leral.net | S'informer en temps réel

Me Aissata Tall Sall: «Des experts ont conclu que les balles extraites du corps de Ndiaga Diouf ne proviennent pas des armes de Barthélémy»


Rédigé par leral.net le Jeudi 26 Janvier 2017 à 12:45 | | 0 commentaire(s)|

Aissata Tall Sall : «Des experts ont conclu que les balles extraites du corps de Ndiaga Diouf ne proviennent pas des armes de Barthélémy»
Aissata Tall Sall : «Des experts ont conclu que les balles extraites du corps de Ndiaga Diouf ne proviennent pas des armes de Barthélémy»
Les 12 avocats de la partie civile et de la défense se sont illustrés dans les débats par des questions de fond. Elles ont été posées à Barthélemy Dias et à ses deux coinculpés à savoir : Habib Dieng et Babacar Faye.

Si les avocats de la partie civile ont porté le coup sur Barthelemy Dias et Cie, parce que soutenant qu’ils sont les principaux coupables, ceux de la défense, Me Aissata Tall Sall, Me El Hadji Diouf entre autres, ont tenu à démonter les arguments des avocats de la partie civile. Ce, en se référant aux enquêtes de l’ex-commissaire de Dieuppeul, feu Mbaye Séye et aux experts balistiques.

«Des experts commis pour vérifier les armes saisies dans le cadre de cette attaque qui a coûté la vie à Ndiaga Diouf ont tous conclu que les balles extraites du corps des blessés et de feu Ndiaga Diouf, ne proviennent pas des armes trouvées sur Barthélémy Dias», a révélé Me Aissata Tall Sall.

Elle ajoute que «la police scientifique avec le commandant Assane Seck à sa tête, a conclu que la police n’a pas été en mesure de déterminer la position du tireur de la balle fatale».

Ce qui a fait dire à Me El Hadji Diouf que «le procès sur le meurtre de Ndiaga Diouf se résume autour d’une troisième arme jusqu’ici introuvable, alors que Barthélémy Dias, n’en détenait que deux».

source: Gfm

Auditions des témoins

Abdoulaye Faye du Pds, le premier à comparaitre

La main droite en l’air, il a juré ne dire que la vérité, rien que la vérité à la cour. «Nous n’avons pas envoyé de militants pour aller attaquer la Mairie de Mermoz. C’est au retour des préparatifs du congrès du Pds au Méridien, qu’on m’a informé de cette attaque. Le Pds n’avait pas besoin de ce qui s’est passé pour se défendre. Pendant 26 ans, nous avions résisté à des attaques plus coriaces que les propos verbaux de Barthélemy Dias», dit-il.

A la question d’Aissata Tall Sall de savoir «est-ce que le Pds compte en son sein des calot bleus, Abdoulaye Faye lâcha le morceau en répondant par l’affirmative. Ce qui a fait sursauter l’avocate parce que convaincue que les nervis sont effectivement membres du Pds». Pour Me Aissata Tall Sall, les propos d’Abdoulaye Faye, constituent un aveu de taille que le Pds compte de gros bras qui, au besoin, sont appelés à défendre le parti.


Cherif Dieng, brigadier-chef à la retraite

«Nous étions arrivés les premiers sur les lieux le jour de l’attaque, avant l’intervention des éléments du Gmi. J’ai vu des gens se tirer dessus. Je n’ai pas vu une personne tomber sous les coups de balles».

Moustapha Gassama, ex-commandant adjoint des opérations au commissariat de Dieuppeul

«J’ai vu Barthélemy Dias tirer en l’air avec deux armes. Je faisais face à lui, pour le dissuader, c’est pourquoi, je ne pouvais pas savoir si les nervis avaient par devers eux des armes. Je n’ai pas vu une personne tomber. J’étais en compagnie de l’ex-commissaire de Dieuppeul, avant que les éléments du Gmi n’interviennent».



Cliquez-ici pour regarder plus de videos