leral.net | S'informer en temps réel

Me Baboucar Cissé humilie les avocats du maire de de Dakar, Khalifa Sall

La réaction des avocats de l’Etat suite à la sortie des conseils du maire de Dakar, ne s'est pas fait attendre. Me Baboucar Cissé se veut formel. Un procès va se tenir et nul ne peut maintenant bloquer la procédure. Et, pour ce qui est de la plainte annoncée à la Cour de justice de la CEDEAO, il prédit à la Défense un revers car, selon lui, le dossier est solide.


Rédigé par leral.net le Jeudi 12 Octobre 2017 à 15:40 | | 0 commentaire(s)|

« Il n’est pas du rôle des avocats de M. Khalifa Sall d’orienter la Justice. C’est vrai qu’ils sont dans leur beau rôle, sachant que cela aurait même pu ne pas aller en instruction du fait de sa limpidité. M. Khalifa Sall aurait pu aller en flagrant délit. Tellement le dossier est clair comme de l’eau roche. Par conséquent, sachant que les carottes sont cuites, ils agitent l’idée qu’un procès ne peut pas se tenir. Le procès se tiendra et M. Khalifa Sall sera jugé par une juridiction sénégalaise », raille l’avocat au micro de la Rfm, ce jeudi.

Toutefois, il pense que les défenseurs de l’édile de la capitale sénégalaise sont « libres d’assister ou de boycotter l’audience de leur client ».  Parce que « personne ne peut empêcher le fonctionnement de la machine judiciaire ».
 
Par ailleurs, sur la plainte annoncée par les avocats du maire de Dakar à la Cour de justice de la CEDEAO, Me Cissé semble rire sous cape de « l’internationalisation du dossier ».

« M. Khalifa Sall n’a pas été interpellé, inculpé et placé sous mandat de dépôt quand il avait le statut de député », a-t-il fait savoir.

Pour cette raison, il ne voit pas l’utilité de la démarche de la Défense. « Je ne vous pas en quoi saisir la Cour de Justice de la CEDEAO pourraît entrainer un changement dans la situation actuelle de M. Khalifa Sall. Mais, ils sont libres de saisir la CEDEAO, l’Union africaine ou bien les Nations-Unies. Nous, nous serons toujours là, en tant qu'avocats de l'Etat et nous défendrons les intérêts de l'Etat », a dit l’avocat de la partie civile.

Il indique que Me Seydou Diagne et ses collègues savent bien comment sortir leur client de prison. Il suffit d'une caution de 1,8 milliards de FCFA pour une levée du mandat de dépôt en attendant un jugement, informe-t-il. 



La rédaction de leral.net








Hebergeur d'image