leral.net | S'informer en temps réel

Mamour Diallo dément les 46 milliards de Sonko sur le TF 1451/R : «A ce jour, l’Etat a payé très exactement 3 445 475 000 francs»


Rédigé par leral.net le Jeudi 24 Janvier 2019 à 11:09 | | 0 commentaire(s)|

 
Mais 94 milliards FCfa, c’est énorme. On peut dire que la commission n’y est pas allée de main morte… D’où les suspicions…
 
Je ne vous laisserai pas dire cela. Même si je ne suis pas membre de la commission, et donc pas comptable de ses décisions, j’ose affirmer ici qu’elle a fait du bon travail puisqu’elle a permis à l’Etat d’économiser beaucoup d’argent. Car il existait un rapport d’expertise qui, sur une base scientifique, avait évalué la valeur des terrains expropriés et fixé un prix au mètre carré de 75 000 FCfa.  Savez-vous le prix au mètre carré que la commission a retenu de son côté ? 37 000 FCfa ! Autrement dit, moins de la moitié du prix déterminé à dires d’expert. On l’a échappé belle d’ailleurs, car si Sofico avait contesté en justice la décision de la commission, il est certain que l’addition aurait été beaucoup plus salée. L’expérience prouve que les tribunaux sénégalais sont soucieux de protéger les droits des particuliers face à l’Etat et ont une forte tendance à arrêter des prix d’indemnisation proches de la valeur vénale. On parle ici d’une superficie de 258 hectares, faites le calcul… Et, comme Sofico est un investisseur aguerri, disposant de toutes les ressources en termes d’avocats, d’experts, etc., je vous laisse deviner l’issue probable d’une éventuelle bataille judiciaire. Heureusement, la société a préféré négocier. Grâce soit donc rendue au Gouverneur de Dakar d’avoir réussi à imposer un prix qui fait plus que diviser par deux ce que l’Etat aurait réellement dû débourser.
 
A la date d’aujourd’hui, l’Etat a-t-il libéré les 94 milliards au profit de l’investisseur ?

A ce jour, l’Etat a payé très exactement 3 445 475 000 francs. Car, par la suite, j’avais été informé de l’existence d’un litige entre certains héritiers lébous et Sofico, au sujet du rachat de leurs créances. Comme mesure conservatoire, j’avais immédiatement suspendu la procédure et, depuis lors, le dossier n’a pas bougé d’un iota. C’était bien avant les élucubrations de Ousmane Sonko. Mais je suppose que c’est plus porteur pour lui de m’attaquer sur 94 milliards que sur 3 milliards FCfa.
 
 Vous dites que seuls 3 milliards FCfa sont payés par l’Etat alors que Ousmane Sonko évoque 46 milliards. Il dit même connaître la banque dans laquelle le virement a été effectué ?

 Qu’il le dise et qu’il apporte ses preuves ! Sur quoi exactement porte ce litige entre Sofico et une partie des héritiers? Qu’est-ce que j’en sais ? Pardon de le dire ainsi, mais le fond de leur litige ne m’intéresse nullement. La seule précaution que j’avais en tête et que j’ai prise, c’était de bloquer les paiements en attendant que ce contentieux entre personnes privées se dénoue. Car j’ai voulu éviter que se répète ce qui était arrivé à l’Etat il y a plusieurs années. Rappelez-vous : en 1997, on exproprie le terrain et on indemnise Saim Indépendance, propriétaire depuis 1979. En 2012, la justice annule le contrat par lequel Saim Indépendance s’était portée acquéreur et, du coup, l’Etat se retrouve avec de nouveaux propriétaires, les familles léboues, qu’il faut indemniser à nouveau, alors qu’entre temps, la valeur du terrain a augmenté.
 
Concrètement, vous voulez donc dire que les 94 milliards ne sont pas de la trésorerie, mais que c’est juste une créance de Sofico sur l’Etat…
 
Du papier ! De l’argent virtuel ! Voilà ce que sont ces fameux 94 milliards FCfa. Et, vu les contentieux qu’il y a autour de cette affaire, je me demande même si Sofico va un jour arriver à entrer dans ses fonds, au regard des milliards qu’elle a déjà décaissés au moment du rachat de la créance. Pourtant, Sonko a démenti ce propos ; il a révélé, le 18 janvier dernier, la délivrance à Sofico d’une lettre de confort adressée à une banque de la place et portant sur 46 milliards… Je n’en sais absolument rien. Posez donc la question à Ousmane Sonko puisque c’est lui qui a évoqué cette soi-disant lettre. Personnellement, je n’ai jamais vu, jamais aperçu, jamais lu, jamais entendu parler d’une lettre de confort dans cette affaire. Je répète que le directeur des Domaines ne gère qu’une chose dans ce type de dossier: la préparation des actes administratifs et réglementaires devant aboutir au paiement des indemnités fixées par la Commission de conciliation. Je suis un maillon d’une chaîne administrative qui part de la Direction générale du Budget, qui met en place les crédits permettant de couvrir la dépense, jusqu’au Trésor, qui paie effectivement les indemnités. Moi, je ne vois même pas d’argent, pas un sou. Je ne gère que du papier et je ne suis ni au début ni à la fin de la procédure. Comment aurais-je pu détourner ne serait-ce qu’un centime ? J’aurais pu penser que Ousmane Sonko était simplement victime de son incompétence, mais puisqu’il a des intérêts dans ce dossier, cela signifie juste qu’il fait preuve d’une mauvaise foi extrême.
 
Justement, à propos de ces prétendus intérêts de Ousmane Sonko dans ce dossier, pouvez-vous les prouver ?
 
 Mais vous avez vu les révélations faites par vos propres confrères ! Sonko était le conseiller de certains des héritiers lébous, à travers non pas un, mais deux cabinets de conseil gérés par le même homme de paille. Par l’intermédiaire de ces officines, il s’activait beaucoup dans le business du foncier, jouait les intermédiaires, encaissait des commissions, etc. Je n’ai pas besoin de fournir des preuves puisque celles-ci sont désormais sur la place publique, notamment l’enregistrement audio dans lequel on l’entend faire affaire avec les Lébous, sur un ton de mafioso.

Dans ce dossier, il avait tout simplement des attentes financières, en tant que représentant d’une des parties, et c’est quand il a vu que ses attentes allaient être déçues qu’il s’est mis à employer son arme fétiche: le dénigrement. Son vrai combat dans cette affaire n’a rien à voir avec la transparence ou avec la bonne gouvernance : c’est tout simplement une histoire de gros sous. J’imagine qu’il comptait peut-être sur ses honoraires dans ce dossier pour financer sa campagne électorale. Mais, lorsque les menaces et le chantage, des armes dont il se vante dans le document audio, n’ont pas fonctionné, ses plans ont été bousillés.

Vous savez, cette affaire n’est même pas une affaire politique, ce serait faire trop d’honneur à Sonko que de la classer dans le registre politique. Il s’agit tout simplement d’une médiocre tentative de vengeance, motivée par des intérêts personnels et bassement matériels qui ont été contrariés. Sonko n’est pas un homme politique, c’est un petit caïd assoiffé d’argent. Je lui reconnais un seul talent: celui de savoir brouiller les cartes, détourner l’attention, lancer les gens sur des fausses pistes et esquiver les vraies questions. Quand il est acculé, sa tactique c’est d’ouvrir un front ailleurs. Ou alors, il répond par l’insulte et une fausse dérision à ceux qui lui posent des questions gênantes, ce qui est confortable puisque cela lui évite d’y répondre.
 








Source L’Observateur
 
 



Cliquez-ici pour regarder plus de videos