall à l'ucad

Cliquez-ici pour regarder plus de videos
C’est vers 19 h que le chef de l’Etat est arrivé au stade municipal de Ourossogui. Une entrée, sans doute inoubliable, qui devait se faire avec triomphe est rapidement devenue un fiasco pour le Président Sall. Il a été, un temps, accueilli par des jets de pierres.
Dans la foulée, l’on nous informe que cet acte serait perpétré par des « jeunes de Ourossogui non contents de la gestion de leur maire ».

Le maire de la ville et membre du Ps a, de son coté, réaffirmé l’ancrage de son parti au sein de Benno Bokk Yaakaar. Listant les doléances de sa commune, Moussa Bocar Thiam a rappelé au président Sall sa promesse de moderniser l’aérodrome de la ville.

Dans la même foulée, Macky répond à ses détracteurs : « Jusqu’à la fin de mon mandat, je ferai des tournées». Depuis Matam, le chef de l’Etat a répondu à tous ceux qui qualifient sa « tournée économique » de « politique ». A l’étape de Ourossogui, il dit encore: « Jusqu’à la fin de mon mandat, je ferai des visites de terrain, car j’ai un programme de développement ».

Dans un stade municipal acquis à sa cause, Macky Sall a appelé les responsables de son parti à l’unité. Sans les nommer, le leader de l’Apr faisait naturellement allusion à Harouna Dia et Farba Ngom qui se livrent une guerre sans merci pour le contrôle de la région. Et c’est en marge de la visite des chantiers de construction des ponts de Ganguel et de Wendou Bosséabé, qu’il les a invités à « travailler ensemble pour constituer une force incontournable ».

Harouna Dia, non habitué aux prises de parole lors de grandes mobilisations, a réaffirmé à son tour, son soutien à Macky Sall, appelant toutes les populations du Fouta à l’accompagner. Il faut dire qu’avec cette tournée, Macky Sall a renoué avec son bastion.

Dans les Agnam et à Wendou Bosséabé, partout une marée humaine l’a accueilli, le tout dans une guerre des pancartes, des effigies et des banderoles.

Le QUOTIDIEN